Russie, Mélenchon, Ukraine et géopolitique : un autre ni-ni

La controverse sur l'article publié après les déclarations de Mélenchon sur son blog est un peu génante sur plusieurs points. Il est possible de ne pas se laisser enfermer dans des oppositions manichéennes du genre pour ou contre Mélenchon, pour ou contre la Russie, pour ou contre les Etats-Unis.

Je propose une série de thèses ou pistes de réflexion :

- Mediapart a le droit à ses partis pris ou préférences. Parfois il y a débat dans ses colonnes, parfois un unanimisme est supposé. Le débat dérape souvent de façon hyper agressive. C'est inutile et empêche la conversation. 

- Mélenchon a l'art et la manière de casser les thèses qu'il défend par ses coups de gueule sans nuances qui font le délice des médias qu'il exècre. Son blog sur la Russie empêche de prendre en compte des éléments importants par son style et ses outrances même lorsque le récit dominant doit être contrecarré. 

- Le portrait de la Russie fait par Médiapart n'est pas faux et, si l'on est progressiste, il faut combattre l'injustice partout et la signaler là où elle se trouve. Russie ou Etats-Unis. Les Pussy Riot en se rendant aux Etats-Unis ont été rendre visite à une femme emprisonnée pour ses positions politiques. Cohérence dans la lutte pour la justice.

- Les méfaits de la Russie n'expliquent pas la totalité des problèmes en Ukraine et Mediapart, contrairement à la gauche américaine, a un point aveugle concernant l'implication des Etats-Unis ou de l'OTAN dans la crise. Le Spiegel a récemment publié un article sur les mensonges du général Breedlove (on n'invente pas un nom pareil). Disponible en anglais ou en allemand. anglais : http://www.spiegel.de/international/world/germany-concerned-about-aggressive-nato-stance-on-ukraine-a-1022193.html , allemand : http://www.n-tv.de/politik/Deutschland-legt-sich-mit-der-Nato-an-article14654376.html

- Pour sortir des manichéismes, il faut voir les infos et la propagande des deux côtés en Ukraine. Poutine n'est pas une victime, il est le dirigeant d'un "monstre froid" (comme tous les Etats, selon De Gaulle) et donc cynique. Il réagit aussi comme le chef d'une puissance menacée. Il faut lire Bzrezinski (Le Grand échiquier). 

http://www.huffingtonpost.com/pierre-guerlain/ukraine-the-clash-of-mani_b_6822004.html

- Le problème de Mediapart c'est que les points de vue de gauche autres que ceux des journalistes ne sont pas représentés (il y a eu Stephen Walt, qui n'est pas de gauche mais qui comprend la géopolitique ce qui n'est pas le cas de F. Bonnet). 

- Mediapart n'est pas un sous-marin du PS, c'est ridicule. Il y a plutôt une tendance la personalisation des critiques contre Hollande avec oubli des faits systémiques. Mais Mediapart n'a pas coupé avec Le Monde dont son directeur est issu et flirte avec les tendances libérales-libertaires.

- Mélenchon n'est pas au centre de la réflexion sur la Russie et l'Ukraine. Pierre Laurent a dit des choses sensées là dessus, Politis aussi. Je trouve étrange que des penseurs américains soient plus au clair sur l'Ukraine qu'un journal de gauche comme Médiapart qui ne se démarque pas du Monde ou de Libération et qui est très en dessous du Monde diplomatique. Walt, Mearsheimer comprennent des choses que la focalisation de MDP sur la morale ou la vie politique intérieure de la Russie empêche de voir.

- Ce que MDP comprend bien pour la Libye ou l'Irak semble oublié pour la Russie. Ce n'est pas parce que Khadafi ou S. Hussein étaient des dictateurs sanguinaires qu'ils ont été attaqués. Tout aussi dictatoriaux avant ils avaient bénéficié des largesses de l'Occident. La nature du régime est secondaire par rapport aux intérêts géopolitiques. Les journalistes de MDP sont arcs-boutés sur leurs certitudes et ils n'ont pas tort : le régime russe n'est pas beau à voir, mais comme ils ne comprennent rien à la géopolitique ils croient que cela explique tout. Alors même que toutes les guerres précédentes montrent bien que cette approche n'est pas la bonne.

- Une partie de la colère des lecteurs de MDP est certes celle des partisans d'une ligne ou d'un homme mais pour d'autres il y a une désespérance de voir un journal de gauche retrouver les mêmes catégories d'analyse que les néoconservateurs. Les néocons n'ont cessé de parler de droits humains pour se débarrasser d'un régime qui génait les Etats-Unis (sans jamais parler des régimes abominables mais amis). Le côté abominable ou dictatorial est là mais ce n'est pas ce qui est déterminant. Les journalistes sont donc sincères et de bonne foi mais ne comprennent pas. 

- Nous sommes dans une nouvelle guerre froide avec guerre des propagandes. Mediapart prend la mesure de la propagande russe mais soudain oublie la propagande américaine ou européenne. Dire que les Etats-Unis qui ont envahi l'Irak sur la base de mensonges et mettent le feu au monde avec leurs drones sont dans une position difficile pour donner des leçons n'est pas céder à la propagande russe mais simplement être au courant de ce que dit la gauche américaine (et q autres). Dans cette nouvelle guerre froide, les Etats-Unis jouent leur rôle (voire les dits et actes de Mme Nuland) et la Russie fait aussi sa propagande. Ne pas être dupe de l'une ne signifie pas avaler l'autre sans bcp de recul. 

- Un auteur américain, William Polk, auquel je revoie dans mon blog du Huffington Post a été un membre de l'administration Kennedy et aujourd'hui il dit que la guerre en Ukraine est une crise des missiles cubains à l'envers. Quiconque comprend les relations internationales comprend cela. Pas Mediapart apparemment. http://truth-out.org/opinion/item/29369-ukraine-war-a-reverse-cuban-missile-crisis

- Mediapart ne peut être parfait et déplait nécessairement à certains lecteurs ou déplait sur certains points. Il faut le lire comme on lit les autres médias sans l'idéaliser ou le vomir. Si on veut une info géopolitique de qualité, il faut aller ailleurs. Un article américain note que Chomsky et Kissinger sont plus ou moins d'accord sur l'Ukraine. Trop complexe pour Mediapart ? http://www.mintpressnews.com/chomsky-kissinger-agree-avoid-historic-tragedy-ukraine/201839/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.