Montesquieu à Notre-Dame-des-Landes

D'après Montesquieu, "L'esprit des lois", chapitre 5 livre 11

Si j'avais à soutenir le droit que le gouvernement a eu de tenter d'anéantir les militants de Notre-Dame-des-Landes par l'usage brutal de la force, voici ce que je dirais :

Jean-Marc Ayrault ayant répété tant de fois que cet aéroport serait construit, il a dû tout mettre en oeuvre pour accomplir ce projet, car s'il ne l'avait pas fait, nous aurions été conduits à penser qu'il est une personne qui peut changer d'avis.

Les bénéfices du groupe Vinci ne pourraient assurément pas être aussi colossaux, s'il ne captait pas indirectement les investissements publics.

Ceux dont il s'agit portent des pantalons déchirés, et les hommes ont les cheveux si longs qu'il est presque impossible de les plaindre.

Une preuve que ces anarcho-autonomes n'ont pas le sens commun, c'est qu'ils refusent l'idée même d'avoir un chef, alors que, chez les groupes politiques sérieux, le choix de ce chef est précisément le sujet principal des débats.

Notre démocratie est le résultat de bien des luttes passées, et par respect pour le courage de nos illustres ancêtres, nous nous devons de la protéger contre le danger que représentent les luttes actuelles.

Ces décroissants s'obstinent à nier la réalité économique, en prétendant qu'il n'y aurait qu'une quantité limitée de pétrole dans nos sous-sols, alors qu'ils savent bien que notre bon système capitaliste a besoin de ressources toujours grandissantes.

Il est impossible que nous supposions les opposants à cet aéroport doués de quelque intelligence ; parce que, si nous les supposions intelligents, on commencerait à croire que la croissance économique ne reviendra jamais.

De petits esprits exagèrent trop l'injustice que l'on fait aux paysans en bétonnant leurs terres. Car, si elle était telle qu'ils le disent, ne serait-il pas venu dans la tête des politiciens européens, qui font entre eux tant de conventions néfastes, d'en faire une générale en faveur de la préservation et de l'accès aux terres agricoles ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.