Rwanda, Le temps d’honorer les anciens chefs d’Etat et d’unir la Nation

Déclaration politique relative à la mort du Roi Kigeli V Ndahindurwa en exil

Chers Compatriotes, Rwandaises et Rwandais, Chers amis du Rwanda,

Kigeli V Ndahindurwa, Roi du Rwanda 28/7/1959-28/1/1961 © washingtonian.com Kigeli V Ndahindurwa, Roi du Rwanda 28/7/1959-28/1/1961 © washingtonian.com
La mort de l’ancien Roi du Rwanda Kigeli V Ndahindurwa survenu le 16 Octobre 2016 aux Etats-Unis n’est pas un évènement futile pour l’histoire et l’avenir du Rwanda. J’appelle tous les Rwandais qui m’écoutent, à tirer les conclusions qui s’imposent et admettre la très grande nécessité de transformer la mentalité de notre société vers un progrès culturel réel, capable de consolider l’avenir de paix et de démocratie au Rwanda.

La mort de l’ancien roi du Rwanda à l’étranger, c’est en réalité, le refus du progrès social, le conservatisme qui caractérise 90% des réfugiés et la manifestation d’un fossé toujours béant entre les Rwandais de l’intérieur et ceux de l’extérieur. Comme beaucoup de réfugiés, l’ancien roi Kigeli V a caressé pendant 55 ans le désir d’un retour en dignité (en tant que monarque), mais la dignité devrait commencer par l’acceptation du progrès.

En entrant en politique tout récemment, j’ai projeté réunir tous les Rwandais en une même nation dont les relations de la diaspora sont le miroir des relations de l’intérieur du pays basées sur le respect de la diversité culturelle, la démocratie et la coopération patriotique. Le statut de réfugié devrait être compris comme un trou de l’Occident qui ensevelit vivants des peuples africains libres.

Nous devons combattre cet esprit qui nous maintiennent dans une tombe étrangère, appelée statut de réfugiée, répondre avec engagement jusqu’au sacrifice au moindre appel au retour par les gouvernements de nos pays d’origine.   Il en va de l’avenir de nos enfants, de notre pays et notre continent.

Quant à la résistance aux mutations politiques de nos sociétés, je rappelle à tous mes concitoyens prêts à bâtir le Rwanda dans la continuité et le progrès, que nul ne peut arrêter ce que le peuple proclame. Mais quand on est minoritaire et qu’on tient solidement à ses idées, on doit supporter vaillamment le combat solitaire, sans regimber.

Le pas que notre pays franchit chaque jour, depuis les révoltes de 1959 à nos jours est en train de créer une société rwandaise où les notions d’ethnies hutu ou tutsi ne renvoient plus aux mêmes réalités. D’une part le génocide de 1994 a conduit à la confirmation de l’existence d’un groupe appelé les Tutsi à préserver désormais, d’autre part, l’utilisation d’une idéologie intitulé « hutue » conduit jour après jour à la disparition de la notion d’ethnie hutu pour enfin voir clairement quelle était l’identité exacte diversifiée du peuple rwandais à coté des Tutsi précédemment appelé des Hima. Notre volonté est de voir éclore cette diversité qui est normalement basée sur les différents terroirs traditionnels du Rwanda.

Dans le respect de la tradition et de l’ancienne royauté du Rwanda, nous proposons que le système coutumier reprenne son importance, tout en respectant la Constitution de la République du Rwanda. La famille royale serait ainsi une institution autorisée et protégée par les articles 113 et 114  relatifs aux honneurs et à la protection des anciens chefs d’Etat. La mise à jour de ces articles permettrait de redresser de façon spectaculaire l’histoire désastreuse des chefs d’Etats du Rwanda, interpréter objectivement, relever et rentabiliser les apports positifs des Rois du Rwanda, et des présidents Mbonyumutwa Dominique, Kayibanda Grégoire, Habyarimana Juvénal et Bizimungu Pasteur (sauf Sindikubwabo Théodore et son premier ministre Kambanda).

Cette activité étant l’une de celles qui contribueraient à ressouder les communautés rwandaises de l’étranger, à supprimer miraculeusement le statut de réfugiés des Rwandais et constituer un Etat unitaire moderne toujours plus actif et toujours plus attractif aux yeux du monde entier.

Vive le Rwanda, Vive la diversité rwandaise.

 MPAYIMANA Philippe, Un nouveau pas vers le progrès et la démocratie, projet de société. www.rwandapro.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.