Arrivée massive en bourse des particuliers (boursicoteurs) pendant le confinement

Pour des milliers de novices, un CAC40 bon marché est un moyen de créer un petit trésor de guerre ... ou de jouer pendant que les casinos sont fermés.

Bien que les marchés financiers soient exposés à une grande incertitude et globalement à la baisse, il ne semble pas que la période soit idéale pour commencer à investir en bourse. Cependant, depuis le début de la crise, les actionnaires novices ont débarqué en grand nombre sur les places financières.

Une enquête du cabinet d'analyse App Annie estime que la fintech Robinhood a enregistré une augmentation de 55 % de l'utilisation entre la fin de 2019 et la mi-avril. Robinhood est une application de courtage mobile uniquement qui vous permet de stocker gratuitement.

Une société similaire, TD Ameritrade, affirme que 608 000 personnes ont créé un compte au premier trimestre et qu'elle a enregistré trois fois plus d'utilisateurs en mars 2020 qu'en mars 2019. Le trading via des applications telles que Schwab, Fidelity et E*Trade ont également enregistré des records battants.

Conséquences du confinement

Il semble que cette augmentation soudaine soit une conséquence du confinement La facilité d'achat et de vente d'actions sans avoir à payer de commission, l'augmentation soudaine du temps libre et la baisse des marchés sont autant d'arguments pour commencer à négocier.

Certains soulignent également qu'avec la fermeture des casinos et la suspension des événements sportifs, la bourse est l'un des seuls moyens encore disponibles pour jouer de l'argent.

Robinhood se concentre principalement sur les jeunes et les individus qui n'ont jamais investi en bourse auparavant, bien que les investisseurs individuels de ce type aient rarement beaucoup de succès sur les marchés, incapables d'investir suffisamment et de conserver leurs positions sur le long terme.

Le calcul de beaucoup de ces jeunes commerçants novices est classique : un marché en crise vous permet d'acheter sans trop casser votre tirelire, grâce à des actions bon marché. Une fois la crise passée, le prix des actions achetées à bas prix augmentera progressivement, puis le temps du profit viendra.

Si la perspective d'arrondir le marché boursier en ces temps difficiles peut être attrayante, il faut prendre soin. Même si, en temps normal, il est vrai qu'un déclin précède souvent une reprise - lors d'une crise grave comme celle qui commence, ils peuvent néanmoins être le premier signe d'une faillite généralisée des marchés. Si c'est le cas, les boursicoteurs amateurs perdront tout.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.