Rwanda, L'association TUZA soutient l'engagement politique de l'un de ses membres

A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme (10 décembre) ainsi que celle de lutte contre les génocides (9 décembre), l’association TUZA pour la Modération des Grands Lacs a mis le Rwanda au centre de ses préoccupations.

Dans sa réunion annuelle du 11 décembre 2016, elle a rappelé que la persistance des réfugiés est une menace pour la paix. La consolidation de la liberté et la démocratie étant le préalable pour maintenir la paix du pays. L’association a ainsi apporté son soutien à l’engagement politique de l’un de ses adhérents qui attend mettre ces valeurs au service de la nation rwandaise.

Mpayimana Philippe, Président de l'Association TUZA, journaliste et écrivain Mpayimana Philippe, Président de l'Association TUZA, journaliste et écrivain
« Il y a un sérieux problème jamais débattu au Rwanda : la peur des réfugiés et le silence des nationaux. Libérer véritablement le peuple nécessite de nouvelles mesures politiques dont une réforme de la société pour un élan démocratique et économique », a affirmé MPAYIMANA Philippe, président de l’Association TUZA.

Le futur candidat devra écouter les réfugiés rwandais de tous les continents avant de présenter son projet politique et répondre à la question : « Comment rapatrier tous les réfugiés rwandais, les intégrer dans la diaspora, réconcilier les Rwandais de l’intérieur et ceux de l’extérieur ? »

En attendant, une esquisse de réponse peut se lire dans ses écrits, entre autre : Rwanda 2017, un nouveau pas vers la démocratie et le progrès, L’Harmattan, Paris 2016. Il s’agit  de la réforme de la société, coupant court avec la vision dichotomique des Rwandais, la ré-auto-identification basée sur les terroirs culturels, la libération de la parole et la valorisation du travail.

Autres résolutions préconisées par l’Association TUZA pour la Modération des Grands Lacs : les Etats qui hébergent les personnes présumés impliquées dans le génocide des Tutsi au Rwanda sont priés de coopérer pleinement avec la justice du Rwanda, s’ils n’ont pas de mécanisme de justice universelle, au fur et à mesure que l’Etat rwandais prouve son attachement au respect des droits humains et de la démocratie.

Déjà 605 personnes sont recherchées dans 32 pays du monde par la justice rwandaise, dont 147 en Ouganda, 145 en RD Congo, 39 en France, 37 en Belgique, 32 au Malawi, 21 aux Etats-Unis, 21 au Kenya, 18 au Pays-Bas, 13 en Tanzanie et 13 au Burundi, d’autres au Canada  et en Nouvelle-Zélande.

L'Association TUZA demande à chacun de ces pays de passer à l'action, au gouvernement rwandais de ne pas rallonger indéfiniment les listes, à ces personnes recherchées de coopérer avec la justice, afin de clore la triste histoire du génocide sur une page de courages peronnels, de vérité et de coopération internationale.

----------------

L'Association TUZA pour la Modération des Grands Lacs est une asbl loi 1901, déclarée en France depuis le 7 janvier 2005, sise 48 Route de Guisseray, 91650 Breuillet, France

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.