Rwanda: donner l’importance aux terroirs traditionnels peut éteindre le divisionnisme

Je demande aux autorités et aux législateurs de renforcer l'unité nationale. (Mpayimana Philippe - Communiqué de presse n 21-06 du 30 mars 2021)

cap-24-novembre-2020
Lorsque le servage et la féodalité ont été abolis le 01 avril 1954,  on aurait dû en même temps abolir la notion ethnique présente dans le mot « umuhutu ». Je souhaite que nous célébrions cette date en reconnaissant que la société rwandaise est bâtie sur une large diversité de terroirs/ origines culturelles. En effet, nous constatons ces derniers jours la recrudescence de l’utilisation du terme hutu en tant qu’ethnie rwandaise par les étrangers qui incitent nos autorités et nos journalistes à mal interpréter notre histoire douloureuse des 27 dernières années. Evoquer le génocide des tutsi au Rwanda ne doit pas justifier un lever de bouclier ethnique divisant les Rwandais en deux camps, comme s’il s’agissait d’un camps rwandais qui a génocidé un autre camps, selon l’entendement occidental traduit par conflit ethnique ou guerre civile. Non. Il est de notoriété publique et scientifique que le génocide des tutsi au Rwanda est l’œuvre du gouvernement MRND qui pour l’exécuter a utilisé la population qu’il a soigneusement nourrie d’une idéologie hutu. Ce mot hutu contient en lui-même des éléments historiques dévalorisant le Rwandais et inhibiteurs de sa liberté culturelle.

Il ne convient pas de consentir à l’utilisation du mot hutu par les étrangers qui ignorent tous les maux qu’il cache, les malfaiteurs de tout acabit qu’il englobe,  les miliciens impuzamugambi du CDR, les interahamwe du MRND, ainsi que plusieurs populations qui ont aveuglement obéi aux génocidaires pour des intérêts temporels. Ne pas accoler le nom de hutu à une partie du peuple rwandais pourrait renforcer l’unité nationale. Donner l’importance aux différentes origines traditionnelles rwandaises pourrait corriger la grande erreur du siècle dernier. Refuser ouvertement l’entendement occidental sur notre composition sociale, leur interprétation triethnique, la remplacer par notre expression multiculturelle. Corriger leur façon de poser les questions leur fera corriger leur entendement sur la question et croire à notre logique identitaire. Lorsqu’ils évoque des Hutu, demandez-leur de quels hutu ils parlent. Ils rectifieront et poseront la question se rapportant précisément sur soit les Rwandais non impliqués dans le génocide des Tutsi, les populations du sud ou du nord non indexées comme tutsi, les réfugiés civils n’ayant participé à aucune milice interahamwe ou tout autre génocidaire. Ainsi l’expression hutu restera utilisée par les seuls groupes pour qui il semble politiquement utile et non l’appellation d’un peuple rwandais.

Pour ce fait, il convient de mettre en place un projet d’amnistie générale destinée à toutes les personnes civiles non-politiques condamnées pour crime de génocide, depuis l’échelle communale, car certains descendants des condamnés pourraient penser qu’il y eut une quelconque mobile ethnique dans l’histoire. Nous devons également planifier des discussions permettant à toute personne s’identifiant réfugié hutu dont certains agissent encore en milice armé FDLR  afin qu’ils épousent la vraie identité nationale rwandaise réconciliée.

Nos législateurs devraient mettre la lumière dans les lois visant à consolider l’unité nationale de sorte que toute expression mettant en opposition les hutu et les tutsi soit pénalisée, car c’est cela l’idéologie du génocide, que tout acte de recensement ethnique, ainsi que toute recherche généalogique pour déterminer l’ethnie soit pénalisée. La transmission héréditaire de l’ethnie par le père doit être abolie au nom de l’égalité des sexes et de la liberté de l’enfant rwandais qui grandira dans la culture de son terroir et sa société nationale.

Enfin, que les associations de rescapés du génocide des tutsi évitent de mettre un signe d’égalité entre l’ethnie tutsi et les membres rescapés du même génocide, que cela soit interdit, éventuellement par la loi pénale, car le projet de massacrer les tutsi a causé des victimes aussi parmi les non-tutsi qui étaient contre le projet.  Je vous remercie et vous invite à lire/écouter https://youtu.be/mmmEWhL6qfg

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.