S&P dit “JUMP dans mon petit cerceau”

S&P dit “JUMP dans mon petit cerceau” Maintenant on sait que le but de la politique, ce serait d'obéir aux injonctions de Standard&Poor, qui en dégradant la note des USA a failli faire disjoncter tous les marchés, mais a réussi à destabiliser toutes les économies mondiales. Franchement, quand j'ai entendu que S&P dégradait la note des Etats-Unis (et que la note qu'ils donnaient à la santé financière de la Grèce était moins bonne que celle donnée à bien des pays en développement dont on ne peut pas dire qu'ils soient stables et “thriving”) je me suis dit POUR QUI SE PRENNENT-ILS? Et ensuite: comment vont-ils tous réagir – nos journalistes, nos politiques... Incroyable, ils ont tous fait comme sit S&P était la voix de Dieu et qu'on était au temps de Moïse. Si on dégrade la note des Etats-Unis, nous dit S&P, on peut le faire à vous TOUS, personne n'est à l'abri. Tremblez car on en est capables. Si vous n'obéissez pas on vous supprimera votre belle note et vous perdrez tout. Perdrez quoi au fait, exactement? Est-ce pire d'avoir un AA+ ou de supprimer tout service public et appauvrir sa population en compromettant tout espoir de reprise? Cette histoire de note attribuée sans qu'on sache pourquoi et comment me fait penser aux menaces d'excommunication du pape. Qui aura le courage de dire “chiche? Rien à faire!” Qui aura le courage de dire qu'il faut surveiller ces agences et qu'il en faudrait une de plus, au minimum, qui ne vienne pas de la même culture que S&P et Moody's et compagnie? Au passage, on entend les Chinois jubiler et donner des leçons aux Etats-Unis – dans une culture où “perdre la face” est inexcusable, on peut être sûr qu'ils savent très bien ce qu'ils font. Humilier l'adversaire quand il est à terre, histoire qu'il se sente comme un vermisseau et qu'il se rappelle qu'il ne peut pas répliquer. Ou comment dire au monde: les champions du monde, LA superpuissance, ce n'est plus les USA, c'est la Chine. Un pays qui, rappelons-le, est une des plus grandes dictatures de la planète. Standard&Poor, Chine: même combat.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.