philippeginet
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 mars 2014

philippeginet
Abonné·e de Mediapart

Municipales aux Pays-Bas : "Je porte plainte contre Wilders"

philippeginet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Facebook et l'extrême droite néerlandaise. Peu repris par les medias d'info en continu obnubilés par le nombrilisme politique de certains personnages de la scène française Geert Wilders fait amplement polémique. Un regard sur la question avec El Pais et The Indépendent. Ca promet pour les prochaines européennes!

 Leader de l'extrême-droite hollandaise, un des premiers partis néerlandais, il a lancé en plein discours un chant anti-marocain repris avec une ferveur inquiétante par les militants présents.  Ca promet pour les prochaines élections européennes.

 Immédiatement les réactions ne se sont pas faites attendre sous forme de condamnations publiques et tout particulièrement sur Facebook par l'ouverture de pages anti-Wilders..

L'une d'elles avait gagné plus de 50 000 likes le soir même.

Dans le parti même, l’un des députés a rendu sa démission, indiquant que le meeting et les chants l’ont décidé "à siéger indépendemment au parlement".

Plus de 100 plaintes et le signalement par près de 500 personnes qui accusent M. Wilders de discrimination via le site internet de la police. La page Facebook intitulée "Je porte plainte contre Wilders" a accumulé plus de 48.000 mentions "J'aime" le jeudi soir même. Le plus grand groupement de Marocains des Pays-Bas porte plainte également contre M. Wilders.

De nombreuses  organisations et associations ont déposé plainte pour discrimination et incitation à la haine raciale.

Fait très rare aux Pays-Bas, plusieurs rédacteurs en chef néerlandais ont pris position contre le leader populiste à la suite du discours qu'il a tenu le 19 mars à La Haye.

La page Facebook « JE PORTE PLAINTE CONTRE WILDERS »

(à cette heure, ce samedi matin elle compte près de 90 000 likes).

https://www.facebook.com/ikdoeaangiftetegenwilders

LE CHANT DE L'INDIGNATION

 "Voulez-vous plus ou moins de Marocains ici ", éructe t-il . "Moins, moins, moins" répond l’auditoire dans un chant chargé d'une étrange ferveur. Et Geert Wilders de conclure sa offensive oratoire par "Nous allons nous en charger !".

Son meeting tenu à la Haye lors de la campagne pour les municipales qui se tenaient mercredi dernier aux Pays-Bas était anti-européen, anti-islamiste, intransigeant, excessif, glaçant , comme le note  The Independent.  L'évènement qui est de taille est repris aussi par EL PAIS.

EL PAIS.  LES ELECTIONS MUNICIPALES ONT CONSOLIDE LE XENOPHOBE GEERT WILDERS (Isabel Ferrer 20 mars 2014)

 Les partis de la coalition gouvernementale en déroute

Les sociaux-démocrates perdent le contrôle à Amsterdam pour la première fois depuis 1946

''...Les élections municipales aux Pays-Bas mercredi ont sanctionné le gouvernement de centre-gauche et renforcé la position de leader xénophobe et anti-musulman, Geert Wilders , à Almere (ville dortoir pres d'Amsterdam). Wilders se présentait seul là-bas et à La Haye, où les libéraux ont arraché la première place. À l'échelle nationale, la victoire est revenue à ces derniers, ainsi que les radicaux-socialistes et les partis locaux, qui ont réussi à conserver la majorité des conseillers dans les 380 conseils en lice. Dans une lecture en vue des législatives, les résultats supposeraient un revers majeur pour les deux grandes formations qui ont dominé la vie nationale depuis des décennies: droite libérale et  sociaux-démocrates. Le coup a été particulièrement douloureux pour les sociaux-démocrates, qui ont perdu le contrôle du conseil même à Amsterdam, qu'ils dominaient depuis 1946.

 Les maires ne sont pas en jeu dans l'élection. Au lieu d'être nommés directement par les citoyens, sont choisis par les conseillers eux-mêmes dans le cadre de candidatures ouvertes.

12,5 millions de Néerlandais pouvaient voter et le taux de participation a été de 53%, le plus bas dans l'histoire dans une consultation locale . Wilders a volé à ses collègues le devant de la scène avec ses harangues contre les immigrés et des expressions comme: «La sécurité des grandes villes s'améliorerait s'il y avait moins de Marocains." Un résident de La Haye l'a poursuivi en justice pour ces mots. Lors de la célébration des résultats à La Haye, Wilders a demandé à ses adeptes: "Vous voulez qu'il y ait plus de marocains dans cette ville ou moins?". Et ils ont applaudi au « moins ». À son tour, le politicien a pensé dénoncé un rappeur pour avoir filmé une vidéo qui le montre à genoux avec plusieurs pistolets pointés sur sa tête... "

 … " Pendant la journée, il y avait quelques moments curieux: un homme vêtu d'un niqab, un voile qui ne laisse que les yeux libres, a essayé de voter en se présentant en tant que femme... "

 ... "Et une femme, Lilian Janse, 41 ans, a fait la Une. C'est la première fois que le parti calviniste a permis à une candidate d'être élue à Vlissingen ville portuaire au sud-ouest du pays. Les calvinistes croient que les femmes devraient se consacrer à la famille et non pas à la politique..."

http://internacional.elpais.com/internacional/2014/03/19/actualidad/1395261195_619051.html

THE INDEPENDENT.  "MOINS MOINS MOINS"  LE LEADER D'EXTREME DROITE GEERT WILDERS CREE UNE TEMPETE AVEC UN CHANT ANTI-MAROCAIN (Elisa Criado )

20 mars 2014

 "Geert Wilders, le chef du quatrième parti dans la politique néerlandaise, a créé l'émotion en menant un rassemblement de ses partisans dans un chant anti-marocain.

 Le chant a eu lieu à la suite des élections locales, lors d'un discours à La Haye mercredi soir. Wilders a demandé aux partisans de son Partij voor de Vrijheid (Parti pour la liberté) s'ils voulaient plus ou moins de Marocains, tant dans leur ville que dans le pays tout entier. Ses adeptes ont répondu en chantant: «Moins, moins, moins". Wilders a conclu: "Alors nous nous occuperons de ça."

 L'échange peut être vu dans la vidéo çi-dessous..."

http://www.independent.co.uk/news/world/europe/dutch-politician-geert-wilders-leads-supporters-in-antimoroccan-chant-9206211.html

article et traduction : Philippe Ginet

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Justice
Les liaisons dangereuses de Rachida Dati avec les barbouzes du PSG
Enquête illicite dans l’affaire Renault-Nissan, intervention auprès d’un préfet, renvois d’ascenseur : la justice s’intéresse aux relations entre l’ancienne garde des Sceaux et un lobbyiste mis en examen dans l’affaire qui secoue le club de foot.
par Yann Philippin et Matthieu Suc
Journal — Libertés publiques
Après la Grèce, Intellexa installe son logiciel espion en Afrique
Le matériel d’Intellexa fait scandale à Athènes, où il aurait visé les téléphones de personnalités, au bénéfice du gouvernement. Mais la société aurait aussi fourni du matériel à une milice soudanaise, révèle une enquête de Lighthouse Reports, « Haaretz » et Inside Story.
par Crofton Black et Tomas Statius (Lighthouse Reports)
Journal
Harcèlement, violences, faux en écriture publique : des policiers brisent « l’omerta » 
Dans un livre à paraître jeudi 1er décembre, six fonctionnaires de police sortent de l’anonymat pour dénoncer, à visage découvert, les infractions dont ils ont été témoins et victimes de la part de leurs collègues. Une lourde charge contre « un système policier à l’agonie ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm