Elèves auditionnés par la gendarmerie sur le contenu de leurs cours d'histoire

Ce gouvernement de faussaires politiques met en place une structure de pouvoir politique autoritaire, autarcique et policier. La distribution de tracts politiques est en passe d'être illégale, et des élèves de collège sont auditionnés par des gendarmes sur le contenu des cours qui leur sont dispensés à l'intérieur de leur classe.

Nous sommes loin, bien loin, du programme porteur d'espoir du Conseil national de la Résistance -  le billet d'hier de Laurent Mauduit - C.N.R. qui a fondé quelques décennies d'une à-peu-prés démocratique société.

Nous n'avons eu de cesse, avec presque un soin obsessionnel, de nous en scrupuleusement éloigner, et seuls se retournent, nostalgiques, perspicaces et éveillés, se retournent encore pour tenter, par le pare-brise arrière qui bruine sous la dure pluie de la mitraille de mauvaises nouvelles qui le frappe, d'en entre-apercevoir dans le lointain qui s'éloigne jusqu'à l'évanouissement, quelque chose qui leur ferait signe, signe d'une prochaine mais tellement improbable revoyure.

Les commissaires du peuple sont partout. Surgissent ici et là. 

Ce professeur d’histoire et de langue bretonne du collège Sainte-Anne à Sainte Anne d’Auray - en Bretagne - en fait les frais et n’en revient toujours pas.

Revenant de vacances, Pascal G. a appris avec stupéfaction que ses élèves de troisième année de collège avaient été auditionnés par la gendarmerie. Motif de l’enquête ?  Le contenu de ses cours.

Qui donc a diligenté l'enquête ? Le rectorat de l’Éducation Nationale soustraite-t-il ce qui relève de ses compétences ? Par manque de personnel ... Compétent ? Plus d'I.P.R., voir d'I.G. disponibles.

Qu'à cela ne tienne, la soldatesque fera bien l'affaire. 

- "  Élève Gontrrran, parrrlez-moi un peu de votre prrrof  d'histoirrre "

- " Élève Gontrrran, qu'est-ce votrre professeur d'histoirre, Monsieur ... Comment s'appelle-t-il déjà, élève Gontrran ? 

- M. Pascal G.

- Qu'est-ce-que M. Pascal G. vous apprrends-t-il  en courrs d'histoirrre ... ?  "

- C'est aussi le professeur de géographie ?

- Pas d’impertinence ...!  Élève Gontrran ! Pas de fanfaronnade avec moi ! j'en ai maté moi et c'est pas fini ! N'essayez-pas de jouer au plus malin avec moi. Ça ne prend pas ! On parrle bien du professeur d'histoirre, M. pascal G.

Mais qu'en-est-il de la liberté d'enseigner ? L'enseignant n'est-il pas libre de conduire sa classe à sa guise et d'appliquer la pédagogie de son choix du moment que les objectifs sont atteints. Comme l'affirment les textes officiels ayant traits au " Socle commun de connaissances et de compétences. "

Serait-ce à la maréchaussée de valider, par des interrogatoires d'élèves,  les étapes qui font que le Socle commun est effectivement, ou pas, en cours d'acquisition ?

- Du prrofesseur d'histoirre qui vous a fait en pleine classe des courrs sur la Rrussie de poutine ?

Voilà le hic, voilà où le bât blesse et que nait le soupçon et que point rien de moins que le pré-fascisme qui annonce et inaugure le fascisme. Le fascisme tout court. Le fascisme qui conduit un garçonnet en culotte courte devant un militaire pour lui parler, lui raconter en détail et par le menu  " La façon dont l’enseignant aurait présenté la Russie contemporaine durant ses cours."

Les faits :

Convocations d’élèves en série

Le professeur, âgé d’une quarantaine d’années, enseigne depuis une dizaine d’années dans la filière bilingue français-breton de l’établissement Saint-Anne de la ville d’Auray, dans le département du Morbihan.

Celle-ci assure les cours généraux prévus par les programmes du ministère de l’Éducation, mais en langue bretonne.

Bien noté de ses supérieurs, les responsables de l’établissement ont été aussi surpris que lui d’apprendre les faits.

Le 17 février, en effet, six élèves étaient convoqués par la gendarmerie d’Auray pour subir un long interrogatoire au sujet des cours dispensés par leur professeur. Les enquêteurs ont ainsi tenu à savoir ce qu’avait déclaré l’enseignant “ au sujet de la Russie et de Vladimir Poutine ” durant les cours d’histoire dispensés en langue bretonne par ce dernier.

C’est lors de la rentrée des classes que Pascal G. a été informé par ses élèves de leur mésaventure, choqués de leur expérience.

Cour de géopolitique contemporaine

Le professeur, conformément aux programmes scolaires, doit aborder “ l’introduction à la géopolitique contemporaine ” et notamment la situation de la Russie actuelle.

“J’ai d’abord fait un état des lieux de la Russie après la fin du communisme. J’ai expliqué les grandes lignes de la politique du président russe, Vladimir Poutine. Une politique qui a consisté à constituer une classe moyenne en Russie tout en s’appuyant sur le sentiment patriotique, après les années de crise de la présidence de Boris Eltsine” détaille le professeur dans un e-mail.

“Je suis revenu sur les alliances entre la France et la Russie au XXème siècle, en 1914 mais aussi entre 1940 et 1945” poursuit-il.

“J’ai traité l’engagement russe en Syrie et en Irak contre Daech aux côtés des forces armées françaises” précise t-il.

“J’aborde l’histoire sur la base des faits, j’essaie d’expliquer la complexité des rapports géopolitiques afin de développer l’esprit critique des élèves. Je ne me prononce pas sur le bien-fondé ou non des actions menées par une diplomatie” conclut-il.

Police politique

Le professeur, dont les élèves ont tenu à lui manifester leur soutien, ne s’explique pas ce qui lui arrive. Il doit être entendu à son tour dans les prochains jours par la gendarmerie. Malgré ses demandes, celle-ci ne lui a pas donné de détails sur les raisons de l’enquête de police dont le caractère politique est évident.

Respecté par ses pairs, la hiérarchie du professeur n’a pas été davantage alertée de l’enquête. Signe de ce qu’aucune procédure disciplinaire interne n’a été entreprise.

La France et la Russie coopèrent en Syrie

L’action de la gendarmerie intervient alors que le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu à Moscou courant décembre 2015 afin de “coordonner” les efforts de l’armée française avec ceux de l’armée russe en Syrie. Il s’agit pour Paris et Moscou de conjuguer leurs efforts contre le groupe terroriste “Etat Islamique”, responsable des attentats sanglants de Paris, en novembre.

La Revoyure qui s'éloigne : " Comment la gendarmerie a-t-elle été amenée à enquêter de la sorte et qui l'a saisie ? " " Qui a ordonné ". Quel commissaire politique ? En vertu de quelle loi ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.