Qu'aurais-tu dit, grand-père ?

Qu'aurais-tu dit, Grand-père, il y a 4 ans, en voyant pour la deuxième fois l'extrême droite au deuxième tour de l'élection présidentielle ? Et que dirais-tu aujourd'hui en voyant ses idées s'imposer de plus en plus dans le débat public ?

C’était il y a 4 ans. Le deuxième tour des élections présidentielles. Ce jour où, glissant mon bulletin dans l’urne, je n’osais accepter le jeu du front républicain.

J’ai longuement pensé à toi, grand-père, ce jour-là.

Qu’aurais-tu dit en voyant pour la deuxième fois un membre de la famille Le Pen passé au second tour des élections de notre pays ? Qu’aurais-tu dit face aux injonctions de faire barrage à l’extrême-droite ? Qu’aurais-tu dit, toi qui a vécu dans ta chaire les horreurs que peuvent apporter la xénophobie et la haine de l’autre ?

Et que dirais-tu, 4 ans après ?

Que dirais-tu aujourd’hui en voyant un membre de l’actuel gouvernement taxé de « mollesse » la cheffe de file de la droite extrême ? Que dirais-tu en voyant un xénophobe notoire, islamophobe et machiste tenir tous les jours l’antenne sur des chaines de grande audience sans le moindre contradicteur ?

 

Aurais-tu gardé le silence face à ce gouvernement qui se pose en héros de la République et qui en sont nom fait passer des lois qui bafouent les idéaux démocratiques rognent sur les libertés et va à l’encontre des droits de l’homme ? Aurais-tu gardé le silence en voyant les demandes pour plus de justice et d’humanité rencontrer comme seule réponse le mépris et la répression ? Aurais-tu gardé le silence en nous voyant accepté avec passivité un couvre-feu pendant plus de 6 mois comme cela n’avait pas été le cas même pendant les heures les plus sombres de l’Occupation ?

Aurais-tu gardé le silence en voyant une nouvelle religion être à nouveau pointé du doigt et utilisée comme bouc-emissaire, parfois au nom même de la liberté religieuse ? Aurais-tu gardé le silence en voyant la République imposer ses valeurs de manière péremptoire comme un nouveau dogme idéologique, remplaçant l’idée de tolérance par l’intolérance des idées autres ?

N’ont-ils donc rien appris ?

 

Il y a 4 ans, en mettant mon bulletin dans l’urne, je ne tolérais pas de faire partie de la mascarade. Je ne tolérais pas de faire croire à une défaite de l’extrême-droite alors que ce n’était pour moi que reculer pour mieux sauter. Je ne tolérais pas de donner ma voix, même par défaut, à un système qui se faisait le terreau des idées qu’il prétendait combattre.

Ce jour-là, la droite extrême a perdu dans les urnes.

Aujourd’hui, ses idées ont gagné partout ailleurs.

Pendant combien de temps encore la farce du front républicain tiendra-t-elle avant de donner le pouvoir aux idées qu’elle a contribué à faire croitre sous prétexte de les combattre ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.