Il n'y aura d'Education que si elle est globale. Qu'est-ce à dire ?

 

À l'occasion des prochaines élections présidentielles, quelques candidats mettent au centre de leur projet de société l'Education. Pour la majorité des électeurs ce choix fait référence à l'école. Cette institution est dans un état de délabrement alarmant parce qu'elle à volontairement été démembrée. Contrairement à ses fondements elle devient productrice d'inégalités inégalées jusqu'à présent. (Voir tous les rapports et études nationaux ou internationaux). À tel point que le métier, si noble d'enseignant, n'attire plus. Mieux il suscite une grande inquiétude. À tort.

 

Mais l'Education ne peut s'entendre que globale. C'est-à-dire qu'elle concerne tous les espaces, tous les temps, toutes les relations humaines, toutes les activités côtoyés au quotidien. Elle s'adresse d'abord à l'Homme. Pas à ce qu'il va produire. C'est en conjuguant ses expériences conscientes ou non que les enfants, les jeunes mais aussi les adultes vont construire ensemble des réponses à leurs aspirations, leurs capacités, leurs besoins singuliers.  Cette conception de l'Education passe par une volonté Politique délibérée de "conscientisation" des peuples". C'est leur reconnaître leurs capacités à trouver les réponses à leurs questionnements, à inventer des nouveaux dispositifs solidaires... à auto construire l'avenir.

 

C'est surtout, selon moi, ne pas penser à leur place, ne pas proposer des réponses toutes faites. C'est davantage instaurer des espaces de concertations, de dialogues, de constructions d'idées. Cela passe par démontrer, par des actes concrets que les propositions formulées par la base, les enfants, les jeunes, les sans-voix sont reprises en compte. Qu'elles puissent être portées par eux, qu'elles soient mises à l'épreuve des faits par eux ; qu'elles soient auto-évaluées par eux. Afin que les décideurs politiques, les financeurs fassent des choix raisonnés, fondés sur la volonté argumentée et non  instrumentalisée du plus grand nombre.

 

Quel chemin à parcourir !

Pas tant que çà, il suffit de voir l'appétit, voir l'appétence des petites gens qui se ruent aux meetings malgré le froid, non pour écouter, mais pour participer. Devenir auteurs impliqués tout au long de leur avenir, ne pas simplement être ceux qui auront déposé un bulletin dans une urne dont ils seront dépossédés jusqu'à la prochaine... Quoi ?

Il n'y a d'Education que tout au long de la vie, dans toutes les circonstances de vie, dans une relation aux autres et au Monde constante.

Alors quels engagements concrets pour que les enfants et les jeunes prennent goût à bâtir leur avenir : c'est-à dire la Société de demain dans laquelle, nous adultes, auront à nous insérer ! Et oui, un renversement de perspective complet. Pas une utopie, un choix Politique déterminant.

Philippe Walquemane
Militant de l'Enfance, enseignant-chercheur en Sciences de l'Education

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.