Les PTT

Je suis surpris que "l'UFC que choisir" annonce, avec étonnement, une augmentation des tarifs postaux de 40 %. En effet, celle-ci a lieu depuis la réforme de 1991-92 qui a vu les technocrates aux dents longues qui rayent le parquet remplacer de tous les documents administratifs le mot "usager" par "pigeon", pardon par "client". Cette modification est loin d'être innocente, car elle montre que les responsables de la Poste (anciennement PTT) n'avaient qu'une idée, c'est de pratiquer une politique ultra-libérale dont les Postier(e)s souffrent ainsi que les usagers qui constatent, aujourd'hui, la disparition du Service Public. Celui-ci était, parfois dénigré de l'extérieur, pourtant, les agents de l'époque n'avaient qu'un seul but: se mettre au service des personnes qui venaient dans un bureau de Poste où ceux qui attendaient la visite quotidienne de leur facteur ou factrice. Il y de quoi se mettre en colère devant ce gâchis qui ne peut que satisfaire Macron and Co. La réaction des syndicats et du personnel de l'époque a été freinée par la CFDT et comme beaucoup, j'ai, alors rejoint les rangs de SUD PTT. Ce syndicat (la cfdt) porte une lourde responsabilité sur cette FAUTE en soutenant "le coupeur de têtes ", responsable politique, à l'initiative de la réforme. Un exemple: Nous devions, en tant que stagiaires, nous rendre au tribunal, pour prêter serment et quand on a une vingtaine d'années, ça a de la gueule. Aujourd'hui, les jeunes qui rentrent dans ce laboratoire de démolition du Service Public, ont juste droit à passer devant leur supérieur hiérarchique et cela ne dure qu'un petit quart d'heure. Alors, est-ce trop tard pour retrouver un véritable Service Public ? Non, à condition que l'on soit assez nombreux pour renvoyer ces chercheurs de profits à leurs études nocives !!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.