philippe alain
http://philippealain.blogspot.fr/
Abonné·e de Mediapart

87 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2011

Hébergement d'urgence: soutenons les sans abri. Exigeons le respect de la loi.

En ce moment, à Paris, à Lyon, à Toulouse, les déboutés du 115 (numéro d'urgence pour les sans-abri) atteignent des chiffres records malgré les annonces en grande pompe des plans froid des préfectures. Chaque soir, ce sont plusieurs centaines de personnes à qui on refuse un hébergement d'urgence faute de place.

philippe alain
http://philippealain.blogspot.fr/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En ce moment, à Paris, à Lyon, à Toulouse, les déboutés du 115 (numéro d'urgence pour les sans-abri) atteignent des chiffres records malgré les annonces en grande pompe des plans froid des préfectures. Chaque soir, ce sont plusieurs centaines de personnes à qui on refuse un hébergement d'urgence faute de place.

La dernière circulaire ministérielle du 21 octobre 2011 concernant le plan froid incite d’ailleurs clairement les préfets à ne pas respecter la loi. (*).

Au chapitre « la mise à l’abri et l’hébergement », elle précise en effet : « L'impératif du « zéro demande non pourvue par manque de place» s'impose dans toutes les périodes de grand froid. » Toute la subtilité réside dans « périodes de grand froid ».

Alors que pour la plupart des gens normalement constitués, il y a l’hiver et le froid, pour le gouvernement, il y a … 3 froids…

Le temps froid : entre – 5°C et – 10°C

Le grand froid : entre – 10°C et – 18°C (celui de la circulaire et de la mise à l’abri)

Le froid extrême : inférieur à –18°C

Au dessus de – 5°C, il ne fait pas froid, si, si, c’est comme ça.

En dessous de – 18°C, on appelle ça le froid extrême. De toutes façons, dans la rue, il y a de fortes chances qu’on soit déjà mort. Pour cette tranche, il y a l’annexe 4 de la circulaire. Elle s’appelle : « Décès de personnes sans domicile dans l'espace public » avec une petite fiche à remplir au cas où...

Si on relit donc la circulaire en ayant à l’esprit le subtil saucissonnage du froid en tranches, on comprend maintenant qu’au dessus de –10°C, les préfets ne sont pas tenus d’héberger toutes les personnes qui en font la demande.

A – 10° C, on vous héberge, à – 9° C, vous pouvez creuver dehors.

La loi, elle, précise pourtant que « Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d'hébergement d'urgence » (article 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles)

Comme vous le voyez, il n’y a pas de conditions entre la mise à l’abri et les températures extérieures.

Vivre à la rue, c’est aussi mourir à la rue. (**)

L’Etat n’a pas le droit de laisser des personnes dehors. C’est la loi. N’attendons pas que la rue fasse de nouvelles victimes pour nous indigner.

Exigeons le respect de la loi et la mise à l’abri de ceux qui en font la demande toute l’année, tout l’hiver et non pas quelques jours seulement, en période de « grand froid ».

Pour que l’hécatombe des sans-abri cesse, nous devons manifester. Ils ont besoin de nous.

Jeudi 10 novembre 2011, à Paris : 14 h, devant le Sénat

A Lyon : 18 h, place Carnot

A Toulouse: 12h30, place du Capitole

Cette manifestation est soutenue par le Collectif des Associations Unies qui regroupe 33 associations dont la Croix-Rouge, Emmaüs, les Enfants de Don Quichotte, la FNARS (***), la Fondation Abbé Pierre, France Terre d’Asile, la Ligue des Droits de l’Homme, Médecins du Monde…

(*) http://www.circulaires.gouv.fr/pdf/2011/10/cir_33974.pdf

(**) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/021111/morts-dans-la-rue-sans-avoir-eu-le-temps-de-vivre-0

(***) http://www.fnars.org/index.php/mobilisations/433-mobilisations/3377-urgence10novembre

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau