petitmobile
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 août 2020

Décès du créateur de mode japonais Kansai Yamamoto

Considéré comme un pionnier de la mode, le designer Kansai Yamamoto est mort à l'âge de 76 ans de leucémie.

petitmobile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Créateur Kansai Yamamoto est mort d'une leucémie lundi 27 juillet à l'âge de 76 ans, a annoncé sa fille. Pionnier de la mode au Japon et connu pour ses collaborations avec David Bowie, « il a quitté ce monde en paix, entouré de ceux qu'il aimait », a déclaré sa fille, l'actrice Mirai Yamamoto sur Instagram. À mon avis, mon père n'était pas seulement la personne énergique et électrique que le monde connaissait, mais aussi un être attentionné, attentionné et aimant. »

Kansai Yamamoto était connu pour ses créations audacieuses qui défiaient les normes de genre et utilisaient des couleurs vives et des motifs avant-gardistes. Il s'est fait connaître avec des défilés internationaux depuis les années 1970 et a été acclamé par le grand public pour son travail avec David Bowie, dont une série de tenues pour Ziggy Stardust, l'alter ego du chanteur. « J'ai trouvé l'esthétique de David et son zèle pour transcender les limites du genre étaient terriblement géniales. beau », dit-il à The Cut en 2018.

Ses œuvres ont également attiré l'attention et la reconnaissance d'autres légendes de la scène, comme Elton John et Stevie Wonder, et son expérience de la création de costumes l'a amené à imaginer des spectacles live en interaction avec les spectateurs. Ses spectacles appelés « Super Show » ont été organisés dans le monde entier, l'édition « Hello !! Russia », en 1993, attirant 120 000 spectateurs sur la Place Rouge de Moscou.

Un style graphique accrocheur

Les créations de Kansai Yamamoto s'inspirent souvent d'éléments de la culture japonaise, comme les capes recouvertes de caractères sino-japonais (kanji) qu'il dessine pour David Bowie ou le théâtre kabuki (forme épique du théâtre traditionnel japonais) qu'il a abordé en collaboration avec Louis Vuitton.

Son style graphique accrocheur, aux couleurs saturées et aux motifs saisissants, lui a donné une place particulière parmi les icônes les plus minimalistes de la mode japonaise. « Une personne comme moi se distingue nécessairement au Japon », a-t-il déclaré dans une interview avec Nikkei en 2017.

Mais Kansai Yamamoto insiste sur le fait que son travail s'inspire d'une sensibilité différente, mais non moins japonaise : celle de l'esthétique audacieuse et non conventionnelle des seigneurs de guerre au Moyen Âge du Japon. « Il y a peu de successeurs pour cette culture, mais je pense que cela me convient mieux », a-t-il dit.

Une enfance difficile

Le style de vêtement japonais exubérants et la personnalité ludique de Kansai Yamamoto contrastent avec, dit-il, un côté sombre hérité d'une enfance difficile. Après le divorce de ses parents alors qu'il avait 7 ans, il a été envoyé dans un foyer pour enfants, à quelques centaines de kilomètres de sa famille. Il a dû voyager avec ses deux frères plus jeunes, âgés de 3 et 5 ans, de Yokohama, près de Tokyo, à la région éloignée de Kochi (sud-ouest).

Bien que le succès soit immédiat lors de la première présentation de ses créations à Londres en 1971, il dut travailler dur pour surmonter l'accueil initialement froid à Paris. La clé était, selon sa formule, de « garder l'esprit du défi ».

Il a toujours vécu selon ce mantra, déclarant en 2018 son intention de voyager au pôle Nord, un rêve qu'il a finalement dû abandonner lorsqu'il a été diagnostiqué de leucémie. « Aucune vie n'est pleine de bonnes choses », a-t-il déclaré en 2017. « J'ai eu beaucoup de moments difficiles », dit-il. Mais quand vous traversez les épreuves, la joie de les surmonter est aussi très grande. »

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Les macronistes et LR préfèrent les amendes à la parité
Moins de femmes ont été élues députées en 2022 qu’en 2017. Plutôt que respecter les règles aux législatives, des partis ont préféré payer de lourdes amendes : plus de 400 000 euros pour Ensemble, et 1,3 million pour Les Républicains, selon nos calculs. Certains détournent aussi l’esprit de la loi.
par Pierre Januel
Journal — Santé
Entre croyances et tabous, une psychiatrie au chevet des patients « venus d’ailleurs »
Dans beaucoup de familles issues de l’immigration, les problèmes psychiques sont tus, ou traités par des solutions radicales liées à la culture du pays d’origine. La psychiatrie transculturelle, en prenant en compte les croyances des individus, veut offrir les soins les plus adaptés. Témoignages.
par Céline Beaury et Latifa Oulkhouir (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire