Philippe FEAT
Retraite invalidité depuis 2007. Avant au PTT
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juin 2016

Prise d'otage de l'Euro de foot

Prise d'otage de l'Euro de foot

Philippe FEAT
Retraite invalidité depuis 2007. Avant au PTT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ca y'est, nous vl'à pris en otages par les millionnaires de l'Euro de foot.

  En 1945, Georges Orwell écivait (d'après Télérama de cette semaine): "Il y a bien assez de causes réelles de conflits sans qu'il soit nécessaire d'en créer de nouvelles en encourageant des jeunes gens à se flanquer des coups de pieds dans les tibias sous les clameurs de spectateurs en folie."

L'Euro démarre dans une Europe désunie (triste spectacle à Marseille)comme jamais. Peut-on vraiment continuer à aimer le foot sans se mentir ? Scandales à la Fifa, déboulonnage de l'idole Michel Platini, forts soupçons de corruption dans l'attribution de la Coupe du monde au Qatar, affaire de la sextape, accusations de racisme par un joueur contre l'entraîneur de l'équipe de France. Le foot est entre les mains de marchands sans scrupules, d'Etats despotes, d'agents troubles et de mafieux.

Bedos ne disait-il pas, il y a quelques années: "Le foot, le foot, la France est foutue" ? Tout en étant un ancien footeux, je ne me reconnais pas dans cette compétition qui ne prône pas des valeurs intéressantes. Faut reconnaître que notre éducation scolaire en porte une lourde responsabilité. En effet, la compétion est privilégiée par rapport au partage, à la solidarité, à la mixité, l'écologie, l'humain, le social, la démocratie, la culture, le respect, la tolérance, l'esprit critique...., avec, normalement l'apprentissage de la lecture, de l'écriture, du calcul. Et ceci engendre des adultes qui sont prêts plus tard, à marcher sur le collègue pour lui piquer un meilleur poste.

Pendant 1 mois, cette "prise d'otage" va exister, avec l'aide des médias, mais mes pensées vont plus vers les salariés qui continuent à se battre pour empêcher que la funeste loi Travail ne passe en l'état et ne les fasse galérer pendant plusieurs années...!

Un exemple, parmi tant d'autres: Maillot officiel des Bleus: prix de vente  85 euros

                                                                                                fabrication      5,58 euros

                                                                                                revenu ouvrier  0,65 euros

Mince, en plus d'être pris en otages, devons nous accepter cet esclavagisme moderne..?!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Atlantique », un film de Mati Diop
Des jeunes ouvriers au Sénégal ne sont pas payés depuis plusieurs mois rêvent de partir pour l’Europe au risque de leur vie. Ada, amoureuse de l’un de ces hommes, est promise à un riche mariage contre son gré. Les esprits auront-ils raison de ces injustices ?
par Cédric Lépine
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement