Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 nov. 2012

Preuve des tueries perpetrées par RAJOELINA le 7 fervier 2009 à Madagascar

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A LIRE SURTOUT  A  RELIRE  , je demande aux membres et au président de CETTE ASSOCIATION qui a porté plainte contre RAVALOMANANA EN AFRIQUE DU SUD.....

Mais maintenant que les gens comme le COLONNEL CHARLES , et d'autres,  parlent et disent la vérité, les médias français  comme BFM TV, i TELE , FRANCE 2, TF1 , ne relaient plus ces nouvelles informations, c'est dommage, pourtant, il s'agit là de mort d'hommes... Cherchez l'erreur WATSON.

Révélations sur l’affaire 7 février et l’affaire BANI.

Je soussigné, Charles Andrianasoavina, né le 27 Juillet 1968 à Manakara

Fils de Charles Ramanantsoa et de Moma Suzamie Adeline

Officier d’active dans l’armée Malagasy portant le grade de Lieutenant Colonel dans le corps du 1er Régiment de Transmissions et de Services et détaché à l’EMGAM (Etat Major Général de l’Armée Malagasy), ne souffrant d’aucune maladie psychiatrique pour ainsi dire saint d’esprit, sans aucune

contrainte ni corruption décide après mure réflexion par la présente de dévoiler au Peuple Malagasy et à la Communauté Internationale les faits auxquels j’ai assisté sur le coup d’état de Mars 2009, l’aifaire BANI et le rapport d’expertise concernant la tuerie du 07/02/2009.

Je précise qu’au cours de mes longs mois d’hospitalisation, je n’ai jamais été vu ni par un Neurolgue ni par un neuropsychiatre encore moins par un Psychiatre.

J’avoue que je faisais partie de ceux qui ont participé activement aux manoeuvres de déstabilisation depuis Janvier jusqu’à la prise du pouvoir le 17 Mars 2009 en précisant d’emblée que le commanditaire de ce coup d’état est le Président de la Transition actuelle Andry Nirina Rajoelina.

Je reconnais la gravité de telle déclaration mais ayant perpétré un acte répréhensible vis à vis de mon pays je suis prêt à en assumer les conséquences.

Il a été convenu entre Monsieur Rajoelina et moi-même avant de perpétrer notre acte que la transition ne dure pas plus de 24 mois.

J’ai contraint Monsieur Rajoelina à signer l’accord de Maputo mais qu’il ne l’a pas du tout appliqué

Par ailleurs, j’ai appris que le massacre du 07 Février a été exécuté par des éléments du Commandant Lylyson René. J’ai manifesté mon indignation à Monsieur Rajoelina qui m’a simplement répondu que c’est le prix à payer.

Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina

AFFAIRE MASSACRE DU 07 FEVRIER D’AMBOHITSIROHITRA

Saint André le 05 Novembre 2012

Vu la fonction que j’occupais au sein de l’Etat Major Général de l’Armée Malagasy,

Vu ma proximité directe avec le Président de transition,

Tous les documents stratégiques d’ordre militaire et de sécurité transitaient à mon bureau

Concernant la tuerie d’Ambohitsirohitra du 07 Fevrier 2009 je persiste, confirme et signe que la déclaration du Lieutenant Colonel de la Gendermerie Rabe Jules, Directeur d’Enquête au sein de la Commission Nationale Mixte d’Enquête (CNME) au moment des faits sont vrais.

En effet , il n’est pas nécessaire d’être un expert en balistique pour conclure que des impacts de balles sur la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsirohitra ne peut pas venir de tirs provenant de l’intérieur du palais et lors cette expertise j’étais présent sur le lieu.

Par ailleurs, le Commandant René Lylison de Rolland Urbain, au moment des faits adjoint du commandant de Groupement de Gendarmerie de Tsiroanomandidy était présent à Antaninarenina le 07 fevrier 2009 avec des gendarmes armés ne faisant pas partie de l’EMMONAT;

Ces éléments armés commandés par le commandant Lylyson se sont postés dans tous les bâtiments entourant le Palais d’état d’Ambohitssorohitra : Ex Siège du PSM, Trésor Publique, Ministère des Finances et Hôtel du Louvre et ont tiré sur les Manifestants par derrière et de flanc expliquant les impacts découverts sur la façade avant de la Clôture du palais.

Le Dimanche 08 Fevrier ce même Commandant Lylyson a été aperçu de bonne heure (vers 6 heures ) à Anosy, roulant à vive allure direction Ouest comme pour rejoindre son groupement à Tsiroanomandidy.

Ainsi au vu de tous ses éléments, l’accusation contre le Président Ravalomanana d’être à l’origine de ce massacre n’est que pure calomnie pour le discréditer vis à vis du peuple Malagasy et de la Communauté internationale.

Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina

07 Février 2009 : on a bien tiré surle Palais d’Ambohitsorohitra

« En effet, il n’est pas nécessaire d’être un expert en balistique pour conclure que des impacts de balles sur la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsirohitra ne peut pas venir de tirs provenant de l’intérieur du palais et lors cette expertise j’étais présent sur le lieu. » Révélations du 5 novembre 2012

Ces propos sont ceux du Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina et nous ont servi de point de départ pour notre enquête. Il n’y a pas trente-six millions d’options, soit le Lieutenant Colonel Charledrianasoavina a dit la vérité, soit il a raconté des bobards pour se dédouaner.

À Madagascar, comme il est inutile de compter sur une Justice aux ordres, nous avons donc décidé de mener notre propre enquête.

Point de départ de cette enquête donc, la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsorohitra, comme précisé par le Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina.

1er cliché pris à 14 h 37 (avant la fusillade) (zoom sur le montant du portail)

Second cliché pris à 14 h 59 (quelques secondes après la fusillade)(zoom sur le même montant)

Tout le monde a vu ces 2 photos, à l’époque et a priori, rien d’anormal, toute l’attention étant concentré sur le manifestant à terre et non sur le portail.

Maintenant sur les 2 photos on va zoomer au maximum sur le portail blanc métallique d’accès au palais, entre les 2 cabanons des postes de garde.

Plus précisément vers le montant droit (sur la photo) du portail, un peu en haut, au niveau des drapeaux.

1ère photo, impeccable, portail blanc immaculé.

Par contre 2e photo, et après la fusillade, le portail blanc plus n’est plus immaculé du tout, il y a un impact qui n’y était pas 22 minutes avant.

À ce stade de notre enquête, Charles Andrianasoavina n’a donc pas raconté des bobards : « les impacts de balles sur la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsirohitra ne peut pas venir de tirs provenant de l’intérieur du palais ».

Il y a bien eu des impacts sur la façade de la clôture et ces impacts ont été faites par des balles tirés en face du palais.

Alors, qui a tiré ces balles ? La encore, il n’y a pas 36 millions de possibilités : si ce ne sont pas les gardes présidentiels, ces tirs proviennent soit de la foule qui avançait, soit des bâtiments environnants.

Le Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina fournit lui même la réponse : « Par ailleurs, le Commandant René Lylison de Rolland urbain, au moment des faits adjoint du commandant de Groupement de Gendarmeries de Tsiroanomandidy était présent à Antaninarenina le 07 février 2009 avec des gendarmes armés ne faisant pas partie de l’EMMONAT ;

Ces éléments armés commandés par le commandant Lylyson se sont postés dans tous les bâtiments entourant le Palais d’état d’Ambohitssorohitra : Ex Siège du PSM, Trésor public, ministère des Finances et Hôtel du Louvre et ont tiré sur les Manifestants par derrière et de flanc expliquant les impacts découverts sur la façade avant de la Clôture du palais. »

Dans un endroit comme ici ?

Fin de notre enquête.

A ce stade, la version « officielle » stipulant que c’est la Garde présidentielle de Marc Ravalomanana qui a tiré sur la foule est fortement sujet à caution.

La Justice bananière malgache aux ordres va bien sûr ignorer superbement cette enquête et faire comme si ces preuves à charges n’existaient pas.

Pour les autres institutions judiciaires internationales un peu plus sérieuses, nous mettons gracieusement à disposition ci-dessous les 2 photos originales. Les données EXIF font foi de leur authenticité.

07 Février 2009 : on a bien tiré sur le Palais d’Ambohitsorohitra

19/11/2012 à 9:14Actualité77 commentaires

« En effet, il n’est pas nécessaire d’être un expert en balistique pour conclure que des impacts de balles sur la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsirohitra ne peut pas venir de tirs provenant de l’intérieur du palais et lors cette expertise j’étais présent sur le lieu. » Révélations du 5 novembre 2012

Ces propos sont ceux du Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina et nous ont servi de point de départ pour notre enquête. Il n’y a pas trente-six millions d’options, soit le Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina a dit la vérité, soit il a raconté des bobards pour se dédouaner.

À Madagascar, comme il est inutile de compter sur une Justice aux ordres, nous avons donc décidé de mener notre propre enquête.

Point de départ de cette enquête donc, la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsorohitra, comme précisé par le Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina.

1er cliché pris à 14 h 37 (avant la fusillade) (zoom sur le montant du portail)

Second cliché pris à 14 h 59 (quelques secondes après la fusillade)(zoom sur le même montant)

Tout le monde a vu ces 2 photos, à l’époque et a priori, rien d’anormal, toute l’attention étant concentré sur le manifestant à terre et non sur le portail.

Maintenant sur les 2 photos on va zoomer au maximum sur le portail blanc métallique d’accès au palais, entre les 2 cabanons des postes de garde.

Plus précisément vers le montant droit (sur la photo) du portail, un peu en haut, au niveau des drapeaux.

1ère photo, impeccable, portail blanc immaculé.

Par contre 2e photo, et après la fusillade, le portail blanc plus n’est plus immaculé du tout, il y a un impact qui n’y était pas 22 minutes avant.

À ce stade de notre enquête, Charles Andrianasoavina n’a donc pas raconté des bobards : « les impacts de balles sur la façade avant de la clôture du palais présidentiel d’Ambohitsirohitra ne peut pas venir de tirs provenant de l’intérieur du palais ».

Il y a bien eu des impacts sur la façade de la clôture et ces impacts ont été faites par des balles tirés en face du palais.

Alors, qui a tiré ces balles ? La encore, il n’y a pas 36 millions de possibilités : si ce ne sont pas les gardes présidentiels, ces tirs proviennent soit de la foule qui avançait, soit des bâtiments environnants.

Le Lieutenant Colonel Charles Andrianasoavina fournit lui même la réponse : « Par ailleurs, le Commandant René Lylison de Rolland urbain, au moment des faits adjoint du commandant de Groupement de Gendarmeries de Tsiroanomandidy était présent à Antaninarenina le 07 février 2009 avec des gendarmes armés ne faisant pas partie de l’EMMONAT ;

Ces éléments armés commandés par le commandant Lylyson se sont postés dans tous les bâtiments entourant le Palais d’état d’Ambohitssorohitra : Ex Siège du PSM, Trésor public, ministère des Finances et Hôtel du Louvre et ont tiré sur les Manifestants par derrière et de flanc expliquant les impacts découverts sur la façade avant de la Clôture du palais. »

Dans un endroit comme ici ?

Fin de notre enquête.

A ce stade, la version « officielle » stipulant que c’est la Garde présidentielle de Marc Ravalomanana qui a tiré sur la foule est fortement sujet à caution.

La Justice bananière malgache aux ordres va bien sûr ignorer superbement cette enquête et faire comme si ces preuves à charges n’existaient pas.

Pour les autres institutions judiciaires internationales un peu plus sérieuses, nous mettons gracieusement à disposition ci-dessous les 2 photos originales. Les données EXIF font foi de leur authenticité.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
par Bésot