Pierre Cours-Salies
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2021

Pour un horizon et un chemin

Quelle surprise, cette campagne de boycott qui semble proposée comme immédiate par Pierre Zarka ! Je réagis par ce texte parce que, en temps et en heure, elle comporte des dangers importants.

Pierre Cours-Salies
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle surprise, cette campagne de boycott qui semble proposée comme immédiate par Pierre Zarka ! Je réagis par ce texte parce que, en temps et en heure, elle comporte des dangers importants.  

Il m’est arrivé, en 1969, d’en faire une : « bonnet blanc- blanc bonnet », après la démission de De Gaulle et l’élimination au deuxième tour des partis de gauche (Duclos, 21,27%, Defferre, 5 %, Rocard, 3,61%, Krivine,1,06%). Elle était une étape qui fasse oublier le choix de la direction du PCF en mai 68 : avant tout un accord avec Mitterrand (FGDS) et Mollet (SFIO), plutôt qu’un gouvernement provisoire porté par la grève générale.

 Ayant cassé la dynamique de Mai, il fallait jouer les braves : ni Pompidou, ni Poher. Et la poursuite du gaullisme, à la Pompidou.

La situation actuelle n’a rien à voir ? C’est vrai, sauf la défaite des mobilisations des dernières années. Citer les Gilets Jaunes ne fait pas oublier les manifestations contre la « Loi Travail » en 2016, soutenues au milieu des agressions policières par 75% de la population. Avec le rejet de Hollande/Valls, l’absence de majorité à l’Assemblée… Aucune force politique n’a exprimé une évidence, un mot d’ordre à débattre : cette Assemblée ne doit pas obéir au 49,3 sur une telle question ; elle doit être dissoute. Toutes étaient occupées à lancer leur échéance pour 2017. Appeler à des réunions pour des exigences politiques aurait risqué de renouer avec le style des « Nuits debout » ?

Restons attentif à un fait : 69 % des électeurs potentiels d’une gauche qui veut faire cesser les politiques gouvernementales souhaitent une unité de candidature ; les études d’opinion confirment bien des discussions. Refuser de nous mettre à l’écart d’une campagne qui aura lieu jusqu’en janvier, pour des candidatures de février à avril, consiste, à agir à l’opposé de ce que promeut Pierre Zarka. Rappelons : nous avons le 1er mai 2020 lancé le site  http://ensemble-tout-est-possible.org/. Notre objectif était qu’il contribue à un cadre unitaire et permette des activités « le moment venu ». L’impatience de voir la domination capitaliste en échec n’exclut pas d’en construire les conditions, et des instruments ; on peut se reporter au site 2022 Vraiment En Commu contact@2022vec.fr

Faut-il que des forces militantes boycottent ces instruments et trois mois d’activités, pour arriver à une Assemblée anticapitaliste, alors que nous partageons les buts et le chemin, la révolution démocratique et l’autogestion ?

Dans la situation, qui ne craint pas « que le refus de voter serve à l’extrême-droite » ? Ceci appelle une analyse de l’abstention. Pierre Zarka insiste sur un fait qui a l’apparence du vrai : « ce sont plutôt les situations qui ont découlé du vote Chirac au second tour de 2002, du vote Hollande en 2012 ou du vote Macron au second tour de 2017, qui ont été à chaque fois des leviers pour l’extrême-droite ». La photo est vraie ; mais d’où venait le mouvement, l’instant d’avant ?

Dans le cas de 2002, notons que la sanction, - une abstention de 28,4% après 21,6% en 1995 et 18,65% en 1988 - vient après le gouvernement de la gauche plurielle. La déception à l’égard de cette gauche-là et de sa politique depuis 1981 se voit.

N’oublions pas nos tentatives de pérenniser une dynamique de collectifs unitaires, après 2002 et dans la foulée du succès du NON au Traité européen en 2005[1]. Depuis 2006-2007, combien de déceptions nos échecs ont provoqué ? Combien se sont reclassés dans d’autres organisations, y compris à se dire « Mélenchon est tout ce qui nous reste » ? Combien ont pensé, et nous en sommes blessé.e.s, que finalement Macron centriste était une façon de refuser les options racistes et liberticides ?  

Nous verrons bien si la situation appelle « une campagne de boycott de la présidentielle », comme l’écrit Pierre Zarka. En février, pour le choix des candidatures, voire en avril… Combien de situations peuvent se produire ? Dont les pires…

Dans cette phase si confuse, le souci qu’existe « un premier terrain de rencontre pour un prolongement politique de leurs actes » est un objectif partagé. En dialogue avec toutes celles et tous ceux qui le veulent nous opposerons à toutes les droites les changements écologiques, la lutte pour l’égalité et contre les discriminations.

Plusieurs textes, discutés dans ENSEMBLE !, sont des éléments pour un avenir qui dépasse le capitalisme, qui en détruise les nuisances. Contre ce système destructeur avec ses propriétés et ses privilèges, les enjeux sont une démocratie active (radicalement démocratisée) et l’autogestion généralisée.

[1] Nous devrions, avec tous ceux et celles qui le souhaitent, réaliser une sorte de « Au fur et à mesure » : si la FASE y a sa place, que dire du NPA, des doubles langages de dirigeants du PCF, des calculs d’ex-PS … Les pages ne se tournent pas sans effort de démystification.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal
Quand le comité d’éthique de France TV prend le parti de Korian
Fin 2020, France 3 a diffusé un documentaire sur les morts du Covid dans les Ehpad qui a déplu au groupe privé Korian. Celui-ci a notamment saisi le comité d’éthique de France Télévisions. Une instance présidée par Christine Albanel qui a jugé « à charge » le travail, pourtant approfondi, des journalistes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77