Une lapidation d'Hanna Arendt

C'est le début de l'après-midi ce dimanche 8 Novembre sur France Inter. Paula Jacques invite László Nemes à propos de son film Le fils de Saul. Dans les premières minutes elle converse avec le réalisateur. Puis, au cours de la discussion, les propos changent et… un drôle de dérapage s’opère.

 

Paula Jacques : « Vous voulez réparer quelque chose par rapport  à l’injustice faite aux hommes du Sonderkommando. »

László Nemes : « Moi je pense que depuis la guerre on a changé les rôles entre victimes et ceux qui ont fait le massacre, on a mis de la responsabilité sur les victimes. »

Paula Jacques : « L’opprobre qu’on a pu jeter sur les Sonderkommando, ça tient aussi à Hanna Arendt qui, au procès de Jérusalem, déclare que sans la participation des collaborateurs juifs - évidement elle faisait référence aux sonderkommandos - les allemands n’auraient jamais réussi à assassiner 6 millions de personnes. »

László Nemes : « Oui, enfin Anna Arendt couchait avec des nazis. Donc je veux pas tant écouter Anna Harendt que des voix qui regardent du côté des victimes. »

Rire de Paula Jacques

 

Les sonderkommandos ont réussi à organiser la seule insurrection armée de l’histoire du camp d’Auschwitz alors que la résistance du camp s’est complètement détournée* d’eux. Alors qu’en Europe les centaines de milliers de prisonniers de guerre qui avaient l’entrainement militaire n’ont jamais essayé de se soulever, les juifs du Sonderkommando l’on fait… on n'arrête pas de mettre de la responsabilité sur les victimes, et ça, cela me dérange terriblement.

 

Paula Jacques : Juste un mot sur Anna Arendt, c’est vrai qu’elle a eu une liaison avec Heidegger mais elle était jeune fille et c’était avant de fuir l’Allemagne nazie, mais passons. »

 

Étrange moment où l'on entend présenter comme l’essence de la position d’Hanna Arendt un élément secondaire de son analyse, car ce qu'elle évoque surtout ce sont les conseils juifs des ghettos et le système bureaucratique administratif qui organise le processus de destruction des juifs. Ce qui est une présentation lapidaire et douteuse permet au pire d’advenir sous la forme d’une lapidation morale d'Arendt par Laszlo Nemes: on ne discute pas avec une « femme qui couche avec des nazis ». Et qui couche avec des nazis est du côté des bourreaux et non des victimes. L'ignoble côtoie l’ignorance.

 

L'ignoble c'est bien sûr le rabattement d'une analyse (qui peut tout à faite être considérée discutable et discutée) au statut infamant d'une femme dont le propos ne mérite pas d'être discuté puisqu'elle couche…et avec des nazis !

L’ignorance c’est oublier que la rencontre Arendt - Heidegger a eu lieu en... 1925.  Soit huit ans avant la prise du pouvoir par les Nazis et l’adhésion de Heidegger au Parti National Socialiste !

L’ignoble c’est de réduire une rencontre philosophique, intellectuelle et sentimentale à une partie de jambes en l'air. Normal c'est une femme. Plus grave encore : le pluriel employé (des nazis) a du sens ici et l’on devine les sous-entendus qu’il contient. On n’est pas loin du vieux refrain de la collaboration horizontale… Ah ! Mais c'est qu'elle aurait presque méritée d'être tondue cette Arendt!

Et Paula Jacques rit…Pardon, elle précise quand même  que « c’est vrai qu’elle a eu une liaison avec Heidegger mais elle était jeune fille et c’était avant de fuir l’Allemagne nazie, mais passons. »

Mais pas un mot sur le fond du propos scandaleux. 

Ce dimanche  8 novembre sur France Inter, à 14h, László Nemes calomnie la mémoire d’Hanna Arendt et comme réponse Paula Jacques susurre un « passons ».

Madame Jacques et Monsieur Nemes ne considéreront probablement pas nécessaire de faire le moindre rectificatif. Pire, peut-être même que Paula Jacques considère déjà son « passons » comme un rectificatif. Il y a quelque chose de pourri au royaume des bons sentiments. J’avais perçu Paula Jacques sous un autre aspect. La chute est brutale. Quant à László Nemes, je n’ai pas encore vu son film mais il n’est pas vraiment à la hauteur des ambitions qu’il affiche devant les micros et sur les plateaux.

 

Philippe Cyroulnik

 

 

*Il y aurait beaucoup à dire sur ce raccourci.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.