Du Rwanda à l'Afrique, l'unité nationale se fera

L'unité rwandaise consolidée, c’est un socle qu’il fonde pour les Etats Unis d’Afrique, la seule entité capable de juguler l’infériorité africaine sur l’échiquier mondial

Projet d’unité rwandaise orientée vers l’unité des Etats africains. Présentation de Mpayimana Philippe, politicien indépendant. Le 11 Août 2021.

Je commence par saluer la décision du Président de la République et du conseil des Ministres du 14 juillet 2021, de créer un poste ministériel consacré à l’unité nationale et l’éducation citoyenne. Evoquer l’unité nationale renvoie à deux réalités d’une même entité : la nation et le peuple.

En rapport avec la nation, je peux dire que nous recherchons l’unité du Rwanda de l’intérieur et du Rwanda de l’extérieur. Nous constatons dans certains pays des ministères chargés des affaires l’étrangères et des citoyens de l’étranger. Moi je proposerais que nos Rwandais de l’étranger soient confiés à ce nouveau ministère dans le cadre de l’unité nationale. Car, les Rwandais de l’étranger ont beaucoup besoin d’apprendre de leur pays. Les programmes d’éducation citoyenne peuvent donc comprendre les modules qui leurs sont destinés.

En rapport avec le peuple, l’unité nationale nous renvoie à une reconnaissance des différences dont il faut promouvoir et gérer l’unité. Les différences existent, mais il y en a celles qui ne sont pas autorisées et celles qui ne sont pas bien définies. Notons que les différences non-autorisées sont celles liées à l’identité physique et morale de la personne humaine, sous peine de racisme et de ségrégation. La fameuse trinité rwandaise s’inscrit en effet sous ce type de différences à proscrire. Les différences que je croies rentrent dans le cadre de l’unité nationale des peuples, ce sont celles liées aux territoires ou aux terroirs. Ce sont celles-là qui ont d’ailleurs été parfois à l’origine des autres différences palpables.

 

CULTIVER LES LIENS

Promouvoir l’unité ce n’est pas mettre les gens ensemble, dans une même pièce ou sur une même photo. C’est cultiver les liens forts et les faire respecter. J’en ai déterminé quatre : liens naturels, les liens légaux, les liens symboliques, les liens stratégiques.

  • Les liens naturels sont de trois ordres : avoir une même origine, une même histoire et une même destinée, même ambition.
  • Les liens légaux c’est l’ensemble des instruments juridiques qui complètent la constitution nationale. Celle-ci doit adopter la déclaration universelle des droits de l’homme
  • Les liens symboliques sont toute infrastructure énoncée dans la constitution comme représentant la nation : le drapeau, l’hymne, la langue, les frontières
  • Les liens stratégiques dynamiques sont entre autre l’armée nationale, la police, la fonction présidentielle et tous les services publics.

Nous allons voir ensemble dans cet exposé, principalement le lien numéro un appliqué au Rwanda et à l’Afrique.

 UNITE RWANDAISE – UNITE AFRICAINE

Introduction

Envisager l’unité rwandaise en la dissociant de l’unité africaine c’est comme isoler le cœur de l’homme de son corps. Envisager l’unité africaine en se fondant sur l’unité rwandaise, c’est comme donner de l’air au nouveau-né à sa première seconde d’existence, lui enlever la bave et le couper du cordon ombilical. Le Rwanda est une nation qui sort des conséquences coloniales, cent ans après le partage de l’Afrique, la colonisation et le néocolonialisme. De son passage sanglant vers la liberté, il est capable de servir de pilier aux Etats africains soucieux de la dignité de leurs peuples. En consolidant son unité, c’est un socle qu’il fonde pour les Etats Unis d’Afrique, la seule entité capable de juguler l’infériorité africaine sur l’échiquier mondial.

Si nous pouvons souscrire aujourd’hui à ce projet d’unité rwandaise c’est parce que nous sommes convaincus qu’il peut aller plus loin, car tous les atouts naturels et intellectuels sont à nos côtés. L’histoire humaine que nous partageons avec toute l’Afrique subsaharienne, la position enclavée comme le cœur alimentant tous les veines,  la vision du futur fondée sur le besoin de la dignité, le pas déjà franchi sur la stratégie sécuritaire et les divers plans inachevés d’un panafricanisme politique.

 1. UNITE NATURELLE ORIGINAIRE

Les peuples qui ne partagent pas l’histoire partageront difficilement la destinée. Il leur sera difficile d’entendre le langage de l’unité que tel ou tel autre politicien peut construire. Cependant, le peuple rwandais comme le peuple d’Afrique subsaharienne partage une même histoire humaine, avant d’être une histoire planétaire. Le fait de disposer tous une même origine archéologique. La conception qui a divisé le peuple rwandais est désuète, dès lors qu’elle a abouti au génocide des Tutsi en 1994. La thèse selon laquelle les Tutsi sont comme tous les Africains, un peuple africain, retrouvé au Rwanda par la circonstance du peuplement africain naturel, est à mesure de convaincre tous les Africains qu’ils sont tous chez eux, sans plus aucune moindre xénophobie. Et quand chacun est chez soi, ce qui lui reste c’est se sentir digne.

Le Rwanda se retrouve à l'intersection de tous les mouvements du peuplement subsahariens. Ses habitants représentent exactement la diversité africaine : les grands, les moyens et les petits, physiquement. Les ethnologues parlent de populations nilotiques, bantoues et pygmoïdes. Ces différences physiques entre les personnes ne constituent pourtant pas le contraire de leur fraternité. Seulement, leurs ancêtres ont parcouru et habité des régions différentes à reliefs variables qui ont eu un impact sur leur morphologie au fur des âges. Ironie du sort, les chaînes de montagnes qui séparent les sources du CONGO et du NIL se trouvent au Rwanda. C'est là où la rencontre des peuples de l'Est et de l'Ouest a produit un choc qui s'est accentué de 1991 à 1994 aboutissant à un génocide des Tutsi. Mais de ce choc le peuple rwandais est en train de réaliser qu'une fraternité entre tous les peuples africains est naturelle. Ils ne constituent en rien des races ou d'ethnies différentes, sauf quand les limites des territoires l'imposent. Voilà pourquoi l'unité des territoires définira toujours l'unité des peuples

 

Les chênes de montagnes de la crête CONGO-NIL sont un élément géographique de confluence de ce peuplement africain au Rwanda. Ils ne constituent en rien des races ou des ethnies différentes, mais des différences toutes naturelles physiques, certes liées à leurs parcours. Le devoir de toute activité politique est d’unir ces différences pour le bonheur de l’humanité, ce que le colonisateur n’a pas fait.

Reconsidérer l’unité historique du Rwanda, c’est revoir le système d’organisation sociale du Rwanda précolonial et redéfinir dans le contexte moderne la notion de complémentarité des couches sociale unies par un système de solidarité et sécurité sociale. Le Rwanda est passé des trois métiers historiques à une multitude de nouvelles professions qui contribuent toutes à la caisse de sécurité sociale.

2. UNITE HISTORIQUE ECONOMIQUE

On retrouve dans chaque pays africains les stigmates de la division coloniale. Le Rwanda peut aujourd’hui donner un exemple d’unité à dimension africaine. En reconnaissant à tout groupement humain le droit de vivre en communauté, il ne restera qu’à notre projet d’unité rwandaise, unité africaine, la seule réalité à promouvoir, la vie des cités, des villages, des Etats, tous unis par un même projet politique : la dignité africaine.

Il faut que l’Afrique retrouve sa dignité, au sortir de l’esclavage et de la colonisation, juguler la crise migratoire de ses ressortissant vers l’Occident, en relevant son niveau d’indépendance économique et en établissant des mesures fortes de réciprocité. Seul le Rwanda a commencé à poser des gestes dans ce sens, en servant de transit des réfugiés africains. L’Unité rwandaise de l’intérieur et sa diaspora peut être le début de la réconciliation africaine avec sa diaspora et apporter des réponses concrètes à la crise migratoire de part et d’autre l’Occident et l’Afrique.

Dans le cadre de l’unité rwandaise entre l’intérieur et la diaspora, des gestes forts qui résonnent sur le plan africain peuvent être posés. Ouvrir le marché d’investissement à tous les membres de la diaspora africaine et démontrer l’égalité des chances de tous les Africains avec les Rwandais (le recrutement des experts africains à la tête des grandes institutions du Rwanda va dans ce sens). Mais il faudra maintenir  l’intransigeance vis-vis des Africains politiciens de la diaspora qui n’ont pas de base légale en Afrique.

L’unité des Africains c’est la déconsidération des frontières héritées de la colonisation et tout faire pour que les peuples Africains échangent toute leur vie économique, culturelle et sociale sans frontière. Mais on ne peut arriver à l’unité africaine sans avoir réalisé l’unité intérieure des Etats.

3. UNITE STRATEGIQUE POLITIQUE

Au Rwanda comme en Afrique, il s’agira de donner une vie politique et culturelle à des collectivités qui seraient confédérées sous une même autorité militaire, judiciaire, financière et diplomatique.  Ce qui réussira au Rwanda, réussira ipso facto aux Etats-Unis d’Afrique.

La suppression de l’identification ethnique basée sur la nomenclature coloniale trouve sa justification dans une stratégie politique d’unité nationale. Par définition, la nation rwandaise ou africaine unie est un ensemble de collectivité à variante géographiques et culturelles. Celles-ci s’organisent démocratiquement au sujet de toute la vie administrative locale. Toute communautarisation qui ne relève pas de la structure administrative géographiquement définie est appelée à disparaître. C’est du communautarisme interdit par la constitution. C’est dans ce cadre que l’identité appelée HUTU au Rwanda alors qu’il ne recouvre aucune réalité géographique, administrative, doit être proscrite lorsqu’on fait référence à un peuple.

Une mesure de réforme culturelle au Rwanda peut avoir un impact sur toute l’Afrique : arrêter la vision tri-ethnique de la société rwandaise et exiger la réparation aux deux Etats colonisateurs qui en sont l’origine, l’Allemagne et la Belgique. Instaurer une journée nationale de l’unité et la diversité culturelle qui célébrera le folklore rwandais, les terroirs et la diversité culturelle plurielle rwandaise. Dans certains pays africains, on peut appeler ce type de célébration, la fête des villages ou des collectivités. Ainsi, les formations professionnelles, nationales ne peuvent admettre un cachet ethnique ou racial de ses membres.  Les membres de la nation comme ceux des formations nationales s’identifient par leur origine territoriale plutôt qu’autre chose. Ainsi les anciennes forces armées rwandaises qui ont versé dans l’ethnisme qui a abouti au génocide des tutsi en 1994 peuvent accepter de tomber le masque et négocier l’armistice en reconnaissant les erreurs du passé.

 Conclusion

L’unité des Rwandais et l’unité du Rwanda est en effet, la concorde installée entre les Rwandais de l’intérieur entre eux et avec leur diaspora. Elle sera effective après des mesures fortes prises par le gouvernement d’instaurer un ministère de l’unité nationale. Ce ministère devrait donc se charger de cadrer l’unité rwandaise sur le plan africain et tirer les leçons de l’histoire coloniale. La justice ne se passerait pas d’envisager une large amnistie aux victimes des conséquences de la colonisation, les responsables du génocide des Tutsi de 1994 au Rwanda. La préparation et la mise en pratique d’une procédure d’armistice entre les anciens belligérants du conflit rwando-rwandais serait aussi un atout pour renforcer cette unité nationale. Ce qui affermira encore davantage l’armée rwandaise dans une optique de servir de base à une future armée nationale africaine d’une nouvelle nation africaine unie.

Fait en France

Proposition présentée le 11/08/2021

Mpayimana Philippe

https://youtu.be/cIe_CGM3c8s

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.