Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 sept. 2020

Ma voisine, son chien Othello et l'origine du langage

Ma voisine ne parle pas à son chien, elle aboie… « Othello ! »

Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

photogramme du film Abel et Caïn de Raphaëlle Paupert-Borne © JfN

Ma voisine ne parle pas à son chien, elle aboie… « Othello ! » la voix rauque de fumeuse râpe crescendo jusqu’à la dernière syllabe hurlée… 2 ou 3 fois de suite jusqu’à extinction, parfois avant l’obéissance obtenue de l’animal. Mais au delà ce sont les cordes qui cassent.

Une autre chienne, maintenant revendue s’appelait « Cannabis ».

Je dois reconnaître qu’elle a des résultats. Elle comprend assez son chien pour savoir anticiper ses velléités d’aboiement : « Othello ! » (2 fois, 3 fois... de nombreuses fois chaque jour). Il faut admettre que son chien aboie moins souvent qu’elle, beaucoup moins…

Il faut admettre aussi qu’elle n’attend pas de son chien qu’il se mette à parler. C'est l'inverse, elle ne souffre pas de cette prétention remarquable à « donner la parole » à qui n’en aurait pas sans son entremise, dont est particulièrement affectée de nos jours, la gente éduquée.

A titre personnel je suis quotidiennement déstabilisé dans mes conceptions cinématographiques les plus profondes : j’ai toujours pensé et affirmé à haute voix, qu’il faut « devenir une vache pour filmer une vache »… de là à meugler ?... Mais, est-ce vraiment le comportement d’un chien de se prémunir des expressions, même appuyées, de ses congénères ?... Autant que d’une vache d’en filmer une autre en tout cas !

Dieu merci (!?) j’avais déplacé mes préoccupations cinématographiques vers l’origine du langage et la forme des premières énonciations, en ce qu’elles ont à voir avec l’objet même du cinéma comme hypothétique « langue adamique » évoquée par la genèse, par laquelle Adam nomme les choses pour la première fois... et qui parle à chacun, que chacun comprend ou, pour dire comme Walter Benjamin « comme les enfants nés le dimanche parlent aux oiseaux »… Même s’il est peu probable que le nom Othello réponde de cette forme primitive de grognement informe devenant mot et nommant une chose (quoi qu’on serait sûrement surpris de savoir quel borborygme originel a offert à l’humanité le mot maman !)... ni que le rejet des aboiements d’un chien soit la première préoccupation des humains s’affranchissant de leur condition initiale (quoi que peut-être pour affirmer ce changement de condition justement ?).

Non, à l’écoute de ma voisine et son chien, nous sommes en face d’une manifestation culturelle contemporaine. C’est soulageant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Asie
Le courage des Afghanes face aux talibans : « Manifester est bien plus risqué qu’il y a un an »
Un an après leur retour en Afghanistan, les talibans ont mis au pas et invisibilisé les femmes et, pour elles, manifester est de plus en plus risqué, comme on l’a vu ces derniers jours. Entretien sur ce sujet mais aussi sur la grave crise sociale et économique que traverse le pays, avec Hervé Nicolle, codirecteur du centre sur les migrations Samuel Hall.  
par François Bougon
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat