Manifiesto subnormal (3)

"Ce serait falsifier les motivations personnelles, recourir à la tromperie des attitudes invérifiables, dire que ce n'est pas ça et en déduire une négation absolue. Non. Ce n'est pas ça. Le flambeau de la Mére de Gorki n'illumine pas les boulevards européens. Ce produit n'est pas en vente dans les drugstores. Il a été impossible de faire entrer dans le jeu des chosifications un sentiment collectif de classe. Ce sentiment n'est désormais plus chanté en allemand, ni en français (malgré les exceptions), ni en russe (malgré les formes). En mettant des couleurs au drapeau de la vérité, nous avons perdu, entre autres choses, l'hégémonie de l'émotion et de la passion, l'hégémonie du sentiment. C'est un piége grossier que l'intelligentsia européenne a tendu à sa propre conscience de la réalité. Vaincue par la Seconde Guerre mondiale, renversée par le manager et le bureaucrate, elle a eu recours à la facile victoire du relativisme cynique, paradoxalement dogmatique et apostolique. En 1945, cette intelligentsia européenne était convaincue que tout était possible. En 1945, donnée incontestable, à partir de certaines conventions, tout était possible. Une bonne part de l'humanité avait collectivement gagné une guerre. Une bonne part de l'humanité s'apprêtait à gagner une révolution qui rendrait possible l'apparition de l'Homme nouveau. Quelques théoriciens évoquaient la fin d'une longue préhistoire ayant l'homo sapiens pour acteur principal, et le début de l'Histoire qui allait conduire à l'Homme total. Cette imagerie humaniste allait être possible aprés le triomphe révolutionnaire, aprés la destruction de l'ordre capitalo-bourgeois, aprés la construction du socialisme à l'échelle de la planéte.

 

En 1945, les termes de l'argumentation avaient encore la présomption linguistique héritée de la méthodologie cartésienne et de l'empirisme. La réalité se transforme au moyen de l'analyse de certaines expériences, et l'action en partant de certains présupposés.

 

Mais la bombe fut lâchée et un Supersystéme fut édifié."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.