Philippe LAMBERTS
Co-président du groupe des Verts/ALE au Parlement européen, eurodéputé ECOLO
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2018

Mon adresse à Emmanuel Macron au Parlement européen

Au nom du groupe des Verts/ALE, que je co-préside, j'ai eu honneur d’interpeller le Président de la République française le 17 avril dans l’enceinte du Parlement européen à Strasbourg. Voici le texte de mon intervention.

Philippe LAMBERTS
Co-président du groupe des Verts/ALE au Parlement européen, eurodéputé ECOLO
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Président, chers collègues 

Il est bon que la France soit de retour. Cela faisait trop longtemps que son siège européen était physiquement occupé mais politiquement vide. Bien sûr, l’Europe ne peut être ni française, ni allemande, mais si elle veut bâtir dans la durée, elle doit pouvoir compter sur l’engagement résolu et de l’Allemagne et de la France. Une France qui pourrait, si elle le veut vraiment, incarner la devise européenne de l’unité dans la diversité. 

Monsieur le Président, l’ambition que vous dessinez pour l’Europe fait écho, en de nombreux points, aux combats que nous, les écologistes et régionalistes, menons de longue date. 

Nous sommes convaincus, comme vous, que les Européens doivent agir ensemble pour répondre aux défis de ce siècle. Là se trouve la clef de notre véritable souveraineté. 

Nous partageons votre volonté de construire une Union politique qui redonne la parole aux citoyens. Ils doivent être au centre du projet européen, non à sa marge.

Comme vous, nous voulons donner un avenir à notre monnaie commune. Cela exige un budget solide pour investir ensemble, une garantie commune des dépôts bancaires mais aussi la fin de la concurrence fiscale et du dumping social. 

Enfin, nous sommes avec vous pour affirmer « Make our planet great again ». Nous le savons, et vous le savez : l’Europe doit être à l’avant-garde de la transition écologique - à commencer par le budget européen qui doit en être l’instrument. L’écologie est la clé de notre prospérité. 

Monsieur le Président, ce que vous souhaitez pour l’Europe, vous affirmez que « la France doit commencer dès à présent à le faire elle-même ». Votre action raconte une tout autre histoire. Une histoire qui met à mal la devise de votre pays : LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ.

Où est la LIBERTE, lorsque vos citoyens peuvent être surveillés, assignés à résidence ou perquisitionnés, sur de simples soupçons de la police ? Où est la liberté, lorsque des policiers armés débarquent au petit matin pour arrêter un groupe de jeunes, dont le seul tort serait d’avoir pacifiquement occupé un chantier ? Ma fille en était. Elle a été emmenée, devant son fils de 2 ans, pour subir un interrogatoire huit heures durant. Dans votre France, l’État de droit, garant de nos libertés, s’éloigne jour après jour. 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ… 

Où est-elle, L’ÉGALITÉ, quand vous imposez toujours plus de précarité aux travailleurs alors qu’en même temps, vous faites des cadeaux fiscaux aux plus riches, ceux que vous aimez appeler les premiers de cordée ? 

Votre foi en eux semble inébranlable. Mais ce qui définit la cordée, Monsieur Macron, c’est... la corde. C’est elle qui permet d’adapter la vitesse du premier de cordée aux besoins du groupe. C’est elle encore qui empêche les derniers de cordée de tomber au ravin. Mais, dans nos sociétés, cette corde n’existe plus : les riches s’enrichissent, les classes moyennes stagnent et se précarisent tandis que les plus fragiles sont abandonnés à leur sort. 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ… 

Est-ce au nom de la fraternité que vous vendez des armes à des régimes qui les retournent contre leur propre peuple ou contre leurs voisins ? Où est-elle quand votre police lacère tentes et sacs de couchage de migrants ? Procédures expéditives, recours non-suspensifs, détentions administratives. Voilà les ingrédients de votre projet de loi sur l’asile et l’immigration. Contenir et refouler, au lieu d’accueillir les êtres humains en exode forcé. 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ… 

Au pays de l’accord sur le climat, j’ajouterais un quatrième terme : DURABILITÉ. Vous dites vouloir la taxe carbone, la fin du glyphosate et celle des voitures diesel : bravo ! Mais vous restez un ardent promoteur des traités de libre-échange et, pire encore, du nucléaire. Vous avez permis, contrairement à votre prédécesseur, que l’Union adopte une définition laxiste des perturbateurs endocriniens. Certes, vous avez abandonné le projet insensé d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes ; mais c’est pour ensuite écraser dans la violence les projets de celles et ceux qui inventent depuis des années une autre manière de vivre.

Monsieur le Président, un livre vous dit philosophe. Il affirme qu’aucun de vos mots n’est le fruit du hasard. Voici quelques mois, vous avez parlé des « gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. » Vous n’avez pas dit « des gens qui n’ont rien » ou « qui ne font rien ». Vous avez dit : « des gens qui ne sont rien ». Pour nous, Monsieur le Président, le projet européen consiste à ce que plus jamais, nulle part sur notre continent, aucune femme, aucun homme ne puisse être considéré comme « rien », ni se penser comme « rien ». Considérer des humains comme rien, c’est permettre de leur faire subir n’importe quoi. Ceci, nous ne l’accepterons jamais. 

Monsieur le Président, vous offrez à vos hôtes de marque un cadeau symbolique. Permettez-moi de faire de même. Je vous offre une corde d’escalade, symbole de la cordée, de ces liens qu’il est urgent de retisser au sein même de nos sociétés et entre elles. 

Chaque fois que vous voudrez conduire l’Europe vers plus de liberté, plus d’égalité et plus de fraternité, chaque fois que vous agirez pour une Europe plus juste, plus durable et plus démocratique, nous serons à vos côtés. À défaut, vous nous trouverez sur votre chemin. 

Philippe Lamberts à l'adresse d'Emmanuel Macron le 17 avril 2018

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose