Actions de la BCE: fin de la démocratie ?

Ca y est. Les Bourses seraient sauvées par l'action exemplaire de la BCE, soutenue par Sarkozy et Merkel. C'est la BCE qui s'est finalement engagée à venir en aide à l'Italie et à l'Espagne (contrairement aux exigences de l'article 123 du Traité Européen depuis la "révision" de Lisbonne). Mais le Corriere della Sera, dont les propos sont rapportés par le Monde, nous fait part de la mort de la démocratie en Europe: pour son intervention, la BCE a des exigences, qui sont un véritable programme.

Ca y est. Les Bourses seraient sauvées par l'action exemplaire de la BCE, soutenue par Sarkozy et Merkel. C'est la BCE qui s'est finalement engagée à venir en aide à l'Italie et à l'Espagne (contrairement aux exigences de l'article 123 du Traité Européen depuis la "révision" de Lisbonne). Mais le Corriere della Sera, dont les propos sont rapportés par le Monde, nous fait part de la mort de la démocratie en Europe: pour son intervention, la BCE a des exigences, qui sont un véritable programme.

Un programme capitaliste ultra-libéral, alors que ce capitalisme montre justement actuellement ses faiblesses, sinon sa chutte prochaine.

Au programme de la BCE (exigences soutenues par la France et l'Allemagne, qui demandent qu'elles ce soient mises en place "avant fin septembre"):

- privatisation des sociétés municipales (transports en commun, collecte des déchets, gaz-électricité)

- moins de "rigidité" pour les contrats à durée déterminée

- contrats de travail "stimulants la productivité (?)

- ...

Le système capitaliste est en crise. A la fin du "communisme", il était là pour accueillir les ex-pays communistes. Aujourd'hui, nous n'avons aucun système économique qui soit prêt à prendre la relève du capitalisme. . Si une véritable alternative n'est pas trouvée, et crédible d'ici très peu de temps, c'en est fini de la démocratie. Et, particulièrement en France, ce ne sont pas les appareils politiques potentiellement au pouvoir l'an prochain (PS en pariculier) qui amènent du renouveau: ils sont incapables de réfléchir en dehors des logiques du système capitaliste moribond.

La BCE n'a aucune légitimité populaire, car elle n'a aucun mandat des peuples. Mais ceux qui ont théoriquement un mandat se plieront à ses exigences, car incapables de trouver une solution avec leurs oeillères capitalistes formatées. Nous nous dirigeons petit à petit vers la fin de la démocratie en "Occident".

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.