A tous les Notaires et leurs collaborateurs

Dans mon dernier blog que j'avais appelé "Macron, prince des rentiers" (http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-fuzellier/090815/macron-le-prince-des-rentiers) , vous avez été alertés sur la plausible déclaration de patrimoine d'Emmanuel Macron, comme tombant sous le coup de la loi pénale.Médiapart avait été saisi depuis le 7 avril par mes soins, à l'appui d'un rapport accablant.L'une de vos confrères rapporte sur un forum notarial avoir alerté Médiapart plusieurs mois avant moi,sans aucune suite, pour le même objet.Je vous ai demandé dans mon dernier blog d'en alerter la journaliste (Mathilde Mathieu) et son Directeur (Edwy Plenel).

Préalablement, j'avais adressé à la journaliste le mail ainsi conçu:

"Bonjour Mathilde Mathieu, 

J'espère que vous avez passé de bonnes vacances et que celles-ci vous ont été profitables.

Dans mon blog je vous ai rendu hommage pour vos articles, nous n'avons pas la même interprétation ,puisque vous parlez d'attaques personnelles.Vous commettez un abus de langage quand vous parlez de multiples échanges.

Nous n'avons obtenu aucune réponse à toutes nos questions.Il m'a fallu de nombreux appels téléphoniques, sms, mails, pour en définitive nous dire pendant 4 mois que vous n'aviez pas assez de temps pour vous consacrer à notre sujet et que vous aviez besoin de recouper avec d'autres informations.Longtemps nous vous avons suspecté de gagner du temps pour ne pas perturber le parcours normal de la loi Macron.

Je vous félicite, vous avez réussi sur ce point, à ne pas inquiéter notre ministre.L'une de nos notaires sur un forum affirme qu'aucun journaliste n'a réussi à s'en prendre à Macron et qu'il les tenait tous, en ce, compris Médiapart.

Votre journal avait tout pour se démarquer des autres médias, en ayant en sa possession un rapport accablant, et c'est le juriste-pénaliste ,qui vous parle.La déclaration de patrimoine de Mr Macron est éminemment mensongère en ayant omis des éléments qu'ils vous suffisaient de vérifier par rapport à la notice de la HAVTP(en votre possession)Un seul exemple: l'omission des revenus et biens propres de son épouse.Rien que pour cela , le délit pénal a été consommé, d'autant que nous avons affaire à un ex-banquier rôdé aux déclarations fiscales.

Votre manque de courage ou votre obéissance aux ordres sont la preuve patente, que pendant 4 mois vous avez caché à l'opinion publique ,ce qui était de votre devoir de journal citoyen , de le révéler. 

Votre journal s'est littéralement moqué de nous, jusqu'à un article de votre confrère que je vous avais signalé, et qui affirmait à un certain stade du parcours législatif que la loi Macron n'allait pas changer grand chose pour les notaires. On ne peut qu'avoir de l'aversion pour cette profession pour être complice dudit Ministre. 

Cette triste expérience journalistique me laissera des enseignements et votre abandon, pour "querelle personnelle" est une argutie, en présence d'une affaire d'Etat.

Cette affaire ne va pas en rester là et nous allons œuvrer pour que la lumière jaillisse. 

Avec mes profonds regrets et ma grande déception envers votre journal. 

Bien Cordialement 

Philippe Fuzellier

Auteur

*******************************************************************

Ce jour,j'ai reçu d'Edwy Plenel, un courriel que je vous livre in extenso:

"Cher Monsieur, 

Comme vous l’a dit et écrit Mathilde Mathieu, votre alerte a été entendue et prise en compte. 

Mais vous n’auriez pas confiance en Mediapart si, sur un autre sujet qui, d’aventure, pourrait déranger vos propres convictions, nous nous contenterions de l’alerte lancée par des professionnels sans aucun autre élément de démonstration pour étayer telle ou telle mise en cause. D’ailleurs, si vous pensiez vous-même qu’il suffit d’affirmer ce que vous avez soumis à notre rédaction, vous n’auriez pas hésité à le rendre public directement sur votre propre blog. 

Heureusement, les règles professionnelles du journalisme, intégrées par la jurisprudence dans l’exception de bonne foi qui protège notre travail d’enquête, supposent que nous ne nous contentions pas de reprendre une accusation mais que nous ayons réussi, par notre travail, à en savoir plus. Nous enquêtons donc, avec sérieux et précaution. Et nous ne publions que quand c’est prêt, complété, vérifié, recoupé et, surtout, assumable dans une éventuelle bataille juridique. 

Ces principes sont ceux qui nous ont toujours guidé, que ce soit dans les affaires Bettencourt, Sarkozy, Cahuzac, etc., et le dossier que vous nous avez soumis n’y échappe pas. Je le répète : si nous procédions différemment, vous n’auriez vous-même plus confiance dans Mediapart. Donc laissez nous travailler en confiance et en confidence plutôt que de nous accuser publiquement de « manque de courage » ou d’être « aux ordres » – ce qui est ridicule.  

En tant que directeur de la publication, responsable juridique de nos contenus à ce titre, je suis avec vigilance le travail d’enquête de notre rédaction, parmi lequel celui de Mathilde Mathieu dont l’indépendance et la ténacité n’ont plus besoin d’être prouvées. Je sais donc où elle en est et sur quoi elle bloque, ce qui n’a rien à voir avec vos suppositions ombrageuses. Aussi je vous demande de bien vouloir arrêter de l’assaillir à la limite du harcèlement ce qui, loin de lui faciliter le travail, le complique. 

Bien à vous,

Edwy Plenel "

*********************************************************************************************

Je ne commenterai pas ces propos.Je conserve ma liberté d'expression, comme je respecte celle des journalistes et leur indépendance.

Je crois interpréter qu'Edwy Plenel laisse la porte ouverte à sa journaliste pour poursuivre ses investigations et donner une suite favorable ou défavorable à ce rapport accablant.Ce que je puis vous dire, c'est que le Directeur de Médiapart n'est pas sans savoir que ce rapport n'émane pas de votre serviteur (auquel cas je l'aurais produit dans mon blog),et que son auteur m'a demandé de conserver l'anonymat, pour des raisons déontologiques,d'oû mon intervention auprès de Médiapart.Il faut savoir par ailleurs que pour saisir la Haute Autorité de Vérification de la Transparence Publique, la révélation ne doit pas être anonyme sous peine d'irrecevabilité.

Tous les Notaires de France et leurs collaborateurs vont donc pouvoir suivre dorénavant les diligences de Médiapart,par la diffusion massive sur les réseaux sociaux du présent blog, et mesurer la capacité de ce journal à éviter très rapidement que le personnage principal mis en cause ne corrige les graves imperfections de sa déclaration de patrimoine initiale.Si ce fait intervient, je m'engage, avec l'accord de l'auteur,en respectant son anonymat, à publier ce rapport arrêté au 1er mai 2015, dans un de mes  prochains blogs.

Pour un simple devoir de conscience citoyen, et sans aucune intention de nuire.

Philippe Fuzellier.

 

 


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.