petitmobile
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2020

Arrivée massive en bourse des particuliers (boursicoteurs) pendant le confinement

Pour des milliers de novices, un CAC40 bon marché est un moyen de créer un petit trésor de guerre ... ou de jouer pendant que les casinos sont fermés.

petitmobile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bien que les marchés financiers soient exposés à une grande incertitude et globalement à la baisse, il ne semble pas que la période soit idéale pour commencer à investir en bourse. Cependant, depuis le début de la crise, les actionnaires novices ont débarqué en grand nombre sur les places financières.

Une enquête du cabinet d'analyse App Annie estime que la fintech Robinhood a enregistré une augmentation de 55 % de l'utilisation entre la fin de 2019 et la mi-avril. Robinhood est une application de courtage mobile uniquement qui vous permet de stocker gratuitement.

Une société similaire, TD Ameritrade, affirme que 608 000 personnes ont créé un compte au premier trimestre et qu'elle a enregistré trois fois plus d'utilisateurs en mars 2020 qu'en mars 2019. Le trading via des applications telles que Schwab, Fidelity et E*Trade ont également enregistré des records battants.

Conséquences du confinement

Il semble que cette augmentation soudaine soit une conséquence du confinement La facilité d'achat et de vente d'actions sans avoir à payer de commission, l'augmentation soudaine du temps libre et la baisse des marchés sont autant d'arguments pour commencer à négocier.

Certains soulignent également qu'avec la fermeture des casinos et la suspension des événements sportifs, la bourse est l'un des seuls moyens encore disponibles pour jouer de l'argent.

Robinhood se concentre principalement sur les jeunes et les individus qui n'ont jamais investi en bourse auparavant, bien que les investisseurs individuels de ce type aient rarement beaucoup de succès sur les marchés, incapables d'investir suffisamment et de conserver leurs positions sur le long terme.

Le calcul de beaucoup de ces jeunes commerçants novices est classique : un marché en crise vous permet d'acheter sans trop casser votre tirelire, grâce à des actions bon marché. Une fois la crise passée, le prix des actions achetées à bas prix augmentera progressivement, puis le temps du profit viendra.

Si la perspective d'arrondir le marché boursier en ces temps difficiles peut être attrayante, il faut prendre soin. Même si, en temps normal, il est vrai qu'un déclin précède souvent une reprise - lors d'une crise grave comme celle qui commence, ils peuvent néanmoins être le premier signe d'une faillite généralisée des marchés. Si c'est le cas, les boursicoteurs amateurs perdront tout.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse