Piero09
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 août 2021

"8 personnes sur 10 hospitalisées à cause du covid ne sont pas vaccinées" Vraiment?

Dernièrement, un clip du Ministère des Solidarités et de la Santé pour la promotion de la vaccination concluait "On peut débattre de tout sauf des chiffres: Aujourd'hui, en France, 8 personnes sur 10 hospitalisées à cause du covid ne sont pas vaccinées". Vraiment? 8 sur 10? Comme les interdits sont faits pour être transgressés, débattons donc de ces chiffres...

Piero09
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici donc le clip du Ministère des Solidarités et de la Santé:

Clip de propagande vaccinale du gouvernement © Ministère des Solidarités et de la Santé

Ce taux de non vaccinés parmi les hospitalisations à cause du COVID, ce chiffre indiscutable donc est issu des travaux de la DREES:

"Sur la base des patients entrés à l’hôpital entre le 26 juillet et le 1er août dont un test positif a pu être identifié dans SI-DEP[nda, base de donnée qui recense les tests covid, les résultats et les informations des personnes testées],[...] 79 % des admissions en hospitalisation conventionnelle sont le fait de personnes non-vaccinées"

Le lecteur notera au passage qu'une personne hospitalisée à cause du COVID, n'est pas exactement une personne "dont au moins un test RT-PCR a été identifié entre 21 jours avant ou après l’admission à l’hôpital" (pied de page 3) , mais nous ne sommes pas à ce genre d’inexactitude près.

Non, ce qui nous intéresse est plutôt le nombre de patients présentant un test négatif par catégorie vaccinale. Pourquoi négatif? Parce qu'un patient ne présentant pas de test RT-PCR positif 21 jours avant ou après son admission à l'hôpital n'est pas du tout impacté par le COVID. On s'attendrait donc à ce que le taux de non-vaccinés (et respectivement de vaccinés) parmi ces patients reflète donc le taux de non-vaccinés (respectivement de vaccinés) parmi la population française. Enfin pas exactement, car il est logique de considérer que les patients plus à risque sont également les plus vaccinés, et que par conséquent, cette catégorie soit sur-représentée car plus susceptible d'être admis en hospitalisation pour une autre raison que le COVID.

Or il n'en est rien, nous constatons au contraire une surreprésentation des personnes non vaccinées.1

Quelle qu’en soit la raison, cela est débiaisable en calculant un coefficient témoin, de manière à faire coïncider Tpop et Tx_HC_pcr- (le taux de non vaccinés parmi la population française 7 jours auparavant, et le taux de non vaccinés parmi les patients en hospitalisation conventionnelle présentant un test RT-PCR négatif), coefficient qui sera ensuite utilisé pour calculer un effectif débiaisé de patients présentant un test RT-PCR positif. Nous pourrons ainsi calculer un taux de patients non vaccinés parmi ceux ayant un test RT-PCR positif, à comparer avec le chiffre présenté dans le spot du Ministère de la santé, qui est de fait biaisé.2

Voici donc le diagramme que nous obtenons par cette méthode:

évolution du taux de patients NV débiaisé en hospi. conv © Piero09

TxHcPCR+NV étant le taux débiaisé de patients non-vaccinés présentant un test RT-PCR positif en hospitalisation conventionnelle, TPopNV le taux de non vaccinés dans la population française 7 jours avant pour comparaison.

Gardons-nous bien d'en tirer des conclusions hâtives, il serait faux de considérer que la vaccination est la cause de l'hospitalisation, les personnes plus vulnérables, donc plus sujettes à hospitalisation étant logiquement les plus vaccinées.

En revanche, affirmer comme le fait le ministère de la santé qu' "Aujourd'hui, en France, 8 personnes sur 10 hospitalisées à cause du covid ne sont pas vaccinées" est factuellement faux, sans compter l'assertion sur le caractère indiscutable de ce chiffre.

Nous pouvons corriger de la manière suivante:

"Aujourd'hui, en France, moins de 2 personnes sur 10 hospitalisées présentant un test RT-PCR positif entre 21 jours avant et après leur admission ne sont pas vaccinées"


Annexe

1) Pour ce faire, téléchargeons donc les données de la DREES.

Effectuons donc ce calcul pour les non vaccinés le 31/05/21:

  • HC étant l'effectif des patients en hospitalisation conventionnelle,
  • HC_PCR+ l'effectif des patients en hospitalisation conventionnelle présentant un test RT-PCR positif,
  • HC_PCR- l'effectif des patients en hospitalisation conventionnelle présentant un test RT-PCR négatif.

  HC_PCR- = HC - HC_PCR+ =   325  -   226  =   99  

De même effectuons ce même calcul pour toutes les catégories vaccinales afin d'en faire le total toutes catégories confondues ( TT_HC_PCR- ):

  • HC_PCR-NV étant l'effectif des patients non vaccinés (calculé ci-dessus),
  • HC_PCR-pde l'effectif des patients avec primo-dose efficace,
  • HC_PCR-pdr l'effectif des patients avec primo-dose récente,
  • HC_PCR-v l'effectif des patients complètement vaccinés.

  TT_HC_PCR-  = HC_PCR-NV + HC_PCR-pde + HC_PCR-pdr + HC_PCR-v =99 + 9 + 2 + 6=116

Calculons maintenant le taux de non vaccinés parmi ces patients:

  Tx_HC_pcr-  = 100 x HC_PCR-NV /  TT_HC_PCR- = 100 x 99 / 116 = 85,3

De même calculons le taux de non vaccinés dans la population française 7 jours avant le 31/05/21 (Tpop):

  • EffectifJ-7 étant l'effectif de non vaccinés parmi la population française,
  • PopFr l'effectif de la population française.

  Tpop = 100 x EffectifJ-7 / PopFr = 100 x 43 723 619 / 67 407 241 = 64,9

Les non vaccinés sont donc bien sur-représentés, ce que nous pouvons constater pour quasiment chaque jour couvert par l'étude. Il y a deux raisons à cela avancées par la DREES:

  1. Leur calculs sont effectués à partir d'appariement notamment d'une base de donnée de vaccinés mise à leur disposition incomplète, or ils considèrent quand aucun enregistrement n'est trouvé dans cette base que le patient est par conséquent non vacciné. Il faut souligner qu'ils n'ont accès qu'à une base incomplète de vaccinés et à aucune base de données de non-vaccinés, alors que cette base existe bel et bien, puisque les médecins ont eu accès à un listing de leurs patients non vaccinés.
  2. Pour les Tests RT-PCR, les non-vaccinés se font plus tester (pass-sanitaire et d'avantage d’inquiétudes), mais il est possible qu'il en soit de même en milieu hospitalier.

2) Nous cherchons donc "Débiais" tel que:

  Débiais X Tx_HC_pcr- = Tpop

Soit:

  Débiais = Tpop / Tx_HC_pcr- = 64,9 / 85,3 = 0,76

Nous pouvons ainsi calculer un effectif débiaisé de patients présentant un test RT-PCR positif:

  HC_PCR+d  = Débiais X HC_PCR+ = 0,76 X 226 = 172

En effectuant le même calcul pour chaque catégorie vaccinale, nous obtenons un total des patients RT-PCR+ débiaisé:

  • HC_PCR+dNV étant l'effectif débiaisé des patients non vaccinés (calculé ci-dessus),
  • HC_PCR+dpde l'effectif débiaisé des patients avec primo-dose efficace,
  • HC_PCR+dpdr l'effectif débiaisé des patients avec primo-dose récente,
  • HC_PCR+dv l'effectif débiaisé des patients complètement vaccinés.

  TtHcPCR+d  = HC_PCR+dNV + HC_PCR+dPDE + HC_PCR+dPDR + HC_PCR+dV

  TtHcPCR+d  = 172 + 41,2 + 57 + 59,6 = 329

Enfin, nous pouvons calculer un taux débiaisé de patients non vaccinés parmi ceux ayant un test RT-PCR positif:

  TxHcPCR+d = 100 X HC_PCR+d / TtHcPCR+d = 100 X 172 / 329 = 52,1

En effectuant le même calcul pour chacun des jours couverts par l'étude, nous obtenons le diagramme présenté plus haut.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND