Une étude prometteuse suggère que le CBD pourrait lutter contre le cancer du cerveau

Les résultats d'une nouvelle étude portant sur les cellules cancéreuses du cerveau humain et du cerveau canin suggèrent que le cannabidiol (ou CBD) peut être une thérapie utile pour certains cancers du cerveau difficiles à traiter.

L'isolat et l'extrait de CBD peuvent ralentir la croissance et tuer les cellules cancéreuses. Il convient de noter que le CBD est un composé chimique non psychoactif dérivé du cannabis.

L'étude a porté sur le glioblastome, une forme souvent mortelle de cancer du cerveau qui se développe et se propage très rapidement. Même avec des progrès importants dans son traitement, le taux de survie de ce cancer ne s'est pas amélioré de façon significative. « D'autres options de recherche et de traitement sont nécessaires de toute urgence pour les patients atteints d'un cancer du cerveau », a déclaré Chase Gross, étudiant du programme Doctor of Veterinary Medicine/Master of Science de l'Université d'État du Colorado. « Nos recherches montrent que le CBD a le potentiel de fournir une option thérapeutique efficace et synergique pour le glioblastome et qu'il devrait continuer à être étudié avec rigueur », a-t-il ajouté.

Gross devait présenter cette recherche à la réunion annuelle de l'American Society for Pharmacology and Experimental Therapeutics à San Diego ce mois-ci. Bien que la réunion, qui se tiendra parallèlement à la Conférence sur la biologie expérimentale 2020, ait été annulée en raison de la pandémie COVID-19, le résumé des travaux de recherche de l'équipe a été publié ce mois-ci dans le numéro du FASEB Journal.
Gross et ses collègues ont examiné les cellules du glioblastome humain et du glioblastome canin parce que le cancer présente des similitudes frappantes entre les deux espèces. Ils ont testé les effets de l'isolat de CBD qui contient 100 % de CBD et de l'extrait de CBD qui contient de petites quantités d'autres composés naturels tels que le cannabigérol et le tétrahydrocannabinol (THC). « Nos expériences ont montré que le CBD ralentit la croissance des cellules cancéreuses et est toxique pour les lignées cellulaires du glioblastome canin et humain. De plus, les différences dans les effets anticancéreux entre l'isolat et l'extrait de CBD semblent négligeables », a déclaré Gross.

De nouvelles recherches ont révélé que les effets toxiques du CBD sont médiés par la voie naturelle de l'apoptose cellulaire, une forme de mort cellulaire programmée (processus par lequel les cellules déclenchent leur autodestruction en réponse à un signal). Les chercheurs ont également constaté que la mort cellulaire induite par le CBD était caractérisée par de grandes vésicules intracellulaires enflées avant que la membrane ne commence à gonfler et à se décomposer. De plus, c'était le cas pour toutes les lignées cellulaires étudiées.

Les chercheurs croient que les actions anticancéreuses du CBD ciblent les mitochondries, les structures productrices d'énergie de la cellule, causant un dysfonctionnement des mitochondries et libérant des espèces nocives d'oxygène réactif. Leurs expériences ont montré que les cellules traitées au CBD présentaient des diminutions significatives de l'activité mitochondriale.

« Le CBD a fait l'objet d'études approfondies dans les cellules pour ses propriétés anticancéreuses au cours de la dernière décennie. Notre étude contribue à compléter le puzzle in vitro, ce qui nous permet d'avancer dans l'étude des effets du CBD sur le glioblastome, dans un contexte clinique, en utilisant des modèles animaux vivants. Cela pourrait conduire à de nouveaux traitements qui aideraient les personnes et les chiens atteints de ce cancer très grave », a déclaré Gross.

Les chercheurs prévoient ensuite passer des cultures cellulaires à des modèles animaux pour tester les effets du CBD sur le glioblastome dans des conditions réelles. Si les études sur les animaux se déroulent bien, les travaux pourraient progresser vers des essais cliniques chez des chiens traités pour glioblastome naturel à l'hôpital vétérinaire de l'Université d'État du Colorado.

Sources : Journal FASEB / Cibdol

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.