Pourquoi fermer un lycée du paysage et de l’environnement en Seine saint Denis?

Établissement agricole formant aux métiers du paysage et de l'environnement en Seine saint Denis. Ancré dans son temps et dans son département il répond à de nouvelles demandes sociétales pour répondre aux questions environnementales et de cadre de vie des habitants de ce département fortement urbanisé, il est pourtant menacé de fermeture.

Nous sommes enseignants dans un établissement agricole en Seine saint Denis qui existe depuis 1845 sur la commune de Vaujours, et nous sommes rattachés au ministère de l’agriculture par un contrat d’association  et sous l’autorité du diocèse du département.

Notre public, essentiellement des élèves du département de la Seine saint Denis souvent décrocheurs de l’éducation nationale, trouve dans nos formations des perspectives d’étude intéressantes et porteuses d’emplois. La filière recherche de plus en plus des gens qualifiés dans ces secteurs permettant aux  jeunes de s’intégrer rapidement dans l’emploi. Des métiers d’avenir, dans un contexte de crise climatique de plus en plus présente.

Malheureusement, aujourd’hui notre établissement qui forme 160 élèves et étudiants par an avec une équipe de 25 enseignants et personnel d’éducation est menacé de fermeture. L’établissement est  rattaché au ministère de l’agriculture par un contrat d’association et sous l’autorité du diocèse du département, le  gestionnaire, qui considère  que cette structure pédagogique est bien trop déficitaire par rapport à l’enseignement général éducation nationale proposé au sein même de cet établissement. La mise en place d’une comptabilité analytique ayant mis en évidence par ceux qui l’on fait un déficit important sur lequel nous aurons l’occasion de revenir.

 Les 160 élèves en cours de formation, risquent très sérieusement de se retrouver sans école en cette fin d’année scolaire en ayant difficilement la possibilité de poursuivre sur un autre établissement à proximité. Le ministère de l’agriculture s’engage à trouver des places pour l’année prochaine aux parents, mais les établissements assurant ces formations à l’environnement sont peu nombreux en Ile de France et les parents ne pourront assumer, dans la majorité des cas, le coût d’un internat. Sans compter les temps de trajet pour les élèves et étudiants.

A un moment où les questions environnementales s’imposent de façon incontournable dans nos sociétés, nous enseignants et l’ensemble de l’équipe pédagogique, sommes révoltés que notre établissement puisse renoncer au nom d’une logique purement comptable à sacrifier ces formations essentielles à l’avenir de notre société.

Nous vous proposons de retrouver dans les prochaines semaines « les aventures » de ce lycée de banlieue.

A bientôt.

lequipedulyceedupaysage

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.