Philippe Le Corneur
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 févr. 2011

Philippe Le Corneur
Abonné·e de Mediapart

GAZ SCHISTES ? nos enfants ne nous diront pas merci !

Philippe Le Corneur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'exploitation des gaz et huiles de schistes présente des risques environnementaux immédiats, mais aussi de graves conséquences à long terme que l'on découvrira quand les Cies exploitantes auront plié bagages depuis longtemps. En plus de nos dettes, nos enfants hériteront de ces désastres.

FIN DE VIE DES PUITS.

Les puits d'extraction ont une vie de 3 à 5 ans. Le débit que livre les schistes nouvellement fracturés est très élevé au début, puis il diminue de façon logarithmique ou exponentielle. On abandonne le puits lorsque le débit est jugé non rentable ; à cette étape environ 20% du gaz en place est capté. « Dans le cas des schistes, on s'attend à un taux de récupération de 20 % en raison de la faible perméabilité et en dépit du forage horizontal haute densité et du recours intensif à la fracturation hydraulique

À la fin de cette période on met un bouchon de ciment au sommet du puits et l'on replante , dans le but de restaurer l'aspect initial. On transforme sommairement le puits d'extraction en un autre type d'ouvrage, qui a pour unique fonction de stopper le débit du gaz dans le puits. Pourtant ces bouchons devront résister à perpétuité à la pression du méthane qui va continuer à se libérer du schiste fracturé. N'oublions pas que 80% du gaz demeure dans le schiste à la fin de l'extraction.

Sous les plaines habitées, se trouvera un réservoir extrêmement perméable, contenant toujours ce qui reste de méthane Cet énorme volume, sera relié directement à la surface par x puits en lente corrosion ; les tubages d'acier et les coulis d'obturation en présence d'un milieu très salin vont se dégrader. Cela pourra se faire à des vitesses variables d'un puits à l'autre, selon la qualité de la mise en place des forages, tubage, coulis, etc.

Le méthane qui continue à se libérer lentement va s'accumuler sous les bouchons de ciment risquant d'exploser et trouvant des fissures paur s'échapper vers la surface.

Rien en surface ne sera visible avant que la dégradation soit telle que des fuites majeures obligent les autorités à intervenir. Dans combien de temps personne ne peut le dire , mais les compagnies qui ont fait les forages auront sans doute disparu à ce moment là; laissant à la collectivité le soin de trouver une solution..

FUITES D'HYDROCARBURES PAR LES FAILLES VERTICALES

Un des arguments développés par les compagnies est que l'écart entre les nappes phréatiques et les couches de schistes est tellement grand ( plus de 1000 mètres ) que les risques de communication sont minimes. Cet argument est assez léger car les couches géologiques ne sont pas des structures uniformes, régulières et sans défauts. Au cours des mouvements géologiques il s'est produit des fissures, des micro failles et des failles plus importants. Or personne ne possède la carte de ces failles . Les forages horizontaux vont fatalement en traverser, la facturation hydraulique sous une pression énorme ( 600 bars) va agrandir ces failles .

Les contaminants injectés au cours de la fracture vont migrer lentement par ces failles vers la surface et vers les nappes phréatiques à des vitesses variables dont on à aucune idée. Cela peut prendre des années et des années avant que nos enfants rendus malades constatent que leur eau est irrémédiablement polluée. Par la faute de leurs parents. Prendrons nous cette responsabilité ? .

( d'après l'article de Marc Durand doct-ing géologue UQAM Québec )

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier