Le président d'Air Madagascar continue de faire son shopping!

La crise n'en déplaise au président du conseil d’administration Henry RabaryNjaka, qui secoue de nouveau la compagnie Air Madagascar, risque de lui être fatale pour le suivi de votre carrière.

Pourquoi?

Parceque, Monsieur le Président du Conseil d'Administration, le rôle d'un Patron, n'est pas de se ballader ou de siéger et de récupérer de temps en temps des commissions, il doit aussi écouter son personnel, le considérer et surtout d'éviter d'émettre des menaces aux Syndicalistes qui ont pour premier rôle de négocier!

Depuis un mois les Syndicats, vous ont demandé de négocier, comme d'habitude, un peu comme votre patron le Président de la République, vous considérez ces demandes comme du temps perdu, votre patron vient de connaître une des conséquences de ne pas écouter, de ne pas être attentif aux appels,il vient de s'en sortir, mais nous, nous savons que n'ayant pas dissous l'Assemblée Nationale, celà va recommencer sous une autre forme, face à la mauvaise volonté, la fermeté est de mise, mais face aux demandes ouvrières et syndicales le moins que l'on doit faire c'est d'écouter: vous non!

Vous allez déclencher à compter de lundi, un mouvement qui va se durcir et là votre tête sera demandée avec celle des autres dirigeants de cette Compagnie. Le quotidien la Gazette de la Grande Île écrit dans ses colonnes l'information suivante " les travailleurs de la compagnie aérienne sont au moins sûrs du soutien de la population malgache, le vrai propriétaire d’Air Madagascar à qui on doit la vérité ». Une vérité qui confond terriblement le Rabary-Njaka, les dirigeants de la compagnie nationale et les responsables des transports aériens à Madagascar."

Nous trouvons dans ce document le résumé de nos avertissements, votre Pays n'a pas besoin de crises continuelles, à votre niveau vous devriez travailler jour et nuit pour sauver ce qui peut l'être , redonner l'espoir au peuple, redonner la sécurité, surtout dans le sud de l'île où l'exploit du Premier Ministre venant de Suisse, qui lui aussi c'est pris pour Dieu le Père, est allé porter son pardon aux dahalos soi-disant repentants, allez faire un tour dans cette région, on va voir l'accueil que vous fera cette population qui voit avec effroi des crimes inimaginables mêmes sur des bébés!

Honte à vous politiques de ce beau pays , vous êtes responsables de cette situation , alors que vous êtes à Antananarivo, entouré de vos gardes de corps, alors que le Chef de l'Etat vous a laissé le titre de PCA de la Compagnie, vous au contraire vous vous considérez en haut de l'échelle, vous n'êtes rien, Monsieur, vous avez un pouvoir que vous a prêté un Homme et un Peuple, le jour approche où vous devrez rendre des comptes, vous allez partir en catimini, avec de l'argent certes mais aussi la honte.( ça hélas nous savons que vous avez dépassé le seuil de savoir ce qu'est la honte, sinon vous ne seriez pas où vous êtes en ce moment)

Pour terminer continuons de lire le document de la Gazette de la Grande Île: ", le PCA qui « fait la pluie et le beau temps chez Air Madagascar » est pointé du doigt. D’après les révélations portées sur la place publique, il a d’abord vendu les 3 trois avions ATR appartenant à la compagnie nationale depuis des années (2 ATR72-500 et 1 ATR42-500). L’explication avancée au sein de la société est que la compagnie a besoin d’argent frais. Personne à l’exception des rares initiés n’est cependant au courant du prix réel de la cession. Passe encore. Les interrogations virent rapidement à la colère quand les mêmes avions reviennent au sein de la compagnie mais cette fois-ci dans le cadre d’une location auprès de l’acheteur.

Le directeur de cabinet du Président de la République qui selon les mauvaises langues, a été propulsé PCA d’Air Madagascar grâce à sa licence de pilote privé, s’en est aller,par la suite,négocier l’acquisition de 2 ATR72-600. Le personnel ne remet pas en cause le choix mais contexte le prix élevé de la location qui est de 200 000 dollars par mois. « On a consulté les techniciens qu’après coup alors que les nouveaux ATR72-600 ne sont même pas dotés de système de communication HF sans lequel un avion ne peut effectuer des vols transocéaniques. Ces avions ne peuvent donc aller à Maurice, La Réunion et hors de nos frontières sans ce système dont la mise en place de ce système nécessite deux mois d’immobilisation au sol, soit 400 000 dollars de location, et un surcoût de 125 000 dollars ». Les techniciens révèlent par ailleurs les faibles performances de ce type d’appareil en matière de frêt et dans les conditions météorologiques des zones côtières. « Dernièrement au décollage de Toliary, cet appareil n’a pu ainsi charger que 42 passagers sur une capacité de 70 sièges malgré la demande ».

Enfin, le grief apporté contre Henry Rabary-Njaka est le Boeing 737-800 qui complètera la flotte d’Air Madagascar. « Le choix n’a pas tenu compte des besoins du marché. Cet appareil ne peut même pas se poser à Antsiranana alors que la ligne qui marcle le plus est Antananarivo-Antsiranana-La Réunion ».

Merci à Monsieur Salomon Ravelontsalama, journaliste au jquotidien Malgache, qui a fait là un excellent document de travail et d'investisgations

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.