Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2020

Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

Béni soit le COVID !… (1)

Migré sur le net, « le monde de la culture » est souvent gratuit désormais (cf. Médiapart : La culture comme bien commun)… Byzance ! Démocratie sur ses 2 pattes ! La République égalélitaire pour tous !

Phuse
cinéastes
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mais on disait quoi à ceux qui, comme nous, ont ouvert une salle de cinéma gratuite (et subventionnée) dans un quartier populaire en 2001 à Marseille : d’abord qu’il fallait pas, que « la culture a un prix, il faut le faire savoir ». Les mêmes qui défilaient en proclamant que « la culture n’est pas une marchandise »... et aussi que ça concurrence les « vraies salles »...
Les vraies salles, c’est celles dont le vrai public a les cheveux gris mais qu’on subventionne pour recevoir le public contraint des écoles… J’écris contraint parce que si le cinéma est déjà gratuit, les écoles peuvent pas y aller ! On peut pas être gratuit 2 fois évidemment… Et encore moins subventionner l’école pour qu’elle aille dans un cinéma gratuit.
Comment enseigner le calcul sinon ?!

Puis comme ça marchait bien la gratuité, du public plein (avec des taux de remplissages de 70 à 100% pour des films en général inconnus), des films inédits en pagaille, des débats frénétiques, courus des cinéastes, un public mélangé, toutes cultures et tous âges… On réduisait des financements pourtant bas de fourchettes, en te donnant des idées géniales, pour t’aider que tu comprends pas : « Ouvrez un vrai bar pour le convivial et les recettes ». Oh que c’est cool nouveau et culturel maousse...
Car si les vrais bars c’est du culturéel, les bobobars c’est plutôt du culturisme... de la vraie gonflette quoi.
Faut dire que not’bar était gratuit aussi… ou presque, suivant que t’en as ou pas du grisbi.
Bref, quand ça veut pas...

Puis, bon gré mal gré, la gratuité acceptée (OK ça fait soviétique... mais le problème c’est que ça marche!), on t’explique qu’il faut quand même des rentrées d’argent pour être conforme aux règles qui font fureur chez les vrais gestionnaires…

Les vrais gestionnaires, par exemple, sont ceux qui essayent de glisser nos dettes à nous sous le tapis, histoire que ça tourne pas en vraie révolution, la crise. Les dettes de l’Afrique, c’est pas possible, c’est des vraies dettes. C’est de l’argent qui peut pas être gratuit. C’est pas sa vocation comme on dit maintenant.
Mais pour les nôtres on peut en discuter... de la gratuité…

C’est sûr qu’y faut pas trop rater d’école pour comprendre tout ça...

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Exécutif
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg

La sélection du Club

Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André
Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano