La boite de Marisol Pandore

Il y a eu du grabuge sur l’Olympe : beaucoup de changements. Les dieux sont partis vers les paradis fiscaux. Un mélange assez démoniaque de FMI, de commission européenne a pris possession des lieux, mais on leur avait laissé des consignes sur un post it  : la vengeance contre les hommes devait prendre de l’ampleur pour avoir piqué le feu dés fois qu’ils pourraient croire au bonheur sur terre. On aurait pu approcher avec de nouveaux petits innocents larcins quelque chose de la tranquillité, de la maitrise : production propre et renouvelable d’énergies, transition durable vers d’autres objectifs industrieux, éducation. Les plans étaient finalisés, c’était possible.

Mais les nouveaux dieux sont assez mal élevés : grossiers, ils rotent et ils pètent. Ça pue sur l’Olympe ; tels des goujats moyenâgeux, ils vident leur pot de chambre sur la terre. Ils s’empiffrent, souffrent de pulsions boulimiques, accumulent leurs poubelles avec frénésie, refont de l’ordure avec de l’ordure.

Cette vie est assez emmerdante, ils ont besoin de quelques compensations haineuses et en plus, il n’y en aura pas pour tout le monde de ce gaspillage. Pendant le tour du propriétaire, ils avaient remarqué une forme, dans un coin, portant une pauvre boite fermée par un bouchon de liège. Qui c’est cette gougnasse ? Pandore. Non, laissez, elle ne sert plus ? Qu’est ce qu’elle a dans sa boite ? Espérance ? Quoi céti ?

Il est temps de vider la boite. Prenons un peu d’argile, faisons une Marisol Pandore. Refilons-lui la boite. Réforme des retraites à la rentrée, la boite va s’ouvrir et l’espoir va pouvoir foutre le camp. Le mensonge juste, c’est-à-dire porter un microscope pour jouer au foot.

Dans Marisol, on trouve le sol incongru de solidarité, mais il y a surtout la rime de la profiterole c’est-à-dire profit et rock and roll, grâce soit rendue au pandore socialiste, dit PS pour la beauté apollinienne du renoncement.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.