La Révolution Française et l'instruction publique


Les éditions THÉOLIB ont publié fin 2014, dans la collection « Sources laïques » un ouvrage de l’historien James Guillaume (1844 - 1916) intitulé « Un aspect oublié de la Révolution Française. L’instruction publique ». Son éditeur-écrivain-conférencier, Pierre-Yves RUFF déclare en quatrième de couverture : « Pour en finir avec le dénigrement de la Révolution Française » et cite Jaurès : « Il serait souverainement injuste de rendre les révolutionnaires responsables de leur échec, et de n’apprécier leur effort qu’à la mesure du résultat obtenu ». 

Voici l’Avant-propos rédigé par Pierre-Yves RUFF.

Surtout connu par son œuvre d’historien de la Première Internationale – il en fut également l’un des acteurs de tout premier plan – James Guillaume (1844-1916) fut aussi le bras droit de Ferdinand Buisson, dans le cadre d’une aventure d’envergure : la réalisation du Dictionnaire de Pédagogie et d’Instruction Primaire (1887), dont la nouvelle version, publiée en 1911, aura pour titre Nouveau Dictionnaire de Pédagogie et d’Instruction Primaire.

Dans ce cadre, et donc à deux reprises, Guillaume, occupera les fonctions de secrétaire de rédaction – autant dire de coordination des travaux des plus de 230 contributeurs. Bien entendu, il sera soumis au devoir de réserve et mettra entre parenthèses ses engagements militants. Il écrira lui-même bon nombre de notices, dont certaines particulièrement développées.

C’est ainsi que les entrées du Dictionnaire qu’il consacre à la Convention, ou encore à cet immense pédagogue que fut Pestalozzi, sont à eux seuls de véritables ouvrages. Bon nombre d’autres notices, plus brèves, sont consacrées à des pédagogues, dont beaucoup furent des figures marquantes de la Révolution Française.

Ces écrits de Guillaume sont bien sûr disponibles dans notre récente réédition du Nouveau Dictionnaire.

Toutefois, aux temps contemporains, la diffusion d’un Dictionnaire, constitué de douze volumes d’environ 500 pages chacun, demeure forcément confidentielle.

Nous aurions trouvé regrettable que les écrits de Guillaume, de ce fait même, le restent aussi.

Il nous est apparu préférable de les proposer aussi sous la forme de livres – ce qu’en un sens ils sont également –, le premier reprenant l’article “Convention”, le deuxième “Pestalozzi”, le troisième les différentes figures de la Révolution et de la réflexion scolaire ayant marqué l’Histoire, et auxquels James Guillaume dédia un écrit.

À travers la question scolaire – avec d’autres, et notamment des libertaires, Guillaume le montre mieux que quiconque – c’est toute la question de la Révolution, de l’approche sociale, de la société à venir, qui est posée.

——-

Un dernier mot, à propos de ce livre. Un lecteur pourrait s’étonner de trouver l’œuvre scolaire de la Révolution Française sous le titre général “Convention nationale”.

Pratiquement – et tous les historiens le disent – ce n’est que sous la Convention que fut pensée une nouvelle organisation de l’instruction publique. L’application n’en fut guère possible, le temps ayant cruellement manqué.

Toutefois – et c’est un fait que l’on ne rappellera jamais assez – quand, sous le ministère Ferry, l’œuvre scolaire fut reprise et repensée dans une approche républicaine, ce fut tout naturellement vers les travaux de la Convention nationale qu’on se tourna, pour y trouver l’inspiration des temps présents.

C’est assez dire que, de nos jours encore, bien des éléments de la réflexion de ces temps demeurent d’actualité.

James Guillaume : « Un aspect oublié de la Révolution Française. L’instruction publique », Editions Théolib, 2014, 160 pages, 18€

-----

Vous pouvez commander cet ouvrage sur Amazon, mais le mieux reste de loin une commande directe à : Pierre-Yves Ruff , Écrivain, éditeur et conférencier, Théolib • Maison d’édition associative : La Saulnerie de Bas – 50750 Saint-Martin de Bonfossé – theolib@theolib.com – 02 33 55 07 10 • 06 89 96 79 87 – www.theolib.com 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.