philippe pierpont
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 nov. 2016

Trump ou le rêve américain à l’instant de la sonnerie du réveil matin.

Trump ou le rêve américain à l’instant de la sonnerie du réveil matin. La conquête de l’ouest et son mythe sont tombé à l’eau dans l’océan de la mondialisation quelque part sur la route de la Chine et de l’Eldorado à 20% de croissance. Le cap de mauvaise désespérance est franchi et l'horizon s'assombrit.

philippe pierpont
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trump ou le rêve américain à l’instant de la sonnerie du réveil matin.

La conquête de l’ouest et son mythe sont tombé à l’eau dans l’océan de la mondialisation quelque part sur la route de la Chine et de l’Eldorado à 20% de croissance.

 Les promesses confisquées par les oligarchies boursoufflées, menaçant une classe moyenne elle même submergée par la pauvreté pandémique qui étale sa misère contrariant la valeur de ses investissements fonciers dans les quartiers résidentiels qu’ils habitent, ont poussé ces derniers à libérer une parole qui vise à l’élimination des pauvres qui déprécient leurs avoirs et et leur paraitre.

Le vingtième siècle connut ses fléaux dévastateurs, le vingt et unième invente les siens. Au nazisme, au fascisme, au stalinisme, succède le libéralisme. Avoir confondu la santé économique d’un marché toujours en expansion avec l’intérêt général a été la plus grande folie du rêve consumériste qui se transforme maintenant en cauchemar pour la planète et la majorité de ses locataires.

Les classes moyennes qui ont cru les sirènes qui fabulaient sur les paradis du crédit illimité aux détenteurs de la carte gold réalisent n’avoir été que des ânes qui courent après une carotte qui s’éloigne toujours plus loin quand le bâton qui l’accompagne fait sentir sa présence menaçante dans leurs dos. Le discours du mérite ajouté à l’infamie et la sanction tombe sur les faibles pour les écraser tels des parasites qu’ils sont devenus. Les sociétés se distendent entre riches et pauvres au point que tous les liens rompent les uns après les autres. Le corps sociétal se voit tel un monstre disloqué dont la tête a pris congé du tronc et des pieds et le voilà qui trébuche. Les populations en déroute courent chercher refuge chez un dieu vengeur ou dans un repli sur soi exclusif, victimes collatérales d’une guerre économique décidée par ceux qui en tirent profit. La concurrence libre et non faussée a transformé les citoyens en guerriers sans pitié.

Chacun, dans les médias et dans la sphère politicienne, voudra voir des raisons sexistes, racistes, populistes dans la défaite d’Hillary Clinton, façons comme une autre d’éviter une remise en question de décennies néo-libérales dans une certitude affirmée de l’impossibilité d’alternative à la logique du marché-roi. Pourtant, c’est bien là où il faut trouver l’explication des résultats majoritaires invariablement hostiles aux élites depuis plus de dix ans à chaque scrutin. Chercher ailleurs ne servira à rien.

Le traité européen refusé en France, en Hollande, en Irlande, les votes grecs, le Brexit et maintenant l’élection de Trump, sont autant de signaux répétés par lesquels les peuples crient leurs désaccords. Continuer à mépriser la démocratie réelle n’est plus possible. 

Les trahisons des élus, la duplicité des discours, la collusion avec les médias, le mépris des élites, rien n’y fera, le projet néo-libéral est massivement désavoué. C’est un fait avéré à chaque scrutin et il est très significatif de constater que les pays champions de ce libéralisme, de Reagan et Tatcher, sont les premiers à vouloir renverser la table des agapes des banquiers où ils se repaissent avec les politiques, leurs complices.

Toutes ces techniques de communication susceptibles de manipuler les foules mises au point depuis que les apprentis sorciers dirigent le monde, leurs certitudes du microcosme de l’entre soi montrent leurs limites et seule la sincérité reste payante sur le long terme. C’est la leçon numéro un des déconvenues électorales qui se succèdent qu’il nous faut apprendre.

Aux politiques de remettre la finance là où est sa place qu’elle n’aurait jamais du quitter: au service du bien être des peuples et pas aux commandes de nos destinées. La cupidité ne peut en aucun cas être un moteur civilisateur car c’est le cynisme assuré qui ronge toute morale politique menant au désastre qui se dessine sous nos yeux. Tous les peuples grugés finissent dans la colère et dans le cycle des totalitarismes rédempteurs et vengeurs des populistes qui savent tirer profit de tous les désarrois.

Les Trump comme les Le Pen ou bien encore les Farage ou les Johnson mais aussi les Orban et tous les bonimenteurs qui se multiplient dans ce qui fut un monde libre, avides de puissance, se sont engouffré dans le vide que les politiques mensongères ont créé par la négation du débat démocratique issu du TINA. Le résultat est qu’une partie très importante des ces peuples tendus par un monde anxiogène pense trouver en ces gens là la justification de l’élimination des plus démunis avec qui ils se sont désolidarisé et qu’ils envisagent maintenant d’éliminer. Bâtir un mur avec le Mexique et virer deux millions d’illégaux pour projet, le monstre qu’on avait espéré définitivement vaincu resurgit et le pire est à craindre. 

Nous avons franchi un nouveau cap vers des horizons que la mémoire humaine connait déjà et nous dérivons toujours plus vers les horreurs passées. 

L’élection de Trump est un signal d’alarme qui retentit pour prévenir le “Titanic” néo-libéral que l’iceberg des colères populaires ne menace plus mais l’a heurté. Il faut donc en urgence réparer et changer de cap avant qu’il ne soit définitivement trop tard car c’est la guerre contre les pauvres qui est aujourd’hui déclarée par les petits épargnants spoliés ou qui pensent l’être bientôt.

Le désespoir des peuples persuadés que demain sera toujours pire pousse à l’irrationnel dans un sauve qui peut général et un chacun pour soi qui risquent à terme de nous jeter tout droit dans la barbarie la plus sauvage. Barbarie qui s’exerce déjà dans les pays du moyen-orient et dans les cités de nos métropoles. A titre personnel, au moment où tous les défis climatiques, sociaux, économiques, démographiques, environnementaux, philosophique et culturels se sont donné rendez-vous, je crains que la surdité et l’aveuglement de nos élites responsables du maelström qui s’annonce soient un obstacle majeur à la réflexion nécessaire pour qu’une solution ne se dessine.

Oui, la sonnerie retentit mais plus je l’entends et plus elle ressemble à une alarme. En tout cas, ce qu'il y a de certain, est qu'un rêve se finit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl