Ontologie ou ipséité

Le clube est-il ce qu'il est à cause de son ontologie ou de son ipséité? 

 

La psychologue narcissique qui se prend pour une diva alors qu'elle dort sur son divan, reine de l'éthique, ajoutant ses ++++++ à chaque coup de griffe de son journaliste échevelé préféré 

Ivan, le terrible Robespierre de la dialectique et de la rhétorique, tribun et insulteur patenté à ses heures, qui, tel la pomme de Newton, retombe dans ses travers irrémédiablement,

Un grain de sel qui ronchonne à l'endroit et à l'envers, et réciproquement d'ailleurs, 

Le militant cgt platoche qui se prend pour un artiste révolutionnaire et qui cherche qui il va bien pouvoir croquer dans l'instant,

Sainte Gabrielle qui jette des pavés dans la mare espérant que les ronds vont changer l'humanité, et que Hollande est l'avenir de la France,

Le petit Ivan, l'ekologist qui se demande si ses 2% de votants doivent s'allier au PS ou au PG, et qui faillit inmanquablement dans l'insulte ou l'entresoi,

Nomade l'anticommuniste primaire qui en veut à Staline et à tout communiste, dans l'itération gourmande,

Diane la chasseresse,

Le troskomaoiste dislexique qui caresse le poil du journaliste flamboyant qui s'interroge sur l'ontologie de la meute mélenchonienne, qui lutte contre l'islamophobie, les deux petits teigneux des Batignolles,

Joseph, le poète, qui se demande si Nabuchodonosor est con ou subtil, et qui subtilement décide qu'il est con et insultable,

Le trotskiste moustachu qui a réussi avec sa verve lourde,

La troïka qui dirige le kleubbe avec ses amitiés notoires et ses incohérences 

Les factieux laïcistes qui s'interrogent sur la pertinence du port du voile ou du string,

Julie, le vieux comédien à la retraite qui se questionne sur l'éthique du tueur,

Géraldine et son humour repliable,

Touca touca......

Tout ce monde qui tourne, en séquence, en itération phallique , en récursion maladive, qui ne sait où il va, mais qui y va quand même, qui change le monde à chaque seconde, monde qui refuse dans sa pesante statique de bouger, et, qui, chaque jour, chaque minute, recommence la même danse.......

 

Ontos logos ou ipsum ipsum?

Grave question Shakespearienne à laquelle tout un chacun a sa réponse.

La mienne est forgée.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.