Voter blanc c'est voter brun

Non, il n'y a pas d'excuse (ni morale ni intellectuelle) pour ne pas voter contre l'extrême-droite, contre la fachosphère au pouvoir. Voter blanc, c'est voter brun, en permettant à Marine Le Pen de faire un meilleur score et, au pire, de gagner l'élection. Les soutiens du FN, eux, ne nous feront pas le plaisir de s'abstenir.

Oui, le parti socialiste qui n'a pas su mener une politique courageuse d'accueil digne des réfugiés et de défense de l'État de droit pendant cinq ans est en partie responsable de la montée des idées d'extrême-droite en France, "pays des droits de l'homme" où "humaniste" est parfois devenu une insulte. Ce n'est certainement pas en laissant passer le FN qu'on combat cette tendance délétère. Et ce n'est pas en refusant de voter contre l'extrême-droite qu'on devient légitime pour prôner une gauche forte (qui sera nécessaire) aux législatives.

Si vous n'êtes pas convaincus, lisez le programme du FN, découvrez les discours de haine sur les sites du bloc identitaire, "Boulevard Voltaire", "Riposte Laïque" etc. Regardez comment le racisme se déchaîne aux États-Unis depuis l'arrivée de Trump. Lisez des textes d'histoire sur les années 30 en Europe. Observez ce qui se passe, en ce moment même, en Pologne et en Hongrie. (Lisez aussi l'excellent texte "Ni abstentionniste ni abstentionniste" de Riss dans Charlie, journal pas spécialement macroniste.)

Et si ce n'est que pour rassurer vos amis étrangers dont je suis de ne pas avoir choisi un pays de haine, de violence et de bêtise, s'il vous plaît, vous qui avez le droit et le devoir de voter, ne laissez pas arriver Marine Le Pen au pouvoir. Merci d'avance, infiniment.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.