Confinement différencié et quarantaine contre confinement indifférencié

Cela va faire maintenant quatre semaines que le confinement a été déclaré. C'était nécessaire pour éviter un débordement des structures hospitalières. Mais, en théorie, si le confinement indifférencié fonctionnait bien, le nombre de cas devrait diminuer, or ce n'est manifestement pas le cas.

Depuis une semaine à 10 jours, tous les nouveaux cas sont des cas qui se sont déclarés pendant le confinement, et non avant le confinement.

 

Il faut donc sortir de ce confinement indifférencié et passer à un confinement différencié. Ce confinement différencié peut être décliné suivant plusieurs principes de réalité:

  • Selon la région, le département, la ville dans le département.
  • selon l'âge, le métier, le sexe, les critères de co-morbidité.

 

D'autre part, il FAUT casser la chaîne de contamination. le confinement indifférencié n'y arrive pas. Il faut donc mettre en place un état des personnes qui ont déjà été touchés par le COVID-19.

Cela est possible, var la CNAM a toutes les informations nécessaires sur les remboursements des patients. Mais, il faut une loi ou un décret obligeant la CNAM ( dirigée par le MEDEF et la CFDT) à donner les informations pertinentes aux chercheurs et aux décideurs pour déterminer les foyers et mettre en place une procédure adéquate dans les foyers: Confinement strict, quarantaine obligatoire dans des hôtels ou lieux réquisitionnés.  Il FAUT comprendre que tant qu'on laissera des personnes atteintes du covid-19 à se déplacer, l'épidémie ne diminuera pas.

 

Tous les moyens " démocratiques" permettant de suivre les personnes atteintes doivent être utilisés.

Personnellement, cela ne me gênera pas, si j'ai le covid-19 d'âtre astreint à une quarantaine (interdiction de sortir)  au lieu d'un vague confinement, où les dérogations sont tellement nombreuses que n'importe quel asymptomatique peut aller déverser ses virus à l'entour...

Bien évidemment, ceci ne peut se faire que si, les masques deviennent la norme en magasins et établissements fermés, les distances de 2 mètres et les gestes barrière classiques.

Il faut également que les données soient ouvertes et pas seulement accessibles au pouvoir discrédité.

Ceux qui ont déjà été atteints et qui ont subi leur quarantaine peuvent alors circuler librement.

Ceux qui ne l'ont pas eu peuvent également se déplacer  avec des protections dans les lieux fermés.

 

Ceci peut très bien se faire dans des départements peu touchés ou des régions peu touchées: Aquitaine, Occitanie.

Dans les foyers, par contre, il faut tester, tester, tester.....

 

Dernier point: Les masques.

Tout le monde a compris que si la France n'a pas de masques, c'est que le gouvernement  a imposé la réquisition. Moyennant quoi, plus aucun organisme n'essaie d'acheter un masque en chine. Comme les Enarques ne veulent pas payer le prix fort, Macron et ses affidés sont incapables d'en acheter.

Soit les "gens normaux" se font des masques personnels, soit l'Etat abandonne  sa réquisition et les masques pourront arriver en France.

Ce soir, Macron va certainement dire que le confinement est nécessaire, alors que nous verrons dans 2 ou 3 semaines que le nombre de cas graves en France ET dans les foyers demeurera important...

 

prev12-avril

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.