Rwanda - génocide , lettre ouverte au gouvernement et au parlement français

22ème commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda "La France devrait aller plus loin dans la transparence"….. et arrêter son influence militaire en Afrique.

Lettre ouverte au Gouvernement et au Parlement Français

Un groupe de 43 parlementaires français a exprimé, en février, une proposition au Gouvernement Français de constituer une délégation ministérielle pour assister à la 22ème commémoration du génocide des Tutsi au Rwanda, le 7 avril 2016.  Dans leurs termes :

« Une délégation ministérielle constituerait à ce titre un appui symbolique de taille à notre démarche et enverrait ainsi un signal fort d’apaisement des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda ».

Nous estimons que la question qui reste sans réponse entre le Rwanda et la France ne peut pas se résoudre de façon symbolique et diplomatique. Nous estimons d'ailleurs que les relations entre les peuples Français et Rwandais ne souffrent d'aucune lacune. Il convient surtout de juger et sanctionner les décisions du gouvernement Mitterrand durant la période charnière et alerter les gouvernements français actuels et futurs, sur les dangers du néocolonialisme français, consistant à protéger ou déposer des chefs d'Etats Africains.

En tant que membre de la société civile rwandaise de France, nous aimerions attirer l'attention du peuple français sur trois aspects de la question dont nous sommes témoin :

-1- La France a appuyé ou a laissé faire un gouvernement criminel au moment où il n'y avait plus de doute sur l'exécution du génocide en cours entre Avril et Août 1994 au Rwanda. Aucune condamnation claire n'a été enregistrée au moment qu'il fallait.

-2- La France a provoqué l'exode massif de la population rwandaise vers le Zaïre, par l'installation de son quartier général à  Goma et sa présence passive dans la zone turquoise entre juin et août 1994. L'évacuation de tout l'arsenal militaire des Forces armées Rwandaises, des membres du gouvernement et plus de deux millions de la population a été motivée par les faux espoirs que l'armée française a injectés dans le conflit, côté de son ancien allié.

-3- La France participe avec très peu d'effort aux poursuites des responsables du génocide et les médias français entretiennent les propos racistes envers les Rwandais chaque fois qu'ils présentent un Rwandais dans un miroir ethnique; ce que les Africains ne font pas à leur égard.

 

A ces trois aspects de la question, le Gouvernement français devrait apporter des réponses et des compensations, avant d'effectuer des voyages symboliques et des relations diplomatiques.

Premièrement, nous demandons aux parlementaires français de pousser le gouvernement actuel à prendre plutôt conscience de sa responsabilité de complicité dans le génocide et dans l'exode massif de Rwandais au Zaïre. Entre les Rwandais eux-mêmes, la justice a passé mais pas encore entre le Rwanda et les Gouvernements colonial et néocolonial (Français et Belge) dont les choix politiques ont conduit au génocide au Rwanda.

Deuxièmement, la France devrait soutenir activement le rapatriement ou l'insertion dans la diaspora des Rwandais encore réfugiés au Congo (RDC) et en Afrique centrale et australe.

La France devrait condamner les discours ethnicistes des journalistes et experts qui recopient les caricatures établies par la colonisation. Les Rwandais ne sont pas Hutu ou Tutsi, ils sont Rwandais et relèvent d'une plus grande diversité reposant sur leurs différents terroirs.

Enfin, la France, comme principal marchand d'armes dans le monde, devrait changer sa stratégie commerciale sur l'Afrique, développer des projets de coopération au développement et non militaire, si elle y souhaite des relations diplomatiques.

 

Fait à Paris, le 25 Mars 2016

MPAYIMANA Philippe, Journaliste et Président de l'Association TUZA pour la Modération des Grands Lacs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.