INDEPENDANCE ET LIBERTE AU RWANDA – APPEL A DEMONTER LA MARQUE HUTU

A ce jour où notre pays célèbre son indépendance recouvrée (1er juillet 1962), après soixante ans de colonisation et perturbation de sa culture politique par l’occident, nous célébrons aussi soixante années de notre tergiversation en quête de la liberté.

Mpayimana Philippe, candidat-président aux élections de 2017 au Rwanda, aujourd'hui politicien indépendant Mpayimana Philippe, candidat-président aux élections de 2017 au Rwanda, aujourd'hui politicien indépendant
J’ai fait de la liberté de mon peuple le cheval de bataille de ma ligne politique. Le parti PPDR que nous avons fondé, voilà déjà 9 mois, au Rwanda constitue notre volonté de ne pas lâcher, jusqu’à ce que les Rwandais pourront s’exprimer librement dans les urnes, dans les médias et dans des réunions, sans penchant ethnique et sans pression d’un pouvoir oppressif. Nous en appelons donc aux hommes libres de nous rejoindre.

L’indépendance que nous avons acquis en 1962 n’a pas fait de nous des citoyens libres, car le grain de discorde semé par le colonisateur a continué d’influencer notre entendement politique et rompre à plusieurs reprises notre cohésion sociale ; l’idéologie du hutu enracinée en 1959 aboutira au génocide contre les tutsi en 1994.

Je propose à mon peuple de rompre catégoriquement avec cette idéologie introduite comme fausse identité ethnique hutu, la déraciner dans la mentalité de nos enfants qui doivent grandir entant que simplement Rwandais, libres du passé sombre d’infériorité sociale de nos parents, d’hommes asservis, inféodés aux autres, frustrés ; libre de toute vengeance, violence, rébellion. Libre de toute déqualification en rapport avec la corruption, le matérialisme, le « ventriotisme » etc. La relation que les politiques de ces temps passés ont établi entre les interahamwe génocidaires et cette identification historique de hutu compromet votre avenir d’hommes libres. J’en appelle à la dignité rwandaise pour avancer libre.

Chers compatriotes,  la section de notre identité nationale en deux blocs opposés  hutu et tutsi est une calamité historique. Elle doit cesser, par l’abolition définitive de l’identité fantoche hutu d’abord dans nos mémoires, ensuite dans les médias étrangers . Celle-ci n’a été créée que dans le seul but d’affronter un groupe social qui manifestait une certaine organisation dans notre pays, l’ancien royaume du Rwanda. Elle n’a plus de place, sauf de cauchemardesque, face à ce même groupe social qui a failli être exterminé ; les tutsi . Ceux-ci ne sont pas une frange rivale du reste des Rwandais, ils sont comme vous et moi, occupants du territoire et concitoyens rwandais. Ils ont une origine rwandaise parmi les milles collines de notre pays, comme vous, aussi, vous constituez également plusieurs groupes sociaux de plusieurs origines du Rwanda. Ainsi par vos collines respectives d’origines, vous représentez la diversité rwandaise riche en valeurs culturelles qui convergent toutes sur notre rwandité.

Je veux donc un pays indépendant et un peuple rwandais libre, dont aucun groupe n’acceptera plus jamais de s’unir avec un autre dans le but d’anéantir un autre. Je veux voir des rescapés tutsi palabrer avec les Rwandais de tous les horizons, de toutes les origines territoriales rwandaises, du nord comme du sud, de l’est comme de l’ouest, qui se nomment comme ils veulent et pas comme l’ont voulu les ethnologues du siècle dernier, avant l’abolition du servage.

Ainsi, comme le monde a pu reléguer aux oubliettes de l’histoire l’esclavage aux Antilles, le racisme en Amérique, le prolétariat en France, la négritude en Afrique, la hutitude doit être relégué au mauvais passé de l’histoire rwandaise. Un premier pas a été franchi dans la suppression des cartes d’identités ethniques, mais  les comportements de nos citoyens ne sont pas encore éloignés de la hantise du passé. Certains s’attachent encore à la macabre identité hutu qu’ils ont peur de leur avenir, qu’ils refusent à leurs enfants de jouir de leur nationalité d’origine.

Je veux donc un pays indépendant et un peuple libre, libre de s’identifier sans s’opposer, libre de s’exprimer sans refléter une moindre frustration, une moindre peur, une moindre haine des autres. Ce pays indépendant au peuple libre dont je rêve, je le veux laisser venir et partir tous nos ressortissants réfugiés rwandais dans le monde. Je le veux laisser tous ces citoyens d’origine rwandaise qui s’expriment dans des partis politiques, ne pas se cacher derrière les frontières rwandaises, mais apporter librement leurs idées. Seule la violence et la haine sera bannie, mais la démocratie soutenue.

ppdr-logo-ok-1
Voilà pourquoi en instaurant comme devise la protection de la vie, de la loi et du travail, nous espérons aider notre pays à bâtir une société libre, démocratique et plus développé.

Bonne fête de l’Indépendance et Vive la liberté.

Fait le 01/07/2019 – par MPAYIMANA Philippe, Président du Parti pour le Progrès et la Démocratie au Rwanda

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.