Aujourd’hui en France quand des chercheurs font grève, seul le chef de l’Etat croit qu’ils travaillent

Sauvons La Recherche répond au discours élyséen du 12 Juillet 2010

Par Emmanuel Saint-James, Président de l'association Sauvons La Recherche

L’année 2009 a été marquée par une grève dans les universités et organismes de recherche comme on n’en avait pas vu depuis 1968, mais le chef de l’Etat prétend qu’il ne s’est rien passé. Et il ne distingue plus, dans la grogne généralisée envers sa politique, l’expression spécifique de Sauvons La Recherche. Qu’on se rassure : depuis la dernière élection présidentielle, SLR a publié sur son site encore plus de textes que dans la période précédente, soit mille six cents articles dénonçant le démantelement rampant des organismes de recherche comme le CNRS, la pseudo-autonomie des universités, le grand emprunt visant à s’endetter plus pour chercher moins, le bouclier fiscal pour entreprises fermant leurs centres de recherche nommé crédit-impôt-recherche, et les innombrables mensonges et manipulations permettant de dégrader l’attractivité de nos métiers tout en prétendant faire l’inverse.

En ce 12 juillet 2010, pour comprendre comment la justice comme la science sont menacées de ruine, il valait mieux allumer son ordinateur que son téléviseur.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.