Phylloscopus
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 oct. 2016

Phylloscopus
Abonné·e de Mediapart

ILS SONT FOUS CES ROMAINS !

La société dans laquelle je suis né et la société dans laquelle je vieillis

Phylloscopus
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mes amis de Médiapart, parmi les sujets qui nous préoccupent : L'économisme dit vulgaire, l'islamisme, les guignoleries politiciennes et médiatiques, les menaces technologiques et environnementales… une idée me trotte par la tête, plus ou moins clairement, depuis très longtemps :

La société dans laquelle je suis né et la société dans laquelle je vieillis ne sont plus du tout les mêmes. Certes soixante dix ans de croissance économique nous séparent, mais pas seulement.

Comme je l'ai déjà expliqué, je suis né au demi-siècle de Fauré, Debussy, Ravel, Giono, France, Cézanne, Matisse… dans un petit village de vignoble bourguignon, entre artisans et paysans : Nos pères commençaient à quitter la vigne.

Aussi par de curieux méandres, juste après la libération, je suis allé au lycée d'Aix en Provence, où j'ai rencontré des professeurs méridionaux, passablement parpaillots, mais de vrais Romains, austères, latinistes assez précieux, d'une affection et d'un dévouement complets… qui nous considéraient comme de jeunes barbares venus du nord, qu'ils devaient éduquer de leur belle civilisation (Uderzo en parle dans Asrérix en Hispanie).

Je crois que l'influence latine était encore assez forte dans une large partie du bassin méditerranéen, et particulièrement en Afrique du nord et en France.

Depuis les décolonisations, l'invasion automobile, le tourisme, la sidérurgie, le nucléaire, l'immigration pieds noirs… les belles endormies de Provence se sont réveillées sous influences technocratiques, la tutelle des économistes et des ingénieurs, la vulgarité politique des propriétaires et des rentiers, la démagogie électorale, etc… C'est dire que nous sommes passés d'un idéal de clarté, de respect, de culture et de partage… à une pratique inversée d'intérêts privés :«L’avarice, l’Usure et la Méfiance sont des dieux…» disait KEYNES,tout droit sortis des brumes du nord anglo-saxon et germanique; d'où la théologie néolibérale édite ses modèles qu'elle nous impose : «Faire figure de modèle… une leçon aux autres pays, une stratégie qui peut fonctionner pour d’autres pays, peu importe l’époque ou la zone géographique.» (Quelle outrecuidance !)

De manière parallèle, la culture latine s'était aussi retirée d'Afrique du nord, où elle est remplacée aujourd'hui par la démesure et la violence orientale.

Voilà, me semble-t-il la grande transition : «La Grande Transformation» de notre Europe malade de «l'économisme vulgaire» autant que de la violence ahurie du djihadisme. C'est l'effacement du modèle méditerranéen du Portugal à la Grèce meurtrie par l'ordo-libéralisme rhénan, sans le moindre secours latin ?   

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte