Aubry + Montebourg = Bayrou ou la curieuse arithmétique de M. Collomb

Décidément, certains ne reculent devant rien et agitent des épouvantails plutôt inattendus pour pousser leur champion.

En résumé, pour Gérard Collomb, si vous votez Aubry aux primaires, vous aurez Bayrou au second tour des présidentielles...

Le 12 octobre, sur I-télé, M. Collomb, Sénateur-Maire de Lyon et fervent soutien de François Hollande a en effet émis l'idée qu'une « radicalisation du PS » (sous-entendu un vote Aubry soutenu par Montebourg) laisserait une place très importante au centre qui profiterait à François Bayrou.

Il pousse le raisonnement jusqu'à émettre l'hypothèse d'un second tour des présidentielles où monsieur Bayrou serait présent à la place d'un socialiste:

"Si effectivement le parti socialiste se radicalise, on laisse un espace sur le centre et sur la droite extraordinaire, et on risque d'avoir un second tour où on verra par exemple un François Bayrou très haut pendant que les candidats de la gauche seront marginalisés".

Il fallait oser...

Je tiens à rassurer Gérard Collomb et tous les partisans de Martine Aubry. Ils peuvent aller voter l'esprit tranquille. Si Madame Aubry l'emporte, Elle n'aura qu'à former un ticket avec monsieur Collomb. L'espace du centre-droit sera ainsi parfaitement occupé par le maire de Lyon.

Mais en fin de compte, n'est ce pas ce qu'il voulait dire ?

Après avoir soutenu Ségolène Royal en 2007 puis Dominique Strauss-Kahn et maintenant François Hollande, il n'est plus à cela près.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.