pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

604 Billets

3 Éditions

Billet de blog 3 mars 2016

Elèves auditionnés par la gendarmerie sur le contenu de leurs cours d'histoire

pierre guerrini
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce gouvernement de faussaires politiques met en place une structure de pouvoir politique autoritaire, autarcique et policier. La distribution de tracts politiques est en passe d'être illégale, et des élèves de collège sont auditionnés par des gendarmes sur le contenu des cours qui leur sont dispensés à l'intérieur de leur classe.

Nous sommes loin, bien loin, du programme porteur d'espoir du Conseil national de la Résistance -  le billet d'hier de Laurent Mauduit - C.N.R. qui a fondé quelques décennies d'une à-peu-prés démocratique société.

Nous n'avons eu de cesse, avec presque un soin obsessionnel, de nous en scrupuleusement éloigner, et seuls se retournent, nostalgiques, perspicaces et éveillés, se retournent encore pour tenter, par le pare-brise arrière qui bruine sous la dure pluie de la mitraille de mauvaises nouvelles qui le frappe, d'en entre-apercevoir dans le lointain qui s'éloigne jusqu'à l'évanouissement, quelque chose qui leur ferait signe, signe d'une prochaine mais tellement improbable revoyure.

Les commissaires du peuple sont partout. Surgissent ici et là. 

Ce professeur d’histoire et de langue bretonne du collège Sainte-Anne à Sainte Anne d’Auray - en Bretagne - en fait les frais et n’en revient toujours pas.

Revenant de vacances, Pascal G. a appris avec stupéfaction que ses élèves de troisième année de collège avaient été auditionnés par la gendarmerie. Motif de l’enquête ?  Le contenu de ses cours.

Qui donc a diligenté l'enquête ? Le rectorat de l’Éducation Nationale soustraite-t-il ce qui relève de ses compétences ? Par manque de personnel ... Compétent ? Plus d'I.P.R., voir d'I.G. disponibles.

Qu'à cela ne tienne, la soldatesque fera bien l'affaire. 

- "  Élève Gontrrran, parrrlez-moi un peu de votre prrrof  d'histoirrre "

- " Élève Gontrrran, qu'est-ce votrre professeur d'histoirre, Monsieur ... Comment s'appelle-t-il déjà, élève Gontrran ? 

- M. Pascal G.

- Qu'est-ce-que M. Pascal G. vous apprrends-t-il  en courrs d'histoirrre ... ?  "

- C'est aussi le professeur de géographie ?

- Pas d’impertinence ...!  Élève Gontrran ! Pas de fanfaronnade avec moi ! j'en ai maté moi et c'est pas fini ! N'essayez-pas de jouer au plus malin avec moi. Ça ne prend pas ! On parrle bien du professeur d'histoirre, M. pascal G.

Mais qu'en-est-il de la liberté d'enseigner ? L'enseignant n'est-il pas libre de conduire sa classe à sa guise et d'appliquer la pédagogie de son choix du moment que les objectifs sont atteints. Comme l'affirment les textes officiels ayant traits au " Socle commun de connaissances et de compétences. "

Serait-ce à la maréchaussée de valider, par des interrogatoires d'élèves,  les étapes qui font que le Socle commun est effectivement, ou pas, en cours d'acquisition ?

- Du prrofesseur d'histoirre qui vous a fait en pleine classe des courrs sur la Rrussie de poutine ?

Voilà le hic, voilà où le bât blesse et que nait le soupçon et que point rien de moins que le pré-fascisme qui annonce et inaugure le fascisme. Le fascisme tout court. Le fascisme qui conduit un garçonnet en culotte courte devant un militaire pour lui parler, lui raconter en détail et par le menu  " La façon dont l’enseignant aurait présenté la Russie contemporaine durant ses cours."

Les faits :

Convocations d’élèves en série

Le professeur, âgé d’une quarantaine d’années, enseigne depuis une dizaine d’années dans la filière bilingue français-breton de l’établissement Saint-Anne de la ville d’Auray, dans le département du Morbihan.

Celle-ci assure les cours généraux prévus par les programmes du ministère de l’Éducation, mais en langue bretonne.

Bien noté de ses supérieurs, les responsables de l’établissement ont été aussi surpris que lui d’apprendre les faits.

Le 17 février, en effet, six élèves étaient convoqués par la gendarmerie d’Auray pour subir un long interrogatoire au sujet des cours dispensés par leur professeur. Les enquêteurs ont ainsi tenu à savoir ce qu’avait déclaré l’enseignant “ au sujet de la Russie et de Vladimir Poutine ” durant les cours d’histoire dispensés en langue bretonne par ce dernier.

C’est lors de la rentrée des classes que Pascal G. a été informé par ses élèves de leur mésaventure, choqués de leur expérience.

Cour de géopolitique contemporaine

Le professeur, conformément aux programmes scolaires, doit aborder “ l’introduction à la géopolitique contemporaine ” et notamment la situation de la Russie actuelle.

“J’ai d’abord fait un état des lieux de la Russie après la fin du communisme. J’ai expliqué les grandes lignes de la politique du président russe, Vladimir Poutine. Une politique qui a consisté à constituer une classe moyenne en Russie tout en s’appuyant sur le sentiment patriotique, après les années de crise de la présidence de Boris Eltsine” détaille le professeur dans un e-mail.

“Je suis revenu sur les alliances entre la France et la Russie au XXème siècle, en 1914 mais aussi entre 1940 et 1945” poursuit-il.

“J’ai traité l’engagement russe en Syrie et en Irak contre Daech aux côtés des forces armées françaises” précise t-il.

“J’aborde l’histoire sur la base des faits, j’essaie d’expliquer la complexité des rapports géopolitiques afin de développer l’esprit critique des élèves. Je ne me prononce pas sur le bien-fondé ou non des actions menées par une diplomatie” conclut-il.

Police politique

Le professeur, dont les élèves ont tenu à lui manifester leur soutien, ne s’explique pas ce qui lui arrive. Il doit être entendu à son tour dans les prochains jours par la gendarmerie. Malgré ses demandes, celle-ci ne lui a pas donné de détails sur les raisons de l’enquête de police dont le caractère politique est évident.

Respecté par ses pairs, la hiérarchie du professeur n’a pas été davantage alertée de l’enquête. Signe de ce qu’aucune procédure disciplinaire interne n’a été entreprise.

La France et la Russie coopèrent en Syrie

L’action de la gendarmerie intervient alors que le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Moscou courant décembre 2015 afin de “coordonner” les efforts de l’armée française avec ceux de l’armée russe en Syrie. Il s’agit pour Paris et Moscou de conjuguer leurs efforts contre le groupe terroriste “Etat Islamique”, responsable des attentats sanglants de Paris, en novembre.

La Revoyure qui s'éloigne : " Comment la gendarmerie a-t-elle été amenée à enquêter de la sorte et qui l'a saisie ? " " Qui a ordonné ". Quel commissaire politique ? En vertu de quelle loi ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal