Philippe FEAT
Retraite invalidité depuis 2007. Avant au PTT
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 nov. 2015

Les PTT

Philippe FEAT
Retraite invalidité depuis 2007. Avant au PTT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis surpris que "l'UFC que choisir" annonce, avec étonnement, une augmentation des tarifs postaux de 40 %. En effet, celle-ci a lieu depuis la réforme de 1991-92 qui a vu les technocrates aux dents longues qui rayent le parquet remplacer de tous les documents administratifs le mot "usager" par "pigeon", pardon par "client". Cette modification est loin d'être innocente, car elle montre que les responsables de la Poste (anciennement PTT) n'avaient qu'une idée, c'est de pratiquer une politique ultra-libérale dont les Postier(e)s souffrent ainsi que les usagers qui constatent, aujourd'hui, la disparition du Service Public. Celui-ci était, parfois dénigré de l'extérieur, pourtant, les agents de l'époque n'avaient qu'un seul but: se mettre au service des personnes qui venaient dans un bureau de Poste où ceux qui attendaient la visite quotidienne de leur facteur ou factrice. Il y de quoi se mettre en colère devant ce gâchis qui ne peut que satisfaire Macron and Co. La réaction des syndicats et du personnel de l'époque a été freinée par la CFDT et comme beaucoup, j'ai, alors rejoint les rangs de SUD PTT. Ce syndicat (la cfdt) porte une lourde responsabilité sur cette FAUTE en soutenant "le coupeur de têtes ", responsable politique, à l'initiative de la réforme. Un exemple: Nous devions, en tant que stagiaires, nous rendre au tribunal, pour prêter serment et quand on a une vingtaine d'années, ça a de la gueule. Aujourd'hui, les jeunes qui rentrent dans ce laboratoire de démolition du Service Public, ont juste droit à passer devant leur supérieur hiérarchique et cela ne dure qu'un petit quart d'heure. Alors, est-ce trop tard pour retrouver un véritable Service Public ? Non, à condition que l'on soit assez nombreux pour renvoyer ces chercheurs de profits à leurs études nocives !!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Ehpad privés: un business sur la vieillesse à changer
Des Ehpad privés financés pour près de 50% par le contribuable génèrent un business juteux pour les actionnaires alors que nos aînés finissent leur vie en étant soignés par un personnel insuffisant et mal payé. De multiples rapports parlementaires, enquêtes, documentaires, livres, montrent la réalité d'une situation inacceptable alors que le vieillissement de la population s'accroît.
par serge_escale
Billet de blog
Entre maltraitances et dividendes, Orpea n'a pas hésité
La sortie du livre de Victor Castanet « Les fossoyeurs » publié chez Fayard, rouvre le débat de la façon dont nos sociétés traitent les plus vulnérables, ici les personnes âgées. A travers cette question, c'est aussi celle des financements publics au sein de structures privées qui cherchent prioritairement la profitabilité.
par Muriel Dugas-Andriocci
Billet de blog
La maltraitance dans les Ehpad : fatalité ou surdité profonde des autorités ?
Puisse le combat de nombreuses familles de résidents en Ehpad[1], relayé par la Presse, soit enfin suivi d’effet … Aujourd’hui, nous apprenons l’audition du Directeur Général d’un Groupe gérant une chaîne de maisons de retraite et attendons avec intérêt le résultat des investigations. Pour illustrer cette actualité, voici un témoignage parmi tant d’autres…
par Claudia CANINI
Billet de blog
Orpea ou les chasseurs d’or de la silver-économie
Le livre de Victor Castanet va peut-être contribuer à ce que cesse la prise en charge lucrative des personnes âgées dépendantes. Pourtant, les critiques et enquêtes, ces dernières années, n’ont pas manqué. Autres chroniques : quelque chose de pourri au Royaume du Danemark, la violence inouïe des discours Zemmour/Le Pen sur la suppression des allocations familiales aux familles immigrées.
par YVES FAUCOUP