pgleizes58
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

CHASSE ET PLAISIR ?

CHASSE ET PLAISIR?

pgleizes58
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« T’as pas compris qu’on prend du plaisir dans l’acte de chasse ? » (Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, RMC 9 novembre 2021)

PLAISIR ? Sur ma photo présentée ici, l'on voit une grive tétanisée sur le sol d'un sous-bois quelques minutes après qu'un oeil lui a été arraché par un plomb de chasse...

La loi précise pourtant que les auteurs d'actes de cruauté accomplis intentionnellement dans le but de provoquer la souffrance ou la mort d'un animal sont passibles d'une amende de 30 000 € et de 2 ans de prison, sauf que cela ne concerne que les animaux domestiques... Hypocrisie du législateur quand tu nous tiens !

Depuis la nuit des temps, de nombreuses espèces d'oiseaux migrent deux fois par an sur des distances considérables. Fait extraordinaire, les balises géographiques de ces déplacements sont gravées au plus profond de l'ADN de ces animaux. Opportunistes, les chasseurs ont rapidement compris que les cols de montagnes étaient des points d'embuscades favorables pour tuer ou mutiler ces oiseaux sur leurs chemins migratoires. 

Vingt-deux postes de tir sont positionnés autour du col de Lizarriéta qui sépare la France et l'Espagne sur la commune de Sare dans les Pyrénées-Atlantiques. Chaque poste peut accueillir trois tireurs armés de fusils à trois coups. Le 4 novembre 2021, journée de grands passages, 4661 coups de fusil ont été comptés en ce lieu...

C'est donc un véritable déluge de feu et de plombs qui s'est abattu sur les grives, étourneaux, vanneaux et pitpits tués et blessés ce jour-là. Ces 4661 cartouches représentent environ 2 millions de plombs de chasse dispersés dans le milieu naturel en quelques heures, soit un total de 150 kg d'un métal lourd identifié depuis la chute de l'Empire romain comme un des contaminants les plus toxiques pour l'environnement.

J'ai assisté à tous ces tirs. Le site est sillonné par de nombreux chemins de randonnée qui restent ouverts au public pendant que la mitraille nous retombe dessus. Dans une ambiance de fête foraine, une frénésie collective emporte les tireurs soutenus par les consommateurs assis à la terrasse d'un bar tout proche qui n'hésitent pas à crier et à claquer des mains afin de refouler les vols d'oiseaux vers les fusils, quitte à recevoir en retour une retombée de plombs dans leurs verres.

Souvent, les chasseurs tirent leurs trois cartouches de façon compulsive pour abattre un seul oiseau. Ainsi criblée par des dizaines de plombs, une grive ne sera pas comestible et finira dans une poubelle. 

Les oiseaux qui tombent du ciel à proximité des postes de tir sont ramassés par les chiens et les chasseurs. Avec un mépris total pour ces êtres sensibles, nombreux sont ceux jetés de loin, comme de vulgaires déchets, dans des caisses. Quelques-uns vont y agoniser des heures durant sous le regard amusé de certains chasseurs qui ne cessent de les observer s'agiter contre la mort. A quelques mètres de son 4x4, celui qui m'a le plus consterné faisait semblant de jouer de la guitare sur son fusil entre chaque tir, un véritable comportement de psychopathe.

Des centaines d'oiseaux plus légèrement blessés s'écrasent plus loin dans les bois et ne seront jamais recherchés. Il est pourtant facile de retrouver les plus proches, en s'approchant doucement, on les entend crier au milieu des détonations environnantes...

Cette journée de canonnade peut se résumer à un coup de fusil toutes les neuf secondes pendant dix heures, une expérience éreintante pour les nerfs sur fond d'absence totale d'amour pour la nature de la part de ces pseudo-écologistes-autoproclamés. Et nous sommes très loin du record de 2010 où 10 000 cartouches avaient été tirées en une seule journée en ce lieu de guerre névrotique contre les palombes. De plus, j'ai remarqué qu'à de rares exceptions près, les chasseurs ne protègent pas leurs tympans des centaines de détonations qui surviennent à proximité de leurs oreilles. Auto mutilation machiste ? Le soir, au milieu des poubelles qui débordent de milliers de cartouches, on compte les bouteilles vides.

Cette chasse cruelle et inutile est purement récréative, elle confine au sadisme. Pour justifier l'injustifiable, Willy Schraen, cité plus haut, reprend le même mot que l'on retrouve dans le dictionnaire Larousse pour la définition de sadisme : « PLAISIR pris à faire souffrir ». Ce manque d'empathie pour les animaux, ce chaos contre nos biotopes et ce gâchis généralisé nous concernent tous et nous questionnent. La chasse de loisir est un baromètre sociétal de la violence qui nous entoure. Notre société ne pourra s'apaiser tant que ces comportements mortifères perdureront contre ces chefs-d'oeuvre que sont les oiseaux. Aujourd'hui, les mots « culture » et « tradition » ne sont plus audibles. Ou alors que les chasseurs commencent par monter à pied aux cols, sac sur le dos et fusil sur l'épaule, comme le faisaient leurs grands-pères !

Pensée amicale à la personne qui m'a accompagné aux aurores sous une pluie de plombs pour réaliser cette prise de vue. Comme dans un voyage au bout de l'enfer, elle a eu le cran de défoncer le crâne de cet oiseau à l'aide d'une pierre afin d'abréger ses souffrances. 

Tel est le destin de cette grive éborgnée que l'on voit sur ma photo. Son sort nous éclabousse de honte.

Les amis, ne baissons pas la garde devant de telles ignominies, de telles impostures. Malgré le soutien inconditionnel du président Macron à ces tortionnaires pour de minables raisons de clientélisme électoral, la marée de notre désaccord monte. Le vent se lève et les discussions dans les repas avinés de la Saint-Hubert n'ont plus du tout la même tonalité aujourd'hui qu'il y a dix ans.

Nous sommes en route vers l'interdiction de la chasse aux oiseaux migrateurs.

Ne laissons plus les chasseurs salir notre humanité, la pente est rude, mais nous allons gagner. Déjà, une grande partie de la population ne veut plus de ces carnages sanguinolents et de ces espaces naturels transformés en zone de guerre où sont survenus, depuis 20 ans, 429 accidents mortels ainsi que des milliers de blessures connexes. 

Dans des contextes tout aussi hostiles, les campagnes pour sauver les phoques et les baleines auxquelles j'ai activement participé par le passé se sont terminées par des victoires éclatantes. Cela nous rappelle que tout est possible, il suffit de le vouloir très fort et d'agir.  

Surtout ne pas manquer de regarder la vidéo de Pierre Rigaux à laquelle j'ai eu le privilège de contribuer et qui illustre cette journée noire.

Tuer n'est pas un loisir. Si vous partagez notre indignation, merci de partager cette tribune.

Pierre Gleizes

Ma photo : Col de Lizarriéta, Sare, Pyrénées-Atlantiques, 4 novembre 2021, un plomb de chasse vient d'arracher un oeil à une grive.

http://pierregleizes.com/bloga/
https://www.facebook.com/pierre.rigaux.naturaliste/videos/381811917027696

Grive tétanisée sur le sol d'un sous-bois quelques minutes après qu'un oeil lui a été arraché par un plomb de chasse. Col de Lizarriéta, Sare, 4 novembre 2021 © Pierre Gleizes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social