Exponentielle contre asymptote

 

De même qu'il existe des applications affines par morceaux, de même on peut définir une exponentielle par morceaux, nonobstant les dénégations de M. Boudine. Certes, mon modèle est simple, mais la simplicité est ce qui fait défaut à beaucoup de monde. J'entends encore de nombreux responsables et journalistes parler de vague. Cela ne veut rien dire. la DGS parle de pic, il n'y aura pas de pic. Il y aura un plateau, parce qu'à un moment donné, il n'y aura plus de places pour mettre les cas graves. Les tris ont déjà commencé.

 

casgraves-26-mars

 

 

Sur cette courbe, du 19 au 31 mars il y a une progression de 15% sur la simulation.

puis ensuite, une augmentation de 10%.

Je peux me tromper de quelques %, mais dans tous les cas, une exponentielle, qu'elle soit définie sur R ou par morceaux reste une exponentielle avec ses caractéristiques, en particulier, sa dérivée est positive, donc la fonction croit. Or, le nombre de lits en réanimation est limité. On a du mal à savoir le nombre exact, mais au vu de ce qui se passe en Corse, dans l'Est et en région parisienne, il y a de fortes chances que le nombre soit compris entre 8 et 10000 lits. Le 29, il y aura au moins 5000 cas graves et le 4, le 5 ou peut-être le 6 avril, il y aura 10000 cas graves. Et je ne suis pas sûr que l'histoire de Macron qui a permis pendant 2,5 jours à tous les Français de quitter les villes où ils travaillaient pour aller à la campagne n'ait pas une influence ......A un moment donné, l'exponentielle va rencontrer l'asymptote. Je ne tiens pas compte des médecins, des personnels médicaux, des brancardiers.....qui vont tomber malades ou seront tellement fatigués qu'il y aura des conséquences. Les résultats de ce soir vont dans le sens du modèle précité.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.