Contre la pensée Unique ou es-tu Charlie

LIBERTE-EGALITE-FRATERNITE

L’UNITE NATIONALE n’est ni l’obligation d’arrêter de penser, ni l’obligation d’une pensée unique. CHARLIE HEBDO en était un acharné pourfendeur.

LIBERTE

Nous continuerons à combattre, comme ils l’ont aussi toujours fait, contre ceux qui musellent la liberté d’expression en sacrifiant les budgets culturels, les indemnités des intermittents du spectacle, contre ceux qui votent les lois Hadopi et autres Patriot Acts, contre ceux qui étouffent la presse indépendante, engagée, au profit d’une presse privée, subventionnée, de connivence….

EGALITE

Nous continuerons à combattre, comme ils l’ont aussi toujours fait, contre ceux qui, par leurs choix concrets, aggravent dans notre quotidien les inégalités ou admettent des inégalités comme une fatalité à l’école, dans le travail, face aux impôts, face à la santé, contre ceux qui votent en faveur des traités ultra-libéraux internationaux anti-démocratiques tels que le Tafta ou le Ceta niant démocratie et émancipation….

FRATERNITE

Nous continuerons à combattre, comme ils l’ont aussi toujours fait, contre ceux qui attisent les haines et les égoïsmes et rêveraient d’un affrontement avec les musulmans de France, plutôt qu’un rassemblement contre les lois Macrons, qui détruisent ce qui peut rester de cellule familiale, premier rempart contre les extrémismes ; contre ceux qui refusent l’accès à nos cimetières, à nos écoles faisant fi de la laïcité…

SOLIDARITE

Nous continuerons à combattre, comme ils l’ont aussi toujours fait, contre ceux qui dressent des murs par-delà les mers, contre ceux qui, au nom du commerce, pillent les ressources plutôt que de bâtir sur les coopérations et le développement ; refusant l’aide internationale, par le maintien de dettes insoutenables et illégitimes, terreau de tous les terrorismes, racismes, en Afrique, au Moyen-Orient, où en Europe : Grèce, Espagne…

Nous n’oublions pas, comme ils l’ont aussi souvent croqué, que des journalistes sont emprisonnés, torturés, assassinés à travers le monde, en Egypte, en Syrie, en Irak, en Afghanistan, ou pas, au Mexique, en Russie et que nombre d’entre eux sont musulmans…

Nous n’oublions pas, comme ils l’ont aussi souvent caricaturé, que les premières victimes et de loin les plus nombreuses du terrorisme sont des femmes et des enfants musulmans, en Syrie, Afghanistan, Irak, Soudan, Mali, Egypte, Algérie…

NOUS N’OUBLIERONS PAS CES ÊTRES HUMAINS ASSASSINES, BLESSES, NOUS CONTINUERONS LEUR COMBAT POUR LA LIBERTE, IL EST AUSSI NOTRE.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.