CE SOIR à 19h30 "Tous au dîner du siècle !!! " Place de la Concorde à Paris, venez nombreux ☻

Martine Aubry parle du Siècle © oligarchie
Le Siècle est un club, fondé en 1944 par le journaliste radical-socialiste et francs-maçons Georges Bérard-Quélin, réunissant des membres influents de la « classe dirigeante » française. On y retrouve des hauts fonctionnaires, des chefs d'entreprises, des hommes politiques de droite ou de gauche, des syndicalistes, ou encore des représentants du monde de l'édition et des médias de premier plan. En 2005, le Siècle comptait 580 membres et 160 « invités » qui attendaient une décision sur leur demande d'admission.

Les adhérents du Siècle sont soumis au secret sur les membres et les sujets discutés. 60 % des membres du club sont francs-maçons. Entre 1944 et un article paru en 1977 dans le journal L'Humanité, son existence n'a jamais été mentionnée une seule fois dans un article de journal ou un livre.

 

Chaque dernier mercredi du mois les membres du Siècle se réunissent à l'Automobile Club de France, place de la Concorde à Paris.

 

Fonctionnement:
La principale façon de procéder et d'organiser régulièrement des dîners, entre les membres du Club. Ces repas réunissant de 250 à 300 personnes, sont organisés chaque quatrième mercredi du mois, de 20h à 23H, au siège de l'Automobile Club de France, situé place de la Concorde à Paris. Les plans de table (en général 7 à 8 personnes par table) sont soigneusement étudiés par le secrétaire général de l'association afin de favoriser les échanges intellectuels, et aussi pour pouvoir jauger les invités prétendant au titre (qui participent à ces dîners pendant une période de probation d'un an, avant leur admission définitive). Avant le dîner, l'apéritif au bar est l'occasion de se parler en toute discrétion. Et de s'échanger: bons plans, informations diverses, petits "services" entre amis et autres "interventions" aimables.
Tous les convives doivent respecter les règles d'or du Club, à savoir la courtoisie et la discrétion, notamment en sachant garder le secret sur la teneur des conversations, ce qui explique entre autres qu'aucun communiste n'a été admis jusqu'en 1981, de crainte sans doute qu'il ne divulgue en cellule du parti quelques petits secrets de banquier ou de politicien s'étant laissé aller à des confidences.
Le Club "Le Siècle" cultive lui-même un certain secret en ne publiant aucun document ou bulletin interne. Jusqu'en 1983, les femmes n'étaient pas admises. Une centaine d'entre-elles en font maintenant partie.
C'est le Conseil d'Administration du Club, composé d'une douzaine d'élus, qui décide des admissions après que les candidatures soumises par les membres, une sorte de parrainage en quelque sorte (personne ne porte personnellement sa candidature) aient trouvé au moins deux parrains au sein du club. Une fois admis, il convient en outre de régler la cotisation annuelle (200 euros par an) ainsi que bien-sûr sa part de l'addition à chaque dîner.
Instigateurs et membres:
Un protocole organisationnel, toujours en vigueur aujourd'hui, a été défini pour faire le choix des membres de plein droit du "Siècle". Auparavant, seuls les personnes nées après 1900 peuvaient en effet devenir membres actifs du Siècle. Les années passant, une nouvelle résolution sera adoptée en 1987 pour fixer la limite d'âge des membres à 66 ans maximum. Une autre résolution, datée de juillet 1999, modifiera également les statuts en stipulant désormais que: "Initialement limitée au 20ème siècle, la durée de l'association est étendue au 21e siècle". Il faut d'abord être coopté par les autres membres et être représentatif d'un milieu professionnel ou d'une sensibilité politique du pays. On ne peut pas vraiment y être admis si l'on a pas compris le jeu des relations sociales et le rôle majeur du carnet d'adresses.

 

Quelques membres du club Le Siècle

source Wikipédia


 

"Ne faites jamais rien contre votre conscience, même si l'Etat vous le demande"

einstein.jpg

Albert Einstein

 

Compteur gratuit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.