PHILIPPE MPAYIMANA
Politicien, Ancien Journaliste
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

Filip Reyntjens n’aura jamais une distribution ethnique de postes au Rwanda.

Rechercher l'identité ethnique d'une personne, une autorité, un responsable ou un présumé, c'est verser dans le divisionnisme et la discrimination passible de peines dans plusieurs pays du monde.

PHILIPPE MPAYIMANA
Politicien, Ancien Journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Diversité

Alors que les statistiques ethniques sont interdits, une pseudo-recherche publié par l’universitaire belge sur le site www.africanarguments.org réveille les démons du divisionnisme orchestré par son pays la Belgique coloniale  et nous alerte en tant que Rwandais à prendre davantage en main notre histoire et notre destinée.

Selon lui, “la réalité est que de nombreux Rwandais estiment que la politique du gouvernement sert à masquer une énorme inégalité au sein des postes de pouvoir, en plus d’autres griefs et de frustrations ethniques.” 

Relever les identités ethniques des responsables actuels sur la base d’une nomenclature ethnique ancienne n’a rien de scientifique dans cette étude, sauf en se replaçant dans les années 1950, depuis que les Rwandais tentent, en vain, de se retirer de l’imbroglio coloniale. On peut se demander si les recherches en cours d’être menées par une commission parlementaire belge pourraient admettre les responsabilités de la Belgique et de ses coopérants, dont Filip Reyntjens, dans ce qui a conduit au Génocide des Tutsi au Rwanda en 1994.

L’étude de l’ancien conseiller du parti génocidaire, le MRND, passe mal dans les oreilles des Rwandais qui recherchons un nouvel an vers une société plus universelle, où seule l’égalité des chances est notre objectif. Mettre les étiquettes ethniques sur qui vient d’occuper un poste de pouvoir ou d’entrer en prison, c’est faire fi d’une longue route que notre société vient de parcourir depuis 1994. 

Le Rwanda ne se comparera jamais au Burundi, sauf dans l’entendement belge. Les voies de cohésion sociale choisies pour la société rwandaise obéiront à notre histoire, tout simplement. Notons qu’un Ministère de l’Unité Nationale est créé récemment pour engager tout le peuple dans cette démarche. Il y a très peu de chances que les néocolonialistes redivisent encore l’Afrique à leur guise, si les peuples se définissent eux-mêmes et s’occupent de leur bienêtre quotidien plutôt que leur entrechoquement. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Au sud de l’Espagne, ces Algériens qui risquent leur vie pour l’Europe
En 2021, les Algériens ont été nombreux à tenter la traversée pour rejoindre la péninsule Ibérique, parfois au péril de leur vie. Le CIPIMD, une ONG espagnole, aide à localiser les embarcations en mer en lien avec les sauveteurs et participe à l’identification des victimes de naufrages, pour « soulager les familles ». Reportage.
par Nejma Brahim
Journal
Covid-19 : lever les brevets, une solution mondiale ?
Vaccination générale, nouveaux médicaments contre le Covid-19 : les profits des laboratoires pharmaceutiques explosent. Est-il envisageable qu’ils lèvent un jour leurs brevets ? On en parle avec nos invités Isabelle Defourny, de MSF, Jérôme Martin, cofondateur de l’Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament, et Rozenn Le Saint, journaliste santé à Mediapart.
par à l’air libre
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Gauche(s)
Les partis de gauche opposés à la Primaire populaire durcissent le ton
Alors que le vote d’investiture de la Primaire populaire, qui compte déjà 288 000 inscrits, a lieu entre le 27 et le 30 janvier, les coups pleuvent sur cette initiative citoyenne. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report
Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille