Philippe Grosvalet
Président du Conseil général de Loire-Atlantique
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2012

Philippe Grosvalet
Président du Conseil général de Loire-Atlantique
Abonné·e de Mediapart

NDDL: « Nous ne voulons pas devenir le Larzac de l’Ouest ! »

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées le week-end du 18 novembre sur le site du transfert de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Aux côtés d’opposants historiques, nous avons vu un mélange surprenant de personnalités médiatiques venues de Paris pour faire de belles images, de plus ou moins bons mots et nous donner des leçons sur la manière de penser le développement de notre Département. 

Philippe Grosvalet
Président du Conseil général de Loire-Atlantique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées le week-end du 18 novembre sur le site du transfert de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Aux côtés d’opposants historiques, nous avons vu un mélange surprenant de personnalités médiatiques venues de Paris pour faire de belles images, de plus ou moins bons mots et nous donner des leçons sur la manière de penser le développement de notre Département. 

Ces personnes se sont trompées : La Loire-Atlantique, Nantes et Notre-Dame-des-Landes, ce n’est ni Plogoff, ni Le Carnet et encore moins le causse du Larzac, pays cher à José Bové. 

Notre Département mène depuis 30 ans une stratégie de développement qui allie croissance économique, préservation de nos ressources et mise en valeur de nos espaces naturels. Cette stratégie porte ses fruits : la Loire-Atlantique résiste mieux que d’autres régions à la crise économique et sociale. Nous sommes devenus un des départements les plus attractifs de France qui, en vingt ans, a vu l’équivalent de la population de la ville de Nantes (300000 habitants) s’y installer. La Loire-Atlantique est le 1er département en surface agricole biologique et protège 5700 hectares d’espaces naturels sensibles. Nous sommes un des territoires pionniers dans la transition énergétique grâce à l’énergie éolienne off-shore et terrestre. Enfin, nous mettons en place un périmètre de protection des espaces agricoles et naturels périurbains  (PEAN) de 19000 ha entre Notre-Dame-des-Landes et Nantes, inédit en France.

Pour toutes ces raisons, mesdames et messieurs Bové, Joly et consorts, je vous demande, au nom des habitantes et des habitants de ce Département de ne pas prendre en otage l’avenir d’un territoire pour satisfaire vos envies de médiatisation ou raviver vos souvenirs de jeunesse !

Car de quoi est-il question ? De construire une centrale nucléaire ? Non. D’exploiter du gaz de schiste ? Non. D’installer une base militaire ? Non plus.  

Le transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique vers le site de Notre-Dame des Landes est une opération nécessaire pour le développement du grand ouest et avec lui d’emplois pérennes. Elle est aussi indispensable pour réduire les risques sanitaires et physiques qu'encourent les 42000 habitants de l'agglomération Nantaise qui vivent à proximité de l’actuel aéroport.

Je respecte les opposants au transfert de l’aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes et j’entends leurs arguments.

Mais, dans cette opposition, j'observe un curieux mélange des genres !

Ici, l'intérêt particulier de 10 exploitants agricoles qui refusent contrairement à tous les autres, un règlement amiable et financier ; là, les arrières pensées politiques de quelques uns qui utilisent Notre-Dame-des-Landes pour attaquer la majorité de François Hollande et du Premier Ministre, Jean-Marc Ayrault. Ici, la radicalité d'une poignée d'activistes qui prônent la décroissance à outrance et veulent l’imposer à tous ; là, des  citoyens soucieux de l'environnement à qui je réponds que l’on peut concilier préservation de l’environnement et développement économique en protégeant les espaces les plus précieux et en faisant évoluer les espaces déjà urbanisés.  

Au final, c'est un récit simpliste et caricatural qui est servi : "d’affreux élus locaux assoiffés de béton et inféodés aux grands groupes capitalistes"  face à "de gentils alternatifs qui défendent la nature et le bien-vivre." 

La réalité est autre !  

Une crise économique et sociale sans précédent, un territoire qui a besoin de se développer pour préserver l’emploi et les conditions de vie des habitants, des élus locaux qui se refusent à voir les forces vives et les jeunes quitter le territoire faute d'emplois et de perspectives d'avenir.  

Non, décidemment, nous ne voulons pas devenir le Larzac de l'ouest !

 Philippe Grosvalet

Président du Conseil général de Loire-Atlantique

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org