Entretien avec Pierre Alain GOURION sur COULEURS FM Lyon, par Véronique BOULIEU

Comment passer de la Barre aux Medias, à travers une initiative de radio et de videos à visée humantaire : U- MAN ! https://www.mixcloud.com/RadioCouleursFM/%C3%A9cho-local-105-vendredi-12-avril-2019/

Interview de PA Gourion et Louise Reymond, de Bubble Art, par Véronique BOULIEU et Emma Steven, dans l'émission en direct, « L'écho local »

sur Couleurs FM et Couleurs Lyon en DAB+

https://www.mixcloud.com/RadioCouleursFM/%C3%A9cho-local-105-vendredi-12-avril-2019/

Véronique BOULIEU Cette semaine, nous recevons Pierre Alain GOURION, Producteur et Animateur radio pour l'association Bubble Art. Vous pouvez nous parler de Bubble Art  ? 

Pierre Alain GOURION C'est une association que j'ai constitué il y a une quinzaine d'années, alors que j'étais encore dans mon activité principale d'avocat. Ce métier me passionnait, mais je voulais l’arrêter pour revenir à mes premières amours : l'écriture, le son, la lumière. En juriste, j'ai donc créé une structure associative permettant de porter des projets culturels.

VB Pourquoi avoir choisi l'association, justement ?

 PAG Parce que c'est la structure la plus simple. La loi de 1901, c'est à la fois la liberté, la démocratie et la souplesse de gestion.

 VB Comment se compose l'équipe ?

 PAG Elle se compose d'adhérents, de bénévoles, de jeunes en service civique, de partenaires institutionnels et de prestataires autour d'un projet à trois dimensions : Spectacles, Radios et Vidéos. Pour les volontaires en service civique, nous en avons actuellement trois : Louise, qui m'accompagne …

 Louise REYMOND Bonjour !

 PAG … et qui assure l'activité journalistique (co animation, recherche), Maxime BARRIER, qui fait le son et Laurie HERNANDEZ qui est vidéaste. Le premier cercle de l'exécutif que nous formons avec Christine MOLINA, exécutif qui gère le quotidien, est en liaison constante avec un second cercle de bénévoles qui, en fonction des compétences, savoirs et disponibilités, apporte sa contribution. Puis un troisième cercle, celui des adhérents, partenaires et donateurs.

 VB Louise, comment intègre-t-on une telle association ?

 LR J'ai récemment terminé mes études de lettres, et je voulais avoir des expériences professionnelles concrètes. Comme c'est difficile d'obtenir des stages, je me suis orienté vers le Service Civique, j'ai trouvé sur le site (https://www.service-civique.gouv.fr/login) plusieurs offres, et celle-ci m'a paru la plus passionnante. Ça s'est joué en trois jours ! J'ai obtenu sur lettre de motivation un entretien, et le soir même j'étais prise ! Super entretien d'embauche d'ailleurs, accueil très chaleureux.

 VB Quelles sont vos missions ?

 LR Je suis sur du journalisme et de la gestion de com. Les frontières ne sont pas étanches, et mes camarades me donnent un coup de main. Au début, je me suis occupée de l'émission « Cultures Vivantes » : trouver un sujet culturel par semaine, contacter les intervenants, préparer la documentation, co animer. Mais Pierre Alain avait déjà en tête une nouvelle émission, U-MAN !, qui prenait de plus en plus de place, et on s'est mobilisé ensemble sur ce nouveau projet. Il s'agit de créer des produits radio et vidéo. L'aventure est interessante, il nous a tous embarqué, c'est quelque chose de nouveau à créer.

VB Etre à la création d'un projet est toujours enthousiasmant ! Mais revenons à vos émissions culturelles, « Le Grand Entretien » et « Cultures Vivantes », quelles sont les différences ?

PAG Le Grand entretien, c'est un face à face avec un écrivain, un créateur, un musicien, un homme politique ou un chef d'entreprise. Quelqu'un ayant quelque chose à dire, quelque chose d'original , une œuvre. C'est une heure d'entretien, on y prends le temps de dire les choses, contrairement à ce qui se passe, pas chez vous, le plus souvent dans les médias. On veut tout, tout de suite. Non ! Nous, on prends notre temps, du recul, on réfléchit. (https://www.bubble-art-prod.com/le-grand-entretien)

VB Comment choisissez-vous vos invités ?

PAG Ceux que j'ai envie d'interviewer, c'est pas le mieux ?

VB Oui, c'est une très bonne chose ! C'est le plaisir qu'on peut se faire dans les radios associatives.

PAG Oui, si tu as envie de l'interviewer, il va être bon, parce qu'il sent ton désir.

VB Et Cultures Vivantes ?

PAG « Cultures Vivantes », dont on a réalisé 120 exemplaire sur trois ans ( https://www.bubble-art-prod.com/cultures-vivantes), était fait de courts reportages chez notre partenaire la Web radio Les Enfants du Rhône (https://www.facebook.com/LesEnfantsDuRhone/) . C'est devenu une table ronde liés d'abord à l'activité culturelle de la métropole lyonnaise, puis, progressivement, l'émission a pris un format plus thématique et autonome. On a fait des séries, par exemple autour de « Dieu et Moi », avec l'écrivaine Sarah OLING (Ce n'est pas vraiment du Culturel lyonnais, encore que Mgr Barbarin, mais je n'ai rien dit ...) ou des « Histoires de Techniques », avec Quentin SINGER. Souvent ce plateau de parleurs est agrémenté d'un musicien en live, voire d'une marionnette, qui aident à la bonne ambiance.

VB Vous organisez aussi des spectacles et produisez des videos, c'est vraiment la culture dans tous ses états ?

PAG On a commencé avec les spectacles dans notre lieu de Villeurbanne, le Loft'Art, une ancienne Chaudronnerie reconvertie en Scène et Plateau, avec Régie Son et Régie lumière. Une fois par mois, on produit un groupe de musique, de théâtre, de poésie etc, avec les critères de l'originalité et de la variété.

VB Question qui me taraude : comment vous financez tout ça ?

PAG Ah ah ! Par vos dons ! Comment faire fonctionner de l'associatif dans ce pays ? Soit vous trouvez un ou plusieurs gros mécènes, soit vous trouvez de l'argent public, soit vous regroupez de petits donateurs, en activité, nature ou numéraire. On peut aussi vendre des prestations. Il faut faire les quatre, pour rester libre. En ce qui nous concerne, j'avais aussi un lieu mis à disposition et quelques économies tirées de ma précédente activité, plus lucrative : je les ai investies pour produire du culturel, plutôt que de partir avec une blonde au soleil des Tropiques …

VB Très belle initiative …

PAG Mais il ne faut pas que ça dure trop longtemps …

VB Avant de continuer, une pause musicale, qui nous la présente ?

LR Guts, and the living is easy, c'est l'une des identités sonores de Bubble Art, qui accompagne notre teaser de présentation, musique sur laquelle on tombe quand on arrive sur le site de Bubble art (https://www.bubble-art-prod.com/)

 __________ Musique

VB Et si, Pierre Alain GOURION, nous parlions de vous ? Nous avons quelques informations, vous allez les démentir ou pas : vous avez étudié les Sciences politiques et le Droit …

PAG C'est faux ! C'est un mensonge. C'est mon imprésario qui le dit, mais c'est faux !

VB Vous avez été avocat pendant trente deux ans, et …

PAG C'est inexact !

VB … et maintenant on vous retrouve dans les médias : c'est une suite naturelle ?

PAG Oui, une suite naturelle. J'ai bien fait ces études, avec un peu de psycho-sociologie aussi, après avoir été un raté scolaire. J'ai le souvenir, à 18 ans (je n'avais pas le bac, je ne l'ai toujours pas) d'avoir pensé que je ne valais rien parce que je n'avais pas le bac. J'ai donc eu un début de carrière comme assistant réalisateur, puis je suis revenu aux études par l'intermédiaire de la Capacité en Droit, qui permet depuis longtemps d’ « accéder » en Licence avec12 de moyenne sur 2 ans. Je le dis car c'est important pour ceux qui, à un moment ou un autre, et pour quelle que raison que ce soit, ne sont pas adaptés au système scolaire. Il y a des système de récupération, et il faut les utiliser !

VB On voit beaucoup de jeunes en décrochage scolaire, et on leur dit : « t'es foutu mon coco ... »

PAG Non ! T'es jamais foutu !

VB Pourquoi ce choix d'être avocat ?

PAG A l'examen d'avocat, l'examinateur m'avait posé la même question. Je lui avais répondu, et je vous fais la même réponse : pour avoir une position d'observation sur les conflits individuels et sociaux. Mais, quand vous devenez avocat, s'il vous faut certes une distance critique, vous n'êtes pas qu'un observateur, vous êtes aussi un travailleur, un artisan défenseur de gens dont vous n'approuveriez pas les actions. La défense fonctionne avec la démocratie. Pas de démocratie sans défense libre.

VB Mais justement, ce n'est pas difficile, quand on est avocat, de défendre des causes pour lesquelles, en tant qu'être humain, on a des difficultés ? J'aurais de la difficulté à défendre quelqu'un qui aurait tué un enfant. Je ne veux pas vous faire une psychothérapie, mais comment ça se passe ?

PAG C'est la problématique du tout jeune avocat. Je me souviens d'une amie avocate, Myriam, qui disait : je ne défendrai jamais un violeur. Nous répondions, mais comment, tu es avocate, tu dois le défendre ! Elle avait l'habileté de répondre : je le défendrais mal ! On s'inclinait, mais une avocate, même féministe, devrait être capable de défendre un violeur.

VB Un peu comme un médecin qui ne voudrait pas soigner certaines maladie …

PAG Oui, d'une certaine manière. Après, on doit prendre aussi en compte une hyper sensibilité sur un sujet donné.

VB Et elle a fait une jolie pirouette ! Vous, vous avez exercé pendant 32 ans, et vous avez envie de passer à autre chose. Pourquoi cette envie d'autre chose ?

PAG Il y a des temps dans la vie. Quand vous avancez en age, vous vous demandez comment vous allez structurer votre futur. J'ai donc eu envie, très clairement, très fortement, par rapport à ce métier d'avocat que j'ai adoré, mais qui est très exigeant à de nombreux égards (techniques juridiques, gestion des hommes, du droit, des magistrats, de l'argent), j'ai eu envie de revenir à mes premières amours qui étaient littéraires, artistiques : la lumière, le son. J'ai donc développé en secret, pendant 5 ans, le projet d’arrêter l'avocature pour pouvoir prendre le temps d'écrire, de faire de la photo, de la vidéo, de la musique, et maintenant de la radio !

VB Vous aviez en plus votre propre cabinet ! Ce fut un grand basculement ...

PAG C'est pour cette raison que c'était lourd. J'avais toute une équipe, 10 personnes, et la transition n'a pas été facile. C'est finalement le plus jeune de l'équipe qui a eu les couilles -pardonnez moi- de reprendre le bébé, toujours en vie !

VB On note dans votre parcours que vous avez étudié à l'Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne. Encore une corde à votre arc ?

PAG L'usine dans laquelle nous avons installé Bubble Art est toute proche de l'ENM. Elle est réputée, au rebours des traditionnels Conservatoires, pour s'ouvrir à des musiques plus contemporaines. Ils n'ont pas voulu me prendre en chanson, et j'ai intégré le cursus de composition électroacoustique, avec Bernard FORT, un Compositeur. Cela m'a ouvert à l'écoute, d'abord. Savoir écouter le miracle du son : celui qui permet, à partir de ce que nous enregistrons, de faire rêver.

VB Et cela vous amène à la radio, qui est un son, la voix peut être enchanteresse, vous avez une voix très radiophonique aussi, vous en êtes conscient ?

PAG Merci ! Si vous avez un petit job, je suis preneur... (rires)

VB Quand on regarde Bubble Art, et notamment le nouveau projet U-MAN !, on s'aperçoit que vous avez mixé les cotés humanistes et artistique. Vous êtes un homme des 2 horizons.

PAG On a la tête au ciel et les pieds dans la terre, ancré des 2 côtés, et l'énergie vous traverse. C'est la médecine chinoise …

VB … et le yoga aussi …

PAG Oui, c'est l'homme quoi. Nous sommes des hommes et des femmes debout, redressés dans l'histoire, réalismes et espoirs.

VB Une pause musicale, Louise ?

LR C'est The Blaze, Territory, proposée par Maxime, notre technicien son. Imaginez un lien avec les thématiques dont nous allons parler, avec U-MAN ! C'est l'histoire d'un type qui revient au pays après des aventures à imaginer ...

 ________ MUSIQUE_____

Emma Stevens U-MAN ! est une émission nouvelle de 55 minutes que l'on peut retrouver sur votre site Internet (https://www.bubble-art-prod.com/u-man). Vous y invitez des acteurs de l'engagement humanitaire, des journalistes, des citoyens engagés, et vous y parlez de vie sociale, d'environnement, de politique, mais aussi de culture. Comment est né ce projet ?

PAG J'ai un vieil intérêt pour l'international, pour les voyages, mais aussi pour le droit humanitaire (J'ai été partie civile pour le MRAP dans le procès de Claus Barbie, pour Crime contre l'Humanité) et le droit du commerce international. Un intérêt pour la démocratie en général. Un regard porté sur ce monde, sur les jeunes de ce monde, montre que la vie perd du sens. On consomme. Cela devrait nous satisfaire. Mais cela ne nous satisfait pas. On a besoin de sens. L'idée ici est que ce sens peut arriver par la vie collective, le vivre ensemble. L'actualité quotidienne montre que l'on vit mal ensemble. Notre monde est pourri de conflits armés, remplis de dizaines de millions de réfugiés, de multiples guerre et violence. S'est donc développé depuis des siècles un droit de la guerre, une activité humanitaire : Croix Rouge internationale (CRCI), Haut Commissariat aux Réfugiés, Système multinational de l'ONU, Organisation Non Gouvernemental ensuite (ONG) pour essayer d'aider, d'offrir des possibilité de sortir des univers concentrationnaires, d'échapper aux génocides (le Ruanda par exemple, ou, auparavant le génocide des Juifs ou celui des Arméniens), brefs des échappatoires, des actions d'urgence ou de reconstruction. Or il n'existe pas de media dédié à cette activité. L'idée de U-MAN ! C'est de dédier une activité sonore (des émission de radio), une activité visuelle (des vidéos) et une activité sociale (des actions de médiations culturelles) à ce monde de l'humanitaire. C'est donc une plate-forme, comme une agora humanitaire, un lieu de rencontre et de confrontation vers la Francophonie d'abord, en langue anglaise à terme.

ES Quelle sont les valeurs défendues dans cette émission ?

PAG La démocratie. Le partage. L'écoute des autres. Le vivre ensemble.

ES Vous écrivez dans votre lettre d'intention que c'est face à l'inertie des pouvoirs publics et de la communauté internationale que vous avez créé cette émission. Quel est le thème de la première ?

PAG La première émission a été faite avec les cofondateurs de ce projet : Gilles COLLARD, de Bioforce, Jean-Pierre DELOMIER, Directeur des Urgences chez Handicap international et Patrick Verbruggen, Fondateur de Triangle GH sur le thème : Un panorama de la Solidarité internationale.

ES Est-ce que de par votre formation vous ne pensez pas avoir un parti pris et un regard un peu formaté ?

PAG Pourquoi vous me demandez ça ? Vous pensez qu'un avocat a toujours un parti pris ?

ES Non, je pense que quand on a suivi des études de sciences sociales et de sciences politiques, on a forcement un regard un peu biaisé par ce qu'on nous a appris...

PAG Oui, mais on peut en dire autant de tout homme et de toute femme : on a toujours un regard biaisé par son passé, son origine. Vous, en fonction de qui vous êtes, de vos parents, de votre naissance, de votre nationalité, de votre langue, vous êtes biaisée aussi. On est tous des biaisés, non, si j'ose dire, hein ? J'ai bien dit biaisé, pardonnez-moi ! (rires)

VB Vous n'avez pas créé cette association par hasard, mais par rapport à votre parcours. Donc vous allez prendre parti, mais un bon parti, pour moi, dans ces émissions … Expliquer ce qui se passe, donner la parole à des gens dont on entend pas parler …

PAG L'idée n'est pas de prendre parti, mais de donner la parole. Vous êtes en train de m'interviewer : vous ne le faites pas n'importe comment. Vous posez les questions qui vous intéressent, et vous attendez un certain type de réponse. Vous êtes neutre, et en même temps, vous suggérez. Il y a donc d'abord un regard de journaliste, qui se doit à une certaine neutralité, qui ne peut pas se laisser balader.

Prendre parti, non. Prendre le parti de l'humanité, oui.

VB … et faire preuve d'une certaine déontologie …

PAG Oui, il y a des règles de base : une certaine confidentialité, la protection des sources.

ES Pour en revenir à cette émission, comment avez-vous choisi les sujets et les invités ?

PAG U-MAN ! N'est pas un produit personnel. C'est une idée collective et progressive, qui devra s'adapter. Nous l'avons eu au départ en échangeant avec un humanitaire de 30 ans, Benjamin COURLET, que je salue au passage. On a réuni des fondateurs et responsables d'ONG autour de nous. Et les sujets abordés, les gens rencontrés nous sont suggérés par ces fondateurs de U-MAN !, qui sont des pro de l'humanitaire. Les interviewés, les donateurs et le partenaires divers eux-même apportent d'autres pistes à notre équipe sur le terrain, de même que le public. Individuelle, cette émission n'aurait pas de sens.

EM C'est un panel très large d'invités que vous allez recevoir : du Président du Secours Islamique France à la Fondatrice d'Elise CARE, en passant par un professeur de danse africaine et au directeur des Urgences de Handicap international. Quel est le sens que vous donnez à cette diversité d'intervenants ?

PAG Mais la diversité du Monde !

VB Très bonne réponse ! Allez, Louise, une dernière pause musicale ?

LR Manu Chao, Senegal Fast Food, parce que c'est un artiste phare de cette internationalité, des flux humains …

_______MUSIQUE_______

 EM L'une des critiques faites aux associations humanitaires, c'est la vision néo-colonialiste et de fausse philanthropie. Là encore, le regard n'est-il pas biaisé ?

PAG C'est une question qui se posera en permanence. Il est clair que la plupart des ONG partent d'occident. Certaines certes partent aussi du sud, et à côté des relations Nord Sud, qui portaient le colonialisme parti d'Europe, il y a aussi les relations Sud-Sud d'aujourd'hui. Les choses changent. Mais on est en permanence dans ce risque que dans des véhicules d'apparence humanitaires – le charity business, les services secrets, le colonialisme, le commerce – se cachent d'autres projets moins cosmétiques.

Nous vivons par ailleurs dans un monde de media, pensez à la photo de cet enfant mort sur la plage. Pourquoi nous faut-il un enfant mort sur une plage pour que l'on soit touché ? Pourquoi cette putasserie ? C'est violent, mais ça marche. C'est à partir de ça que certains humanitaires vous disent : je voulais parler de ce sujet depuis des années, personne n'en parlait, on a parle à présent à partir d'une image qui a fait le tour du monde …

On est dans ce monde. Il n'est pas pur. Il n'y a pas de pureté d'intention. Nous sommes tous traversés par des désirs et des volontés contraires, et on doit faire avec.

EM Dans la lettre d'intention de U-MAN !, vous employez le mot de « citoyen engagé ». Comment le définissez-vous ? Pensez-vous que nous devrions tous l’être, « citoyen engagé » ?

PAG Un citoyen qui n 'est pas engagé, c'est quoi ? Mais c'est un mollusque !

VB … ou un poisson rouge .. ;

PAG oui, poisson rouge citoyen pas engagé. Un citoyen qui ne s'engage pas n'est pas un citoyen.

EM Que veut dire alors être engagé ?

PAG On a le droit d'aller sur une plage et de ne penser à rien, de ne pas être en permanence -soit-disant, car on peut s'illusionner aussi- dans l'action. Mais l'engagement me paraît avoir un sens. Vous traversez une vie. Vous êtes jeune, vous avez 20 ans, vous avez besoin de donner un sens à votre vie. Mais quand vous en avez 80, aussi, et 50 aussi ! Et l'enfant que vous élevez, il a besoin de sens. Si vous en faite un consommateur, vous en faite quoi, de votre fils ? Vous n'en faites pas un être humain ! Un citoyen est nécessairement engagé, et nous les médias, on doit jouer ce rôle de réveilleur, pour le cas où l'on aurait le sentiment que le monde s'endormirai ...

CB On est dans une situation nationale et mondiale, avec les gilets jaunes et d'autres ailleurs, où les citoyens s'engagent et protestent. Mais on va vers des élections européennes où 30% des citoyens vont aller voter. Où sont les citoyens ? Or l'Europe, c'est important ! Mais les gens se désintéressent de la chose. Les jeunes ne vont plus voter. Que faire ?

PAG Je trouve la réaction des Gilets jaunes excellente parce que c'est une réaction. Ça bouge. Ça descend dans la rue. Ça revendique, certes des choses contradictoires, mais il faut bien que les cervelles se frottent les unes aux autres pour qu'il en sorte quelque chose. Il faut de la contradiction.

Il appartient aux politiques de faire leurs choix et de se soumettre à l'élection. On est donc sur le constat que nos contemporains, spécialement dans le monde occidental, sont en perte de sens, que l'Europe est en perte de sens alors qu'elle avait une signification forte pour ma génération. Perte de confiance aussi à l'égard des politiques, des médias, du Pape, de tout ...

CB … on ne croit plus à rien ...

PAG … et on a besoin d'une réaction. Les humanitaires me paraissent être, à cet égard, comme des martiens annonçant le futur que nous allons, que vous allez vivre : des crises, des violences, des guerres, des famines. Le monde qui s'annonce n'est pas rose. Si en plus il n'a pas de sens, si on ne peut plus agir, autant se flinguer tout de suite. Non ?

CB Une grande partie des jeunes réagit tout de même : Marche pour le Climat par exemple, je me dis qu'il y a un sursaut, et j'aimerait interroger Louise.

LR Je ne pense pas qu'il faille faire une différence entre les jeunes et les pas jeunes. On est tous sur cette terre. On a besoin d'un nouveau projet de société qui fasse sens. Je pense que U-MAN !, c'est sensibiliser les gens au fait que l'on est citoyen du monde. Le contexte est globalisé, les menaces sociales, économiques et climatiques aussi. On interview des humanitaires, mais on a aussi des témoignages. En croisant ces regards, on aborde le contexte mondial. On a dans U-MAN ! 3 produits : des radios de 55 minutes, des vidéos témoignages de 10 minutes et des médiations. La crise sociale et la crise climatique se rejoignent. Il faut penser un nouveau projet de société. C'est ce qui me porte dans U-MAN !

CB Quand j'entends une jeune femme penser ainsi, cela me fait plaisir !

PAG Oui, voilà ! Ce discours nous entraîne ! J'écoute. Et je commence à manger différemment, à économiser mon eau. Nos comportements évoluent. L'idée de U-MAN !, plate-forme audio video de l'humanitaire, c'est que sur la base de nos productions, thématiques, plaidoyers et témoignages confondus, et spécialement des vidéos courtes, très montées, un rien provocatrices, de gens qui sont dans leur vérité, leur sincérité, soient introductrices de débats citoyens, de médiations culturelles et politiques organisés par la MJC, le Centre social, la Municipalité ou la Métropole locale. En Auvergne-Rhone-Alpes, en France et en Francophonie. Nous en animerons quelques uns, mais, le plus souvent, ce seront les animateurs sociaux concernés qui pendront le relai et seront organisateurs, sur la base initiale de la variété de ce que l'on aura produit. Pour générer du débat citoyen, de la discussion sur « Que fait-on sur cette terre, et surtout quoi ensemble ? »

VB Merci pour cette belle leçon d'humanité. Où peut-on trouver vos podcasts ?

LR Sur notre page Facebook https://www.facebook.com/BubbleArtProd/, sur le Twitter de U-MAN ! https://twitter.com/ et pour les vidéos, sur https://www.youtube.com/channel/UCBmlUUROejaoNpADEkAS-FQ

Et aussi sur notre site https://www.bubble-art-prod.com/u-man, ainsi que sur les sites de nos fondateurs et partenaires, et à travers les partages de tous ceux que cela intéresse.

PAG Et sur les radios locales, tant sur les sites qu'en diffusion hertzienne et en DAB +, et on vous fait cette proposition, à vous, COULEURS FM, pour nous diffuser...

VB Mais c'est prévu ! On va bientôt retrouver les émissions de U-MAN ! sur COULEURS FM et sur COULEURS Lyon en diffusion numérique. Merci à Pierre Alain GOURION et à Louise REYMOND d'être passés nous voir.

PAG Merci à vous !

https://www.bubble-art-prod.com/u-man

 

 

***

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.