Philophile
Citoyenne Philosophe
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2021

Philophile
Citoyenne Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Nous sommes la Génération du Changement Climatique

Nous sommes la génération du changement climatique ! Les +2, +3, +4°C à la fin du siècle, pour nous, ce ne sont pas que des chiffres sur une courbe du GIEC. Nous serons ceux qui les vivront.

Philophile
Citoyenne Philosophe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes la génération du changement climatique.
Nous sommes la génération qui en vivra les effets.

Nous sommes la génération qui a grandi avec des abeilles dans les fleurs, des papillons dans les jardins, des moucherons sur les pare-brises des voitures, l’été quand nous allions en vacances. Nous serons ceux qui en conserveront la mémoire quand les générations suivantes n’en auront jamais eu l’expérience.

Je suis née dans les années 90 et selon toute vraisemblance, je devrais vivre au moins jusqu’en 2070-2080, peut-être 2090 ou 2100 si le temps me conserve bien. Les +2, +3, +4°C à la fin du siècle, pour nous, ce ne sont pas que des chiffres sur une courbe du GIEC. Nous serons ceux qui les vivront. 

Nous serons ces personnes âgées qui à chaque canicule souffriront du manque d’hydratation et d’aération de nos EHPAD et de nos maisons de retraites, si tant est qu’elles existent encore. Nous serons ceux qui vivront les tempêtes à répétition, les tsunamis dévastateurs et les feux de forêt inarrêtables. Nous serons ceux qui devront tant bien que mal, reconstruire les maisons, réorganiser les villes, réparer les installations dont la conception n’avait pas anticipé les évènements hors-norme que le futur nous réserve. Combien de Fukushima devront nous vivre avant de comprendre ? Combien de fois verrons-nous l’Australie brûler avant d’agir ?

Nous serons ceux qui vivront les épidémies toujours plus dévastatrices, qu’elle touche les récoltes des monocultures mono-génétiques mondialisées, que ce soit bêtes ou céréales, ou directement l’espèce humaine rendue malade et dépendante du mode de vie qu’elle a elle-même créé. Que ferons-nous quand ces épidémies ne seront plus mortelles pour nos aînés mais bien pour nos enfants ? Que ferons-nous quand une épidémie, à laquelle nous avons nous-mêmes offert les conditions de sa propagation, décimera les nouvelles générations comme ça a été le cas avec la grippe espagnole ?

J’ai grandi avec la prise de conscience du changement climatique. J’ai écouté, d’abord sans comprendre puis de plus en plus inquiète et impuissante, les craintes sur le trou dans la couche d’ozone et les premiers accords internationaux, les accords pour le climat et les COP qui s’enchaînent à n’en plus finir, jusqu’à l’accord de Paris qui est tout à la fois la plus grande victoire et la plus grande défaite. J’ai dévoré les scénarios de Sciences-Fiction qui devenaient peu à peu réalité, la fiction pour jeunesse anticipant ce que la littérature n’osait pas encore nommer : l’instabilité climatique à venir, le manque de ressources, la remise en cause de ce système faussement égalitaire, les crises à répétition et les manquements d’un système qui se craquelle de toute part et ne trouve plus de raison suffisante pour se maintenir autrement que par la force.

J’ai absorbé les slogans en tout genre, pour nous condamner à la culpabilité et à l’inaction : « Que dirons-nous à nos enfants ? ». J’ai culpabilisé, j’ai changés mes habitudes, suivi la politique des petits gestes. J’ai pris cette phrase à cœur : que dirais-je à mes propres enfants ?

Mais aujourd’hui, je vous le dis

VOS ENFANTS, c’est NOUS !

Nous sommes les enfants que vous sacrifiez !

Nous avons 10, 20 ou 30 aujourd’hui, et c’est notre vie que vous jouez !
Et c’est pour notre vie que nous nous battons !

Si le XXeme siècle a été le siècle de la prise de conscience de classe,
que le XXIeme soit le siècle de la prise de conscience générationnelle.

Nous sommes la génération du changement climatique !

Serons-nous également la génération du changement ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un comité de l’ONU défend Assa Traoré face à des syndicats policiers
La sœur d’Adama Traoré a été la cible de messages virulents de la part de syndicats de policiers après avoir été auditionnée par le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations unies. Ce dernier demande au gouvernement d’ouvrir des procédures, si nécessaire pénales, contre les auteurs.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Violences sexistes et sexuelles
Ce que révèle l’enquête, classée sans suite, visant le chanteur de No One Is Innocent
Mediapart a consulté la procédure judiciaire visant Marc Gulbenkian, figure du rock français, accusé d’agression sexuelle par l’une de ses proches. Alors que la plainte a été classée le 2 novembre, l’avocate de la victime, qui s’appuie sur un enregistrement versé au dossier, dénonce une « hérésie » et annonce un recours.
par Donatien Huet
Journal
Des logements « vite et pas cher » : l’immense défi marseillais
Le premier Conseil national de la refondation (CNR) délocalisé et dédié au logement s’est tenu à Marseille. La deuxième ville de France, où les prix s’envolent avec une gentrification accélérée de certains quartiers, compte aussi une trentaine de bidonvilles. Le chantier du logement digne reste immense.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Paris 2024 : cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Péripéties ferroviaires en territoire enclavé
Destination France Déchéance, ou Manifeste sur un service public en érosion. Il s'agit dans ce court billet de faire un parallèle entre le discours de la Région Occitanie, celui de vouloir désenclaver des territoires ruraux, comme le Gers, et la réalité que vivent, voire subissent, les usagers du réseau ferroviaire au quotidien.
par camilleromeo28
Billet de blog
« Je vous écris pour témoigner de ma peine de prison qui n'en finit pas »
Rentré en prison à 18 ans pour de la « délinquance de quartier », Bryan a 27 ans lorsqu’il écrit à l’Observatoire International des Prisons (OIP). Entre les deux, c’est un implacable engrenage qui s’est mis en place qu’il nous décrit dans sa lettre.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Y-a-t 'il encore un cran à la ceinture ?
Elle vide le contenu de son sac sur toute la longueur du tapis roulant de la caisse, réfléchit, trie ses achats, en fait quatre parties bien séparées, un petit tas de denrées alimentaires, un livre, un vêtement. Elle montre un billet de 20 euros à la caissière et lui parle. « Tiens » me dis-je, elle a bien compris la leçon du Maître : « Finie l'abondance ».
par dave.tonio
Billet de blog
Merci pour ceux qui ont faim
Aujourd'hui, samedi, je me rends au centre commercial pour quelques courses. Il est dix heures, et celui-ci est déjà plein de monde : des jeunes gens surtout, des filles entrant, sortant des boutiques de mode, quelques-unes les bras chargés de sacs.
par cléa latert