La troisième catastrophe de Fukushima

Les deux premières, archi médiatisées, ont fait le malheur du japon et des Japonais

La première : un séisme exceptionnel ( force 9 ) suivi d'un Tsunami a dévasté la côte avec des vagues de 15 mètres

La deuxième : une catastrophe nucléaire dont on ne mesure pas encore les conséquences

 

La troisième : est plus grave que les deux premières et semble passer inaperçue des responsables et du public. Elle aura des conséquences pour l'ensemble de l'humanité pouvant aller jusqu’à menacer une grande partie des habitants de notre planète, en comparaison de laquelle les 2 premières catastrophes paraitront mineures.

 

  • Une disparition des grands glaciers himalayens, affectant un quart de la population chinoise et des centaines de millions d'indiens

  • Un déclin des rendements agricoles en Afrique pouvant dépasser 35%, et des régions entières devenant infertiles notamment en Australie provoquant famines et déplacements massifs de populations

  • Un augmentation continuelle de l'acidité des océans pouvant faire disparaître complètement les ressource halieutiques

  • Un développement massif de la malaria atteignant en Afrique plus de 80 millions de personnes

  • Une élévation du niveau de la mer de 7 mètres noyant sous les eaux les iles basses du pacifique, la Floride et des grandes villes comme New York Londres ou Tokyo et affectant des milliards d'individus vivant dans les zones côtières

  • La disparition d'une grande partie de la biodiversité, dont 60% des espèces de mammifères.

  • La disparition de la calotte glacière du Groenland entrainant des changements majeurs dans l'équilibre climatique, moussons, courants marins ( gulf stream ) etc...

( Ref rapport Stern )

 

La deuxième catastrophe de Fukushima à fait complètement oublier la catastrophe climatique en cours . Partout les programmes nucléaires sont mis en question, entrainant un usage accru des carburants fossiles . D'ores et déjà il est certain que l'objectif de limiter le réchauffement à 2 degrés ne peut pas être tenu et si l'on brûle les réserves de pétrole et de gaz avec simplement les équipements en place à ce jour ( centrales thermiques automobiles ) c'est vers plus 6 degrés que l'on s'achemine . Les conséquences apocalyptiques décrites ci-dessus ont été établies par les experts du GIEC pour 5 degrés maximum

 

Les combats absurdes entre partisans et adversaires du nucléaire sont pathétiques car aveuglés par la peur, personne ne remarque l'abominable catastrophe où notre addiction aux énergies fossiles nous mène inexorablement.

 

Alors que les négociateurs se retrouvent demain à Durban , une série de statistiques montre que les efforts des grands pays pollueurs pour infléchir leurs émissions de gaz à effet de serre, demeure illusoire ( rapport des Nations unies PNUE ). C'est donc bien une élévation de température dépassant largement les 2 degrés qui nous attend.

 

Les économies d'énergie sont la priorité des priorités, en réduisant tout d'abord notre recours aux énergies carbonées, le développement des énergies renouvelables et la sortie progressive du nucléaire permettront à terme un mix énergétique soutenable.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.